Gastronomie>Actu Gastronomie>Turbine ou sorbetière ?

Turbine ou sorbetière ?

Turbine ou sorbetière ? Turbine ou sorbetière ? DR

Nous vivons une époque formidable. Pour quelques dizaines d’euros vous trouverez dans le commerce des sorbetières tout à fait convenables pour la réalisation de succulents desserts. Alors pourquoi investir quelques centaines d’euros dans une turbine à glace ?

Sorbetière classique. Pour qu’une glace soit onctueuse, régulière et de consistance agréable, il faut que ça tourne pendant la phase de congélation. Cette astuce évite la formation des cristaux désagréables. Les modèles des années 1970 se plaçaient directement dans le congélateur mais l’opération était longue et nécessitait souvent l’usage d’une rallonge. Puis est apparu le modèle à accumulation. Un principe simple. Le bac emmagasine le froid  car il y a un disque accumulateur de froid au fond. En le plaçant  pendant une douzaine d’heures préalablement dans son congélateur, la température stockée permet de réaliser en une vingtaine de minutes sa crème glacée...
Problème : la demi-journée nécessaire au refroidissement du bac. Certains futés contournent le problème en jonglant avec plusieurs bacs alternativement.

La turbine à glace. Pour un coût sensiblement plus élevé (600 euros pour la Rolls de chez Magimix) vous pouvez acquérir une sorbetière réellement autonome, qui possède son propre système de refroidissement. Le résultat est parfait et en une trentaine de minutes vous régalez toute votre famille. Des parfums différents deviennent enfin envisageables.

Indispensable, la cuillère à glace !
Pour faire le service de vos glaces et sorbets, nous vous conseillons de choisir un modèle très résistant. Avec cet ustensile, vos boules seront parfaites et vous ne serez pas obligé d’attendre que la glace fonde pour entamer le bloc.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !