Déco Maison>Extérieur>La tomate : simple à cultiver

La tomate : simple à cultiver

La tomate : simple à cultiver La tomate : simple à cultiver © Dusan Kostic - Fotolia.com

C’est le mois de la tomate : non de sa récolte, mais de sa plantation dans notre potager. La tomate est un des fruits préférés des Français. Simple à cultiver, tous les sols peuvent lui convenir, même les plus austères et ingrats à condition de disposer de deux atouts : de l’ensoleillement et de l’arrosage.

Semi ou plantes en godet ?

Les semis, comprendre les pousses à partir de graines, se font en sortie d’hiver, à partir de janvier. Il faut environ trois mois pour qu’elle ressemble à celle que vous achetez en godet. C’est une solution intéressante pour 3 raisons.

  1. Le choix en graines est vertigineux. La vraie ouverture sur la planète Tomate : des espèces anciennes, nouvelles, bizarres tant en goût qu’en coloris ou tailles. C’est un univers qui ne connaît pas de frontières et dont les adeptes se retrouvent lors des « fêtes des plantes ». Des lieux étranges où tout s’échange sous le manteau. Même sans rencontrer la secte, le catalogue de votre grainetier sera suffisant pour vous plonger dans un abîme de surprise et de perplexité.
  2. Le prix est risible. Les graines se conservent. La culture en semis est d’une simplicité enfantine. Vous vous souvenez lorsque, enfant, vous faisiez germer un haricot dans de la ouate ? C’est presque tout aussi simple, chez vous, près d’une fenêtre...
  3. La fierté de récolter réellement ce que vous avez semé.
    Avant de semer les graines il est conseillé de les réactiver en les humidifiant pendant une journée à température ambiante. Mais les débutants se rabattront vers les plantes en godet.

Comment planter les tomates ?

La tomate n’est guère difficile. Elle se contente de peu. Vous pouvez même envisager sa culture sur votre balcon, dans un grand pot de fleurs d’une profondeur d’une trentaine de centimètres et d’un diamètre identique. Espacer chaque espèce de 80 cm, souvenez-vous qu’elle montera à plus d’1m50 et qu’il vous faudra un tuteur. Notre conseil : préparez un trou du double de votre godet. N’hésitez pas à enterrer une partie supérieure du plant, avec la motte en biais. Elle se redressera toute seule et la partie enterrée va se transformer en racine et fortifier l’ensemble pour une meilleure récolte. Si votre terre est très pauvre vous pouvez l’amender avec un engrais naturel mais ce n’est pas indispensable. Un arrosage fréquent (jamais sur les feuilles!) pendant la saison chaude et en fin d’après midi est indispensable. De nombreux jardiniers se fient à la lune et à ses phases. Ils plantent les tomates et généralement tous les pieds qui montent en lune croissante. L’inverse, donc en phase décroissante, pour tous les légumes qui se développent sous terre (carottes, radis...).

Tomates en pots des jardineries : quand les planter ?

Les jardiniers conseillent de patienter au moins jusqu’aux célèbres trois Saints de Glace : St Mamert, St Pancrace, St Servais les 11,12 et 13 mai. Les racines des jeunes plants sont fragiles et il faut redouter les dernières gelées nocturnes, qui, sans protection, leur seraient fatales. Les optimistes rétorqueront qu’avec une petite protection de surface les risques sont limités mais d’autres, en Alsace, encore plus prudents, attendront la Sainte (froide) Sophie, le 25 mai.

 

Quels soins apporter ?

Il faut des tuteurs solides pour accompagner la croissance. Supprimez les nouvelles pousses en cours de saison au pied pour privilégier celles du haut. Une fois par semaine on débroussaille, surtout vers la fin de l’été ,où on supprimera toutes les feuilles pour favoriser le mûrissement. Inutile de garder les fleurs de septembre : elles n’auront pas le temps de se transformer en fruits. Les œillets d’Inde sont connus depuis longtemps pour leur complémentarité et symbiose protectrice avec la tomate. Plantez-en au pied.

Faut-il opter pour les hybrides F1 ?

Halte à la paranoïa. Cette mention que vous retrouverez souvent signifie qu’il s’agit d’une sélection qui cumule les avantages de chacun des deux « parents » naturels. On fait polliniser l’un par l’autre pour obtenir la résistance de l’un et, par exemple, la productivité ou le goût de l’autre. Le 1 signifie de la première génération. L’hybride F1 n’est généralement pas stérile et ses graines peuvent se ressemer mais vous ignorez lequel des deux, lors de la prochaine génération, en F2, reprendra le dessus. Vous aurez peut être une faible production et une grande résistance aux maladies...

Comment varier les plaisirs ?

Entre les espèces dites « cerise » ou « cocktail » à grignoter lors des apéritifs, glissez une « marmand » pour les recettes de tomate farcie, une « roma » pour vos sauces et conserves, une « russe », noire de Crimée, pour observer des fruits qui peuvent atteindre une taille incroyable...

Commentaires

A voir également

  • Entrez dans le jeu
    Entrez dans le jeu

    Du Lundi 21/10/2019 au Samedi 26/10/2019

    Centre Commercial Ile Napoléon  -  Illzach

    [#EntrezDansLeJeu] Du 21 au 26 octobre découvrez la nouvelle animation de votre centre commercial Ile Napoléon ! Avec "Entrez Dans le Jeu", choisissez votre avatar et devenez le héros d’un jeu vidéo format XXL qui plaira aussi bien aux petits qu’aux plus grands ! Prenez place sur un immense matelas gonflable devant un écran géant, choisissez votre avatar (Dracula, Frankenstein, la […]

  • 5 trucs qu’un Alsacien fait dans son jardin
    5 trucs qu’un Alsacien fait dans son jardin

    Extérieur

    1) Il se verse un PiconC’est bien joli de jardiner et de rempoter les tomates et les pétunias, mais en premier lieu, le jardin ou chardin - comme on dit chez nous - c’est fait pour prendre l’apéro avec les amis, ah yo ! Hop, on sort les chaises en plastique. 2) Il monte un brise-vueL’Alsacien aime bien avoir sa petite intimité (voir […]

  • Comment bien choisir son barbecue ?
    Comment bien choisir son barbecue ?

    Extérieur

    Avec l’été, l’envie de barbecue se fait rapidement ressentir. Mais on ne doit pas choisir son barbecue au hasard. Pour que votre barbecue réponde à vos besoins et à votre style de vie, il est important de tenir compte d’un certain nombre de caractéristiques telles que la taille, la source d’énergie et le matériau du […]

  • Des poules pondeuses très appréciées
    Des poules pondeuses très appréciées

    Extérieur

    Coucou, Sussex ou Harco… Les poules pondeuses reviennent en nombre dans les jardins des particuliers. Elles ont deux gros avantages : fournir des œufs frais et réduire les déchets. Les uns les choisissent pour leur beau plumage, d’autres pour leur efficacité dans le pondoir : les poules font un retour tonitruant dans les jardins des particuliers. […]

  • Désherber sans polluer
    Désherber sans polluer

    Extérieur

    A partir du 1er janvier 2019, la vente des pesticides chimiques sera interdite aux particuliers. Autant prendre des bonnes habitudes tout de suite pour désherber sans polluer. Adieu insecticides, fongicides, et autres herbicides d’origine chimique pour les jardiniers ! Depuis le 1er janvier 2017, les communes et les collectivités territoriales n’ont plus le droit […]

  • Je veux un potager bio au naturel. Oui, mais par où commencer ?
    Je veux un potager bio au naturel. Oui, mais par où commencer ?

    Extérieur

    Vous souhaitez manger plus sainement et cultiver vos propres légumes, de façon naturelle et bio ? Hubert Jacob, jardinier depuis 50 ans, vice-président de la société Arbo Nature, nous donne les clés d’un jardin « productif et rentable ». Par Sandrine Bavard 1. Prévoir la bonne superficie Première question à se […]

Le QUIZ de la semaine SITV Colmar

Cette semaine, on vous invite au Salon du Tourisme de Colmar - SITV : 50 entrées à gagner.

Participer au jeu concours
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !