Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville

Où ?

Quoi ?

Quand ?

Sorties en Alsace
Tourisme et loisirs>Les coulisses>Dans les coulisses du Train Thur Doller

Dans les coulisses du Train Thur Doller

        
Page suivante Page 1/3

Le JDS vous propose un voyage en locomotive à vapeur, comme au début du XXe siècle, entre Cernay et Sentheim, une ligne longue de 13 km. Non pas dans les wagons des voyageurs, mais dans la locomotive avec les bénévoles de l'association Train Thur Doller Alsace qui fête cette année ses 40 ans.

Un voyage dans un train à vapeur comme au début du XXe siècle © Sandrine Bavard Un voyage dans un train à vapeur comme au début du XXe siècle

 

Emile Zola avait fait de la locomotive à vapeur « la bête humaine ». Et c'est vrai qu'elle râle, qu'elle siffle, qu'elle paraît bien vivante cette machine centenaire, qui avance péniblement sur la ligne entre Cernay Saint-André et Sentheim, à 15 km/h en moyenne. Et toutes ces sensations sont décuplées quand on entre dans le cœur de la machine, dans la locomotive. On y sent le souffle chaud du foyer où brûle du charbon incandescent et en même temps le souffle du vent frais qui entre par les fenêtres : c'est comme avoir un rôti qui brûle dans le four et ouvrir les portes pour chasser la fumée, en se retrouvant au milieu du courant d'air... On y reçoit aussi en pleine face la poussière de charbon qui noircit bien vite les visages. On y aperçoit les bidons d'huile pour graisser les artères et éviter les casses. D'ailleurs, on lui verse des liquides par tous les pores à cette machine : de l'huile donc, de l'eau évidemment, mais aussi un traitement contre le calcaire...


Un mécanicien et un chauffeur


On lui donne aussi à manger avec abondance, surtout dans les pentes : 400 à 500 kg de charbon pour un aller retour entre Cernay et Sentheim. Le chauffeur met des grosses pelletées de charbon dans le foyer pour chauffer la chaudière et produire de la vapeur. Cette vapeur traverse les soupapes jusqu'aux cylindres, et fait avancer les roues. Quand au petit matin, la vapeur est pour la première fois envoyée dans le mécanisme, on dirait que le train a de la fumée qui sort par les oreilles : « Le but est de faire sortir l'eau des cylindres, pour éviter d'endommager la machine », explique Adélaïde, bénévole au sein de l'association Train Thur Doller Alsace.


Le chauffeur n'est donc pas – petit piège - celui qui conduit, mais celui qui sert d'annexe au moteur. Ce matin, c'est Victorien, 17 ans, qui officie : « J'ai craqué l'allumette ce matin à 6h. Il faut compter au moins 3 heures de chauffe avant de rouler. Quand on roule, je dois garder la pression entre 13 et 14 bars et vérifier qu'il y ait de l'eau, sinon ça explose », précise le jeune homme, qui s'est pris de passion très tôt pour le train, habitant en face de la ligne de chemin de fer.

A ses côtés, Bernard, membre de l'association depuis une trentaine d'années, est le mécanicien, celui qui contrôle la machine avant le départ, ressert des boulons, graisses les rouages, et surtout celui qui conduit. « Quand je démarre, je me mets dans le sens de la marche avant, puis je desserre mon frein. Je signale mon départ en appuyant sur la poignée qui émet le sifflet du train, j'appuie sur le régulateur qui sert à régler la puissance de la machine, c'est comme l'accélérateur sur une voiture ». Simple non ?

Page suivante Page 1/3

Infos pratiques

  • Agrandir la carte
    Train Thur-Doller - Cernay 68700 Cernay

    Renseignements :

    Horaires :

    Tarifs :

 Galerie photos

  • Un voyage dans un train à vapeur comme au début du XXe siècle © Sandrine Bavard
  • Bernard, mécanicien, est le conducteur de la locomotive © Sandrine Bavard
  • Antoine, guide, explique aux enfants le fonctionnement de la locomotive © Sandrine Bavard
  • Victorien, chauffeur, alimente le foyer en charbon © Sandrine Bavard
  • Bernard, mécanicien, sous le train dans la fosse aménagée par l'association Train Thur Doller Alsace © Sandrine Bavard
  • Anne contrôle les billets imprimés comme à l'ancienne © Sandrine Bavard
  • Le régulateur de vitesse de la locmotive Mallet, l'équivalent de l'accélérateur sur une voiture © Sandrine Bavard
  • Victorien à l'attelage de la locomotive et des wagons © Sandrine Bavard
  • Victorien doit vérifier la quantité d'eau © Sandrine Bavard
  • La locomotive consomme 400 à 500 kg de charbon sur son trajet : il faut donc la remplir au retour avec cette grue à charbon © Sandrine Bavard
  • Sur cette ancienne ligne, les passages à niveaux sont manuels : un peu d'huile de coude et ça repart © Sandrine Bavard

  Commentaires

A voir également

Tourisme et loisirs
Le QUIZ de la semaine Salon des vins des vignerons indépendants à Blotzheim Salon des vins des vignerons indépendants à Blotzheim

Répondez au quizz et tentez de gagner un coffret de 6 bouteilles de vin offertes par le Salon des Vins des Vignerons Indépendants, qui aura lieu à Blotzheim du 13 au 15 octobre. 5 lots de 6 bouteilles à gagner ! Attention les gagnants devront obligatoirement récupérer leur lot au salon.

Participer
Le QUIZ de la semaine Pass Musées Pass Musées

Cette semaine le jds vous offre 10 Pass Musées mensuels, qui vous donneront un accès gratuit et illimité à plus de 320 musées, châteaux et jardins pendant 30 jours. 10 Pass Musées mensuels à gagner !

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 301

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS