Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville

Où ?

Quoi ?

Quand ?

Sorties en Alsace
Magazine>Actu Magazine>Esteban Immer : un sacré numéro

Esteban Immer : un sacré numéro

        

À 18 ans, Esteban immer se rapproche un peu plus de son rêve : devenir un artiste de cirque. dès cet été, Il intègre la prestigieuse école de cirque de Montréal.

Esteban, vice-champion de France et d’Europe de monocycle, 
s’est aussi spécialisé dans le mât chinois © Laurent Feuvrier Esteban, vice-champion de France et d’Europe de monocycle, s’est aussi spécialisé dans le mât chinois

Tout juste majeur, Esteban Immer va s’envoler prochainement pour le Canada et la prestigieuse école nationale de cirque de Montréal, réputée dans le monde entier.

C’est un rêve de toujours qui se concrétise pour le jeune Pfastattois qui a toujours voulu devenir un artiste de cirque : « À trois ans, je voulais être clown. À l’école, je dessinais des camions de cirque, des chapiteaux, et je faisais des plans de scène pour les construire plus tard. »

Quand le cirque Arlette Gruss débarquait à Mulhouse, Esteban était aux premières loges : « Il montait sur un bloc de béton, il photographiait et notait tout : l’arrivée des camions, les étapes du montage », se souvient son père Didier.

Un mordu de la première heure, capable aujourd’hui de faire 65 km en monocycle, pour rallier son école de cirque à Bavilliers près de Belfort. Juste un défi de plus à relever pour celui qui est vice-champion de France et d’Europe de monocycle.

Une passion dévorante

À trois ans à peine, Esteban fréquente l’école Zavatta à Mulhouse puis l’école Arsène à Brunstatt. À son entrée au collège, ses parents font tout pour qu’il puisse assouvir sa passion. Il est le seul garçon à faire de la GRS en section UNSS, ce qui lui permet de finir à 16h et de courir à toutes ses activités : cours d’accordéon, de danse classique, de modern jazz… dans le but d’ajouter une corde de plus à son arc : « Ça me plaisait parce que c’étaient des disciplines utiles pour le cirque. Au début, j’ai fait pas mal de numéro avec mon accordéon. La danse classique, ça m’a beaucoup aidé sur le monocycle pour trouver la bonne position", énumère Esteban Immer.

On le taxe de « danseuse ». Esteban n’en a cure : « Je m’en fichais, je faisais ce qui me plaisait. Le matin, en attendant que ça sonne, je m’entraînais sur mon monocycle. Et je passais toutes mes récrés avec mes balles de jonglage. »


Le mercredi et samedi, il s’entraîne à l’Odysée du cirque à Bavilliers : « J’y ai appris le mât chinois la première année et c’est devenu ma spécialité. En monocycle, les profs étaient dans une démarche artistique et m’ont montré qu’on peut faire plein de figures avec et pas seulement rouler. »

Esteban assouvit sa soif d’apprendre sur la piste et en dehors : il apprend à monter un chapiteau, à gérer le son et la lumière, à brancher l’électricité... Il se bricole même une remorque-scène à la maison pour présenter ses numéros.

À la fin du collège, Esteban prend des cours par correspondance au CNED pour se dédier totalement au cirque. Au grand désarroi de ses professeurs : « On m’a dit que j’étais en train de briser un avenir, que c’était un scientifique, pas un artiste, explique son père. Le monde artistique est très mal perçu en France et encore plus le cirque. Les gens ont du mal à concevoir qu’on puisse en vivre ».

Du nouveau cirque

En décrochant son précieux ticket pour l’école de cirque de Montréal (ils sont 25 élus sur 250 candidats), Esteban pourrait bien prouver le contraire puisque 95% des diplômés ont un travail à la sortie : « Je fais d’abord une année de mise à niveau et l’an prochain je pourrais tenter le concours pour entrer dans l’école pour trois ans. Au niveau des infrastructures, il y a tout ce qu’il faut pour s’entraîner. Il y a 80 professeurs : des chorégraphes, des metteurs en scène, des profs d’acrobatie… » se réjouit-il.

Le Canada est aussi la patrie d’une de ses compagnies préférées, Les 7 doigts de la main, du nouveau cirque comme il aime : « Au nouveau cirque, on peut raconter une histoire, faire de la mise en scène, ça se rapproche plus du théâtre, de la danse, de la musique. On peut faire rire les gens, les embarquer dans notre univers, pas juste les impressionner avec notre technique. Mon rêve, ce serait de pouvoir créer mes propres numéros, pas juste faire ce qu’on me demande. »

  Commentaires

A voir également

  • Mulhouse : un escape game inspiré de La Casa de Papel
    Mulhouse : un escape game inspiré de La Casa de Papel

    Actu Magazine

    Du Mardi 3/7/2018 au Dimanche 9/9/2018

    Mulhouse

    C'est la série dont tout le monde a parlé cette année : La Casa de Papel ! Et elle devient l'objet d'un escape game éphémère, à tenter jusqu'au 9 septembre, à Mulhouse. Dans "La Casa de Papel", le gros succès de l'année pour Netflix, huit malfaiteurs infiltrent la Maison royale de la monnaie d'Espagne et prennent 67 personnes […]

  • Saison 2018-2019 au Créa à Kingersheim
    Saison 2018-2019 au Créa à Kingersheim

    Actu Magazine

    Le Créa - Kingersheim

    Au Créa, il y a le festival Momix chaque hiver mais aussi une dizaine de spectacles tout au long de l'année ! Scène conventionnée jeune public, le Créa s'emploie depuis toujours à susciter la curiosité, le questionnement et l'émerveillement des enfants...et de leurs parents. Notamment, bien sûr, grâce au Festival Momix, et ses […]

  • Saison 2018-2019 aux Dominicains à Guebwiller
    Saison 2018-2019 aux Dominicains à Guebwiller

    Actu Magazine

    Les Dominicains de Haute-Alsace - Guebwiller

    "Ici, tout est normal !" prévient d'entrée de jeu les Dominicains.  Vraiment? Voyons voir avec cette nouvelle saison qui propose encore des concerts atypiques, dans tous les registres : classique, baroque, jazz, musique du monde et même disco! Les Dominicains ont fait sienne cette phrase de Plonk et Replonk : "Ici, tout est normal", affichée en toutes lettres […]

  • Saison 2018-2019 au Noumatrouff à Mulhouse
    Saison 2018-2019 au Noumatrouff à Mulhouse

    Actu Magazine

    Le Noumatrouff - Mulhouse

    Le Noumatrouff, ouvert à toutes les musiques actuelles, convie cette saison la nouvelle scène française : Lord Esperanza, The Limiñanas, Kimberose... Le Noumatrouff ouvre sa salle à toutes les chapelles musicales mais le hip hop reste la locomotive du lieu pour ce premier trimestre. Daara J Family, groupe de hip hop sénégalais, chantera ses textes […]

  • Saison 2018-2019 au RiveRhin à Village-Neuf
    Saison 2018-2019 au RiveRhin à Village-Neuf

    Actu Magazine

    RiveRhin - Village-Neuf

    Le RiveRhin a fait de l'humour sa marque de fabrique : stand up, spectacle burlesque, show déjanté...sont une nouvelle fois au programme. Dédié principalement à l'humour, le Riverhin va embarquer les spectateurs dans de drôles d’univers. Une maison de fou d’abord, celle de la famille Semianyki au bord de la crise de nerf entre un père […]

Le QUIZ de la semaine Fête de la Carpe Frite Fête de la Carpe Frite

On vous invite cette semaine à la Fête de la Carpe Frite à Munchhouse ! Le JDS vous offre 20 entrées + repas pour la soirée Années 80 animée par les Challenger (20€/entrée+repas, le 11 août 2018).

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 310

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS