Agenda>Sorties culturelles>Expositions>Le couteau sans lame et dépourvu de manche

Le couteau sans lame et dépourvu de manche

© Graphisme: Charles Mazé & Coline Sunier.

Du 13 octobre 2019 au 12 janvier 2020, Le couteau sans lame et dépourvu de manche, exposition collective avec Meris Angioletti, Tarek Lakhrissi, Candice Lin, Beatriz Santiago Muñoz, Liv Schulman, Marnie Slater, Patrick Staff, Lena Vandrey, sur un commissariat d'Elfi Turpin.

Le dimanche 13 octobre 2019 à 11h30, vernissage brunch de l'exposition Le couteau sans lame et dépourvu de manche.

Chère Catalina,

L’été se termine et avec lui l’exposition Le jour des esprits est notre nuit1.  Nous y avons amorcé une conversation autour de la divination. Tu me disais t’y être intéressée en tant qu’interrogation de l’invisible, tant elle constitue, je te cite, «un moyen de communication avec des entités invisibles—comme dans le système de divination Ifá—avec un fonctionnement très proche du diagnostic de la médecine occidentale, hormis le fait que la puissance de l’invisible et de l’inconnu remplace ce qui peut être vu, mesuré et appréhendé». Si on prend l’exemple des dispositifs divinatoires de guérison, j’ajouterais que les interrogations déplacent l’intérêt centré sur le corps des malades vers les objets reliés à l’invisible, mais aussi l’intérêt sur l’individu vers le collectif. Pour soigner, on interroge le sable, les coquillages, les relations aux vivant·e·s et aux mort·e·s, entre autres, afin de rendre palpable et pensable le caché. C’est pratique la divination, une bonne technique de médiation, pas si éloignée de l’acte de création, que nous continuerons à expérimenter lors de la prochaine exposition.

J’ai relu Les Guérillères de Monique Wittig cet été. Comme tu le sais, Wittig—née en 1935 dans une commune située à quelques kilomètres du CRAC Alsace et décédée en 2003 à Tucson en Arizona—fait par chance partie du territoire politique et affectif du centre d'art, tant et si bien que nous avons entrepris, il y a maintenant plus de deux ans, de lire l’intégralité de son œuvre et de regarder comment cette expérience allait affecter notre programme. Ainsi, au printemps 2018, l’exposition IL PLEUT, TULIPE associait des artistes se mettant à l’écoute d’existences moindres—pluie, plante, animal, image ou signe qui interagissaient comme autant de subjectivités dans le monde, des artistes hanté·e·s par des virtualités, aux voix minoritaires ou sourdes, avec lesquelles ils·elles conversaient ou faisaient alliance. La voix de Monique Wittig apparut alors un dimanche après-midi lors d’une lecture collective de la Pensée straight2 à Altkirch, une voix incarnée par une vingtaine de personnes qui lurent à tour de rôle les textes réunis dans ce recueil et qui découvrirent dans leur bouche la pensée de Wittig, sa critique de la supposée naturalité de l’hétérosexualité, qui n’est ni naturelle ni donnée, mais une construction politique. Si Wittig engage à dépasser les catégories normatives «hommes, femmes» en mettant fin à la naturalité des sexes, des genres et des races, ce chantier politique est aussi littéraire. Car la critique de la structure sociale dominante, ne peut se séparer de la critique du langage (grammaire et syntaxe) qui la soutient.

Ont suivi d’autres lectures et projets; les livres—Le Brouillon pour un dictionnaire des amantes, L’Opoponax, Le Corps lesbien, Paris-la-politique, …, passant de main en main. Les Guérillères est remonté en haut de la pile ces derniers mois, pour finir par constituer le livre de chevet de la prochaine exposition. Publié en 1969, Wittig en commence l’écriture en 1967, avant Mai 68, dans le contexte des luttes décoloniales et des mouvements de libération des femmes. S’appropriant les canons littéraires, elle agence ici un grand poème épique décrivant une marche mythique et colorée renversant, en mode guérilla, le patriarcat et le langage qui l’assoit. C’est la guerre des pronoms: apparaît Elles, entité collective,  personnage principal qui se livre à un combat sanglant contre le régime patriarcal. Le livre est divisé en trois parties, séparées de cercles, tandis qu’un poème, composé notamment d’une liste de prénoms, court le long du récit toutes les cinq pages. La dernière partie est celle que Wittig écrit en premier, celle où Elles gagnent, et où, armées jusqu’aux dents, Elles mettent une rouste à ce régime. Puis «Elles disent, si je m’approprie le monde, que ce soit pour m’en déposséder aussitôt, que ce soit pour créer des rapports nouveaux entre moi et le monde»3. Les deux premières parties se situent après la dernière partie, dans le futur donc, celui où nulle classe ne prend le pouvoir sur une autre. Un futur où on invente et on décontamine le langage. Un futur où on crée de nouvelles ontologies. L’exposition Le couteau sans lame et dépourvu de manche fait partie de cette expérience de lecture. Elle réunit des artistes dont le travail explore les forces transformatrices du langage dans un processus de décatégorisation, de désidentification des corps et des relations, et/ou dont les œuvres d’anticipation se situent après Les Guérillères.

Pour terminer, laisse-moi partager une énigme que j’aimerais soumettre à la divination: «Danièle Nervi, en creusant des fondations, a déterré un tableau où est représentée une jeune fille. Elle est toute plate et blanche couchée sur le côté. Elle n’a pas de vêtements. Les seins sont à peine visibles sur le torse. L’une de ses jambes, repliée par dessus l’autre, fait monter haut la cuisse, cachant ainsi le pubis et la vulve. Ses cheveux longs lui dissimulent une partie des épaules. Elle sourit. Elle a les yeux fermés. Elle est à demi appuyée sur un coude. L’autre bras forme une anse au-dessus de la tête, la main tenant près de sa bouche une grappe de raisins noirs. Elles rient alors. Elles disent que Danièle Nervi n’a pas encore déterré le couteau sans lame et dépourvu de manche»4.

Quelles histoires ensevelies allons-nous déterrer?

À bientôt,
Elfi

[1] Le jour des esprits est notre nuit, avec Meris Angioletti, Minia Biabiany, Oier Etxeberria, Tamar Guimarães & Kasper Akhøj, Sheroanawe Hakihiiwe, Candice Lin, Sean Lynch, Lázara Rosell Albear & Sammy Baloji, Beatriz Santiago Muñoz, sur un commissariat de Catalina Lozano & Elfi Turpin, CRAC Alsace, exposition du 13 juin au 15 septembre 2019.

[2] Monique Wittig, La Pensée straight, 1992. Publié en français en 2001, Éd. Balland.

[3] Wittig, Les Guérillères, Les Éditions de Minuit, Paris, 1969, p. 154.

[4] Ibidem, p. 29-30. 

Infos pratiques

Renseignements :

Horaires :

Du Dimanche 13 Octobre 2019 au Dimanche 12 Janvier 2020 de 14h à 18h

Tarifs :

Gratuit

Commentaires

A voir également

  • Festival Piano au Musée Würth
    Festival Piano au Musée Würth

    Du Vendredi 15/11/2019 au Dimanche 24/11/2019

    Musée Würth  -  Erstein

    La 4ème édition du festival Piano au Musée Würth est consacrée à l'humour : entre parodies, traits d'esprits et équilibrisme virtuose... Le festival s'ouvre vendredi 15 novembre 2019 avec Simon Ghraichy pour un petit tour d'Europe de l'humour en musique. Place ensuite au pianiste fort connu Jean-François Zygel samedi 16. Dimanche 17 est une grande journée de musique. Le trio C'est […]

  • Histoire d\'Avions
    Histoire d'Avions

    Du Mercredi 16/10/2019 au Dimanche 20/09/2020

    Musée du Jouet - Colmar  -  Colmar

    Embarquement immédiat ! pour une aventure extraordinaire, au Musée du Jouet de Colmar. L’exposition temporaire Histoire d’Avions propose un voyage dans l’univers fascinant de l’aéronautique, grâce à des avions-jouets mythiques et insolites. Témoin d’une époque et des avancées techniques et technologiques, les jouets exposés retracent de manière […]

  • Hans Baldung Grien
    Hans Baldung Grien

    Du Samedi 30/11/2019 au Dimanche 8/03/2020

    Staatliche Kunsthalle - Karlsruhe  -  Karlsruhe

    La Staatliche Kunsthalle, le Musée National des Beaux-Arts de Karlsruhe, consacre sa Grande exposition du Land de Bade-Wurtemberg à l’artiste de la Renaissance Hans Baldung Grien, dont l’ensemble de l’œuvre reste encore méconnu du grand public. Bien qu’il fut en son temps un maître reconnu et un des plus notables créateurs d’œuvres d’art, la notoriété […]

  • Peinture Francine CLERC et sculpture Vesnica MARTIN-HAJPEK
    Peinture Francine CLERC et sculpture Vesnica MARTIN-HAJPEK

    Du Vendredi 15/11/2019 au Dimanche 17/11/2019

    Cour des Arts - Brunstatt-Didenheim  -  Brunstatt-Didenheim

    Francine CLERC, artiste peintre présentera ses œuvres, un voyage chromatique aux traits affirmés, empreint d’une forte émotion. Ses toile traduisent ses états d’âme en quête de l’essentiel, la vie et l’amour. De la figuration vers l’abstraction et vis et versa, de paysages ou portraits expressifs. Vesnica MARTIN-HAJPEK ; sculpteur, peintre et écrivain, née […]

  • Salon des 40
    Salon des 40

    Du Vendredi 15/11/2019 au Dimanche 17/11/2019

    Le Forum - Saint-Louis  -  Saint-Louis

    Le Salon des 40 se déroule au Forum à Saint-Louis, du 15 au 17 novembre 2019. Le Salon des 40, ce sont trois jours d'exposition mettant la création contemporaine amateur du Grand Est à l'honneur. Le Salon est aussi un grand rendez-vous populaire et culturel avec des échanges, des ateliers, la convivialité qui fait tout le charme et la réputation de cet événement. Les artistes […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !