Publicité
Magazine>La rencontre>Amandine Piu, illustratrice jeunesse : « J'aime dessiner pour déclencher un sourire ! »

Amandine Piu, illustratrice jeunesse : « J'aime dessiner pour déclencher un sourire ! »

Amandine Piu, illustratrice alsacienne aux dessins fort reconnaissables Amandine Piu, illustratrice alsacienne aux dessins fort reconnaissables DR

Elle a signé l'affiche du festival Ramdam 2022 à Wittenheim... et par conséquent, la couverture du magazine JDS du mois ! Amandine Piu est une illustratrice strasbourgeoise dont vous avez forcément déjà vu les dessins quelque part !  Par Mike Obri

Livres pour enfants, affiches, cartes humoristiques... C'est sûr : vous avez déjà vu un dessin d'Amandine Piu, sans même le savoir ! Passionnée dès son plus jeune âge par le dessin, la Lyonnaise se retrouve diplômée des Arts Déco à Strasbourg... Elle ne quittera plus jamais l'Alsace - c'était il y a près de 20 ans. « Tous mes amis sont ici ! L'Alsace est une belle région, hyper dynamique. Et dans l'illustration, comme tout se fait à distance, par le web ou la Poste, ça se gère très bien », explique Amandine Piu.

Génération Club Do'

Comment cette vocation pour le dessin est-elle née ? « Je suis de la génération Club Dorothée ! J'adorais les Chevaliers du Zodiaque, Juliette je t'aime, Jeanne et Serge... Et j'étais une fan de BD, les Mafalda, Snoopy, Astérix... Avant de m'endormir, on me lisait des petites histoires. Aussi, je me souviens très bien de l'émission Téléchat : en grandissant, je me suis mise à apprécier de plus en plus le surréalisme, les Dali, Miro, Picasso... », se remémore l'illustratrice.

« Enfant, je ne m'ennuyais jamais, car je passais mon temps à dessiner. Après mes études, j'ai envisagé de travailler dans le dessin animé, mais ce n'était pas trop pour moi car on n'y maîtrise pas tout. Ce qui m'intéresse, c'est de mener un projet de A à Z, d'y mettre ma patte à chaque étape, de raconter des histoires, comme le permet le livre jeunesse », précise-t-elle. Il y a 15 ans, sa série de 38 cartes postales humoristiques d'anciennes publicités détournées fait un carton (Nespouik, Pédro l'âne...) « Je sortais des Arts Déco. Beaucoup de gens m'ont connu comme ça, on m'en parle toujours régulièrement. Je suis rentrée dans leur cuisine ! J'étais bien contente de pouvoir les faire sourire, à seulement 1€ la carte. En refaire de nouvelles, un jour, pourquoi pas... j'ai plein de jeux de mots avec des marques en stock ! »

A hauteur d'enfant

Amandine Piu illustre de nombreux albums jeunesse. Avec son style très reconnaissable, rigolo, poétique, tout en rondeurs. « Faire des dessins amusants est ma marque de fabrique, mais ça n'empêche pas d'aborder des thèmes plus sérieux, comme la crise des migrants ou la disparition d'espèces animales. Les dessins légers permettent de rester à hauteur d'enfant, il ne faut pas non plus les plomber (rires) ! On peut faire passer plein d'idées par l'humour... c'est plus facile que de les transmettre par les larmes, non ? », sourit-elle.

Amandine apprécie particulièrement la collaboration avec les auteurs jeunesse de la région, qui sont devenus, à force, des amis : Gilles Baum, Emilie Chazerand, Sylvie Misslin... « On monte régulièrement des projets collectifs entre illustrateurs, il existe une solidarité entre nous. Dessiner, ça permet de réunir les gens... à notre petite échelle ». Amandine sera présente à la librairie du festival jeunesse Ramdam à Wittenheim à la fin du mois : « C'est le tout premier salon du livre qui m'a invité, il y a presque 20 ans ! Il a donc une saveur toute particulière pour moi. »

Une chanson en boucle ? 
« Respire » de Gaël Faye.

Votre livre de chevet ?
« L'écume des Jours », pour la belle poésie de Boris Vian.

Un film ou une série qui vous a marqué ?
J'ai revu « Le Vieil Homme et l'Enfant » avec Michel Simon, qui est immense. Il est une caricature de l'époque et en même temps, porteur d'espoirs.

Une personnalité admirée ?
Je dirais l'ensemble des bénévoles dans les associations caritatives.

Votre dernière grande joie ?
... Plutôt celles à venir !

Votre dernière grande colère ?
Il y a tellement de raisons de se mettre en colère : l'Ukraine, les ONG bloquées en mer, les mauvaises notes de mon fils... (rires)

Truc préféré en Alsace ?
La bière !

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !