Magazine>Actu Magazine>Ouverture du Squ’art : un lieu innovant pour la création musicale

Ouverture du Squ’art : un lieu innovant pour la création musicale

La gare de Dornach est devenue un laboratoire du son urbain La gare de Dornach est devenue un laboratoire du son urbain © S.F.

On ne s’en rend pas forcément compte de l’extérieur, mais l’ancienne gare de Dornach à Mulhouse se peuple depuis quelques semaines d’artistes œuvrant dans le vaste domaine des musiques actuelles. Le Squ’art se veut au service du l’épanouissement des créateurs : bienvenue dans les coulisses de l’inspiration ! ? Sylvain Freyburger

Si l’on devait trouver une date fondatrice pour le Squ'art, ce serait le 21 juin 2015 : le grand plateau hip-hop proposé sur la place de la Réunion pour la Fête de la Musique a laissé entrevoir l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes mulhousiens, pleine de talents originaux et aussi de besoins en terme de locaux, d’accompagnement...

Le « cluster » des musiques actuelles - une pépinière, si l’on préfère - soutenu par la municipalité avec l’appui du Noumatrouff, s’est d’abord concrétisé par l’installation d’un local resté confidentiel à Bourtzwiller. C’est l’ancienne gare de Dornach, à deux pas du site industriel DMC en pleine renaissance, qui a été choisie pour accueillir définitivement ce projet hybride, moyennant d’importants travaux de réhabilitation.

300 m² pour les sons de demain

Le Squ'art a finalement été inauguré au début du printemps. 300 mètres carré d’espace sont occupés par différents pôles, en lien avec les musiques actuelles, tendance « urbaine » au sens large...

Au rez-de-chaussée, un studio d’enregistrement et de répétition sera bientôt installé. Il côtoie un accueil ainsi qu’un studio photo dont le référent est le photographe Sébastien North, marathonien des concerts. Cette pièce est modulable et propice à l’organisation d’ateliers pédagogiques, l’une des grandes fonctions du Squ’art : enfants et adultes pourront y découvrir l’écriture et le micro, la musique assistée par ordinateur, la photo...

Coworking artistique

A l’étage, les résidents du pôle « MC » sont AD (également responsable pédagogique), Narf8 et Teddy Fam’As, trois fines lames de la scène rap. Le pôle « beatmaking » accueille de jeunes faiseurs de son. Côté DJ’s, c’est le collectif BBK - Big Bastards Klub - qui est aux platines  : c’est ici que se préparent les soirées à succès Bass Room, au Noumatrouff et au Quai des Pêcheurs, en attendant peut-être une école de DJing. La chanteuse Anastasia, qui n’est plus à présenter dans le secteur, dispose aussi d’un espace avec son contrebassiste James Sindatry.

Tout peut être imaginé dans cet endroit à la forme rare voire unique en France, voué à la transmission et au soutien entre artistes, à la mise à disposition de ressources matérielles, techniques, administratives... Des espaces de « coworking » relient les différents pôles, évidemment voués à travailler main dans la main et à accueillir les artistes qui souhaitent faire grandir leurs projets : « ici, c’est un lieu où commencer à évoluer artistiquement, on est là pour tous, pas que pour nous », résume AD. « On peut y concevoir un projet complet : enregistrement, financement, communication... Le potentiel est dingue », souligne Coralie Lerch, présidente de l’association gérante du Squ’art. On est déjà curieux de découvrir tout ce qui va sortir de ses vitres insonorisées !

Page Facebook : Le Squart

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !