Magazine>La rencontre>Margaux et Martin : duo de choc sur scène, duo de charme à la ville

Margaux et Martin : duo de choc sur scène, duo de charme à la ville

Margaux et Martin répondent à une interview croisée du JDS Margaux et Martin répondent à une interview croisée du JDS DR

Margaux et Martin, 50 ans à eux deux, forment un duo musical piano-voix depuis 2017. Ces p'tits jeunes font un tabac sur les scènes alsaciennes avec leurs chansons à texte. on en cause ? Par Mike Obri

Margaux et Martin ont la fraîcheur et l'énergie de leur jeunesse. The World is Yours, c'était le mantra de Scarface. Les deux jeunes gens se sont rencontrés à Science Po à Strasbourg en 2012. Ils ne sont pas tout de suite tombés amoureux. Mais se sont beaucoup fréquentés au Bureau des Arts des étudiants, qui montait des comédies musicales. Le truc de Martin, c'est le piano. Le truc de Margaux, c'est le chant. Martin aime chanter aussi. Et Margaux aime piquer la place de Martin derrière le clavier.

Elle écoute Aznavour, Brel, Michael Jackson. Il adore Elton John et les musiques de films. Sur scène, ils enchaînent les chansons à texte, drôles, sensibles, intelligentes. On ne peut s'empêcher de penser à Lynda Lemay en écoutant Margaux. Une comparaison qui ne l'enquiquine pas outre mesure, puisque c'est sa chanteuse favorite.

C'est un accident !

« Le jour de la Saint-Valentin 2017, je n'avais aucun cadeau pour Martin, je désespérais, car lui me disait qu'il avait trouvé un truc génial pour moi. Alors, je lui ai écris une chanson, Le Prince Charmant, et je lui ai chanté. Je n'avais jamais écrit de chanson avant... », explique Margaux. Et c'est comme ça que tout commence. « Ce duo, c'est un accident », sourit Martin. Même s'ils étaient déjà montés sur scène auparavant, ils n'avaient jamais pensé à se produire devant un public... ensemble. « On est allé voir un café-théâtre à Strasbourg pour leur demander s'ils laissaient les gens chanter. Ils ont dit oui... mais 45 minutes. Nous, on pouvait tenir 15 minutes ! » Le duo écrit d'abord cinq chansons et fait des reprises. Rapidement, l'inspiration vient à Margaux.

« C'est parti sans ambition. Mais une date en entraînait toujours une autre. On a grandi des encouragements du public. Jusqu'à faire plus de 80 concerts », précise-t-elle. Les petites salles du coin les réclament. On comprend pourquoi. Ils ont ce p'tit truc. Ils emportent le public dans leur univers pétillant et coloré. La Moche, La Vie de Couple, La Boîte à Fantasmes... Les arrangements de Martin font mouche. Les textes de Margaux sont ultra-ciselés. « Aborder les grands sujets par la petite histoire », comme elle le dit si bien.

Du début à la fin...

« L'ambition est bien là maintenant. Ce duo, c'est de l'entrepreunariat. Je sais que Margaux trouve ça con quand je dis ça... », s'amuse Martin. Elle tempère : « On démarche qui, on se vend comment ? Martin a raison, il y a une part de marketing, mais parfois je lève les yeux au ciel : on ne vend pas des boîtes avec nos tronches dessus ». De l'eau dans le gaz ? Non... l'eau ne tarde jamais à finir dans le vin avec ces deux-là.

« On est fusionnels. Même si on se dispute, on est obligés de répéter car on a un spectacle bientôt », dit-il. Elle prolonge : « On mène une drôle de vie de saltimbanques. On est ensemble du début à la fin, des répétitions en pyjama dans le salon jusqu'au concert, en passant par la route dans le Berlingo. Seule, je ne l'aurais jamais fait. »

Une musique en boucle ? 
Margaux : « Tenterfield Saddler » de Peter Allen.
Martin : « Someone to Love » de Lewis Capaldi.

Une personnalité que vous admirez ?
Margaux : Mes parents. Pour tous leurs bons choix.
Martin : Aznavour... pour son ambition musicale.

Un film ou une série qui vous a marqué ?
Margaux : 13 Reasons Why, excellente découverte sur Netflix.
Martin : Inception, une claque au ciné.

Ce qui vous émerveille dans la vie ?
Margaux : Je m'émerveille facilement ! Des abeilles dans mes pots de fleurs.
Martin : Me souvenir que chaque jour est unique.

Votre dernière grosse colère ?
Margaux : Martin qui faisait une story Instagram juste avant d'entrer en scène, ça m'a rendue folle ! Y a pas autre chose à faire que ça, à ce moment-là ?!
Martin : L'année dernière. Avec Margaux, bien sûr ! Cela implique même un jet de coussin.

Le truc que vous adorez en Alsace ?
Margaux : Descendre l'autoroute et admirer les pentes douces et rondes des Vosges au loin.
Martin : Les marchés de Noël... et ce que ça implique niveau nourriture.

Commentaires

A voir également

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble  -  Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !