Gastronomie>Actu Gastronomie>20 questions nulles à un chef étoilé : Jean-Michel Eblin, chef du Maximilien* à Zellenberg

20 questions nulles à un chef étoilé : Jean-Michel Eblin, chef du Maximilien* à Zellenberg

Jean-Michel Eblin, chef très discret et réservé, nous a néanmoins fait confiance pour cette drôle d\'interview ! Jean-Michel Eblin, chef très discret et réservé, nous a néanmoins fait confiance pour cette drôle d'interview ! © M.O.

Ils ont une ou deux étoiles au guide Michelin, ce sont des références derrière les fourneaux, et pourtant, ils ont accepté de répondre à une série de questions idiotes que personne ne se pose jamais. Commis par Mike Obri

1) Vous m'aviez dit il y a quelques années que vous étiez sur le point de prendre votre retraite. Qu'en est-il ?

Je suis officiellement retraité, mais je vais continuer d'être le chef du Maximilien encore quelques années. à 60 ans, je trouve que c'est encore plus dur et plus stressant qu'avant. Le métier évolue. La clientèle est friande de contacts avec le chef, de plus de théâtralité, d'une certaine manière. Moi, ça n'a jamais été mon fort, je suis un chef discret. Mais je n'ai pas eu si tort que cela. J'ai bien travaillé 30 ans de cette manière. C'est le bouche-à-oreille des clients qui fait office de juge de paix.

2) Que va devenir le Maximilien ?

Il va fermer. Nous habitons à l'étage. Dans quelques années, nous habiterons donc aussi au rez-de-chaussée ! Mes deux filles ne travaillent pas du tout dans la restauration, et l'objectif a toujours été de rester vivre ici.

3) Je suis végan, vous me foutez dehors ?

On a de plus en plus de demandes de ce genre. Quand on n'est pas prévenu à l'avance, réaliser un menu végan en sept services, c'est très compliqué !

4) Votre insulte préférée ?

P'tit con. Il y a une certaine tendresse derrière. T'es un p'tit con mais je t'aime quand même...

5) La dernière fois où vous avez gueulé ?

J'évite, car tout sort d'un coup, mais c'est rare. En cuisine, j'essaie de prendre du recul et d'être cool.

6) La dernière fois où vous avez pleuré ?

Je pleure souvent pour un rien. Je suis très sentimental.

7) Votre plus grande phobie ?

Ne pas y arriver.
- Mais vous y êtes arrivé.
(Rires) Jusqu'au bout ! On court après la vie... l'idéal serait d'être devant.

8) Meilleur conseil jamais reçu ?

Rester humble. Et garder les pieds sur terre. On ne sait jamais ce qui peut arriver.
- Vous n'aimez pas les surprises...
Je déteste ! On a souvent tendance à se dire... je travaille maintenant, j'en profiterai plus tard. On ne sait pas s'il y aura un "plus tard". Il faut en profiter tout de suite.

9) Burger préféré au McDo ?

Le cheeseburger, j'aime bien ! Quand on revient des courses à Houssen, on s'y arrête parfois. Y'a pas de raison ! ça vous étonne, on dirait ?

10) Qu'est-ce qui vous rendait heureux quand vous étiez enfant ?

Les grandes réunions de famille. Il pouvait y avoir jusqu'à une centaine de personnes chez le papy à Orschwiller.

11) Quel moment aimeriez-vous revivre pendant cinq minutes ?

Cinq minutes avec mes parents, qui sont partis trop tôt.

12) Film préféré et pourquoi ?

Docteur Jivago avec Omar Sharif. C'est le premier film dont j'ai souvenir. Ces décors enneigés m'ont marqué. J'ai pu rencontrer Omar Sharif en chair et en os à Paris, à l'époque où je travaillais au Taillevent, alors triplement étoilé. Là-bas, je me souviens aussi avoir croisé Gainsbourg... l'entrée lui avait été refusée en raison de sa tenue débraillée. Il est revenu le soir suivant en smoking... et en baskets !

13) Si vous n'étiez pas chef, vous feriez quel métier ?

Jardinier-paysagiste. Faire mon jardin, ça me vide la tête. J'aime la nature.

14) Quel est le pire cadeau que l'on puisse vous faire ?

M'envoyer un journaliste pour un article ! J'évite, je ne suis pas à l'aise. Bon, vous, ça va. (Rires)

15) Vous devez renommer votre restaurant, vous l'appelez... ?

Je ne me suis jamais posé la question. Il porte le nom d'un roi, comte de Ribeaupierre, grand-père de Sissi l'Impératrice, et illustre bon vivant. Aujourd'hui, je choisirais peut-être un nom en rapport avec les sacrifices que ce métier exige. Avec ma femme Anne (ndlr : qui officie en salle), quand on voit ces émissions où des jeunes rêvent de devenir restaurateurs... On sait que c'est une vie où l'on passe à côté de beaucoup de choses. Quand on cherche l'excellence, ce métier avale tout votre temps, et le temps est précieux.

16) Si vous ne pouviez boire qu'un seul vin... vous choisissez ?

Un Châteauneuf-du-Pape. Pour bien faire, j'aurais pu dire un Alsace, en plus, mes frères sont vignerons. Mais moi, c'est le Rhône...

17) La faute qui vous inspire le plus d'indulgence ?

Vous en avez, de ces questions ! Je peux me mettre à la place de tout le monde, une erreur est si vite commise. Tout peut se pardonner.

18) Qu'est-ce qu'il y a après la mort ?

Autre chose, j'espère, mais je ne saurais vous dire quoi...

19) Vous voilà au Purgatoire, vous considérez avoir réussi votre vie ?

On ne peut jamais avoir tout réussi, il y a toujours du pour et du contre.
- Vous feriez un superbe Saint-Pierre.

20) Un p'tit selfie pour finir ?

Pas de problème !

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !