Magazine>Actu Magazine>Vérino : « L'humoriste a une utilité sociale »

Vérino : « L'humoriste a une utilité sociale »

A voir au Festival d'Humour de Colmar 2020

Vérino Vérino © Julien Weber

Révélé comme beaucoup à On ne demande qu'à en rire, très populaire sur YouTube, le pro du stand-up Vérino propose son Inglorious Comedy Club le 21 octobre à Colmar. Interview ! Par Mike Obri

JDS : En scrutant votre bio, j'ai remarqué que vous étiez de Nancy...

Vérino : En effet ! Je crois que l'Alsace et la Lorraine génèrent des gens plutôt joyeux. Pas de plage, un climat frais, on a dû acquérir une sorte de résilience en commun ! (rires) Bien sûr, à 20 ans, quand j'ai choisi cette carrière, il a fallu quitter Nancy. Se construire son public dans une petite ville, c'est trop dur.

Vous êtes un humoriste de la jeune génération très populaire, vous cartonnez avec votre chaîne YouTube, et en plus, vous êtes producteur du Inglorious Comedy Club qui tourne partout en France avec de grands noms de la scène actuelle...

En réalité, à l'origine, l'Inglorious, ce n'était même pas pour se faire de la thune, mais un prétexte pour voir les copains ! Artus, qui est un de mes meilleurs potes, ça fait six mois que je ne l'ai pas vu. On est une bande d'amis ravis de se retrouver le temps d'une soirée. Il y a les confirmés, mais aussi des découvertes, comme Tania Dutel, que je produis. L'équipe tourne et ça reste un boulot d'équilibriste que de concilier les disponibilités de tout le monde !

Surtout qu'ils peuvent chacun remplir une salle rien qu'avec leur nom...

Oui ! Blanche Gardin vient de temps en temps, Baptiste Lecaplain ou Pierre-Emmanuel Barré, présent à Colmar... Je fais ce métier depuis 15 ans, on s'est connu quand la notoriété n'était pas encore là. Pour le spectateur, l'avantage de la formule Inglorious, c'est que si t'as un humoriste que t'aimes pas, dix minutes après, t'en as un autre !

YouTube, c'est un complément financier pour un humoriste ?

YouTube ne me rapporte pas grand chose, en revanche, c'est une super tribune. Quand tu passes sur TF1, t'as 4 millions de téléspectateurs, mais les 3/4 ne savent pas qui tu es. Sur YouTube, ce sont tes abonnés, ils te connaissent, comprennent tes délires. On y jouit d'une vraie liberté. Je n'ai plus envie de passer à la télé. Sur YouTube, tu peux réagir en live, tu peux t'excuser, reprendre la parole - pas besoin d'attendre de te faire réinviter sur une émission. Et le fait de sortir chaque semaine une vidéo, c'est une bonne gymnastique, c'est motivant.

Votre avis sur la crise et son impact sur le spectacle vivant ?

De mon côté, j'ai eu pas mal de reports, mais avec des dates qui affichaient déjà complet, alors pour moi, ça va. Les gens sont heureux de revenir rire avec nous. Ils portent des masques, et voilà. On s'y habitue. Avec les pro et les anti-masques, ça nous fait de la matière.

Et ça vanne déjà sur le Coronavirus ou c'est encore top tôt ?

Il n'est jamais trop tôt ! Ou si c'est trop tôt, hé bien je suis désolé, hein ! (rires) Tant que le monde se porte mal, l'humour se portera bien. Je crois beaucoup à l'utilité sociale de l'humoriste. Faire de l'humour quand tout va très bien, pas évident... J'apprécie le rire qui soulève des problématiques. C'est indispensable. Aujourd'hui, ce n'est pas facile d'être une femme, d'être un noir, d'être un juif... Faire rire celui qui est concerné par une problématique et qui a pu en souffrir réellement : c'est à lui qu'il faut penser quand on écrit nos vannes. C'est lui qui a besoin d'une soupape de sécurité. On lui doit une bonne blague.

Colmar | Parc Expo - Me.21/10 à 20h30 - 30/35€
Inglorious Comedy Club avec Vérino, Pierre-Emmanuel Barré, Alex Vizorek, Tom Villa et Tania Dutel
www.festival-humour-colmar.fr

Infos pratiques

Renseignements :

Tarifs :

NC

Commentaires

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Ils prennent soin du château du Hugstein
    Ils prennent soin du château du Hugstein

    Actu Magazine

    En Alsace, rien ne nous rend plus fier que notre patrimoine. Le château du Hugstein est un merveilleux exemple de la résilience d'une poignée de passionnés. Entretenu par des bénévoles qui l'auscultent et le consolident au fil des ans, les ruines du Hugstein s'offrent à nos yeux comme un trésor du passé magnifiquement […]

  • L\'histoire des boules de Noël de Meisenthal
    L'histoire des boules de Noël de Meisenthal

    Actu Magazine

    Meisenthal

    Chaque année, le Centre International d'Art Verrier (CIAV) présente une nouvelle boule de Noël en collaboration avec des designers. Elaborées et fabriquées dans les ateliers à Meisenthal, ces boules sont toujours surprenantes et font partie d'un savoir-faire régional très fécond. « En 1858 la nature fut avare. La grande […]

  • Le Fort Dorsner de Giromagny
    Le Fort Dorsner de Giromagny

    Actu Magazine

    Giromagny

    Construit entre 1875 et 1879, le fort était prévu pour loger 650 hommes environ et abritait à l'origine une cinquantaine de pièces d'artillerie. Il a été modernisé en 1888 (magasins-cavernes, renforcements des caponnières au béton), puis au cours de la Première Guerre […]

  • Voie verte « Portes Bonheur, le chemin des carrières »
    Voie verte « Portes Bonheur, le chemin des carrières »

    Actu Magazine

    Rosheim

    Inaugurée en 2019, la voie verte est aménagée sur 11 km le long de l’ancienne voie ferrée reliant Rosheim à Saint-Nabor. La voie verte « Portes Bonheur, le chemin des carrières » est une création originale de la Communauté de Communes des Portes de Rosheim. A pied ou à vélo, découvrez un parcours « slow life » aux multiples facettes. Art contemporain, nature préservée, […]

  • Lac de Pierre-Percée
    Lac de Pierre-Percée

    Actu Magazine

    Pierre-Percée

    C'est dans un cadre féérique en automne notamment, que vous pourrez découvrir le lac de Pierre-Percée en Lorraine. Situé à 2h de route de Mulhouse, 1h30 de Colmar et de Strasbourg, le "petit Canada" local aura de quoi vous séduire. Situé sur les premiers contreforts du massif des Vosges à une altitude de […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !