Magazine>Actu Magazine>Une école Montessori ouvre à Mulhouse

Une école Montessori ouvre à Mulhouse

La pédagogie Montessori repose sur un matériel pédagogique très spécifique La pédagogie Montessori repose sur un matériel pédagogique très spécifique © www.fotolia.com

Une école Montessori va ouvrir à Mulhouse à la rentrée (des portes ouvertes étaient organisées les samedis 24 mars et 7 avril 2018). Elle devrait accueillir une dizaine d’enfants de 3 à 4 ans au début et jusqu’à 28 élèves d’ici à trois ans. Asmâa Hajjam Kettani, l’instigatrice de ce projet, nous dévoile les contours de sa future Maison des enfants.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans la pédagogie Montessori au point d’ouvrir une école aujourd’hui ?

C’est une démarche mûrie à la naissance de mes enfants. Je suis scientifique à la base, titulaire d’un DESS et développement pharmaceutique et d’un Master marketing. J’ai pratiqué la pédagogie Montessori avec mes enfants dès le plus jeune âge, et j’ai voulu la partager, maintenant qu’ils ont grandi, avec d’autres enfants. Je me suis formé pendant un an à Nogent-sur-Marne, dans un centre aggrée et affilié à l’Association Montessori international (AMI). En Alsace, il n’y a pas beaucoup d’écoles qui suivent cette pédagogie de A à Z, il y avait donc un manque à combler.

Qu’est-ce que cette pédagogie alternative apporte aux enfants ?


Cela leur apporte beaucoup d’autonomie. Avant ma formation, j’avais tendance à faire des choses à la place de mes enfants, pour leur faciliter la vie. Or, c’est tout l’inverse qu’il faut faire : il faut qu’ils fassent les choses par eux-mêmes. La pédagogie Montessori repose sur tout un arsenal de matériel pédagogique qui permet à l’enfant d’apprendre par lui-même : il en sort épanoui et heureux, ça développe sa confiance en lui et son estime de soi.

Comment ça fonctionne exactement ?

C’est l’enfant qui va choisir le matériel qui lui convient à un moment où il en a besoin. L’enfant de 0 à 6 ans traverse cinq périodes sensibles, où il va être attiré par tel objet et totalement indifférent à un autre. Le rôle de l’éducateur est d’observer l’enfant pour savoir s’il est dans une période sensible au langage, au développement sensoriel ou social par exemple pour lui présenter le matériel adéquat et adapté à son âge, lui expliquer son fonctionnement. Comme on va capter son attention, il va apprendre plus facilement.

Pouvez-vous nous donner un exemple concret d’un apprentissage ?

Pour ce qui est de l’écriture, on ne va pas lui mettre un crayon directement dans les mains. Quand un enfant tient un stylo pour la première fois, il appuie très fort, il va presque arracher la feuille. On passe par un apprentissage en amont pour assouplir sa main et son poignet, avec tout une aire sensorielle et de vie pratique à cet effet. Il va par exemple faire des gradations avec du papier de verre, du plus fin au plus rugueux, verser des pichets d’eau du plus lourd au plus léger, visser et dévisser des boulons, ouvrir et fermer des cadenas pour un travail occulo-moteur… On travaille le dessin pour manier le crayon avant d’aller à la lettre. Lorsqu’il arrive à l’écriture à proprement parler, il a fait un tel travail en amont qu’écrire un « a » ou « o » devient très facile pour lui.

Pas de notes, pas d’échecs... C’est une pédagogie où l’enfant est plus valorisé ?

Le matériel est autocorrectif, de sorte que l’enfant se rend compte de lui-même qu’il y a une erreur. Ce qui est valorisant aussi, c’est que les enfants de 3 à 6 sont ensemble. Les petits apprennent des grands et les grands sont valorisés parce qu’ils apprennent des choses aux petits. Il y a une émulation.

Il y a beaucoup de fantasmes sur cette pédagogie où l’enfant est très libre... Mais jusqu’où ?

Ce n’est pas une pédagogie de l’enfant roi, loin de là. L’enfant choisit ce qu’il veut travailler, mais il ne fait pas ce qu’il veut, l’éducateur est là pour le remettre dans le droit chemin. Si l’enfant commence à jouer avec le matériel, on lui explique que ce n’est pas un jouet, mais du travail. On essaye de canaliser leur énergie par la vie pratique, avec beaucoup de manipulations.

Il y a aussi un rythme de travail différent de l’école traditionnelle, en continu...

Le travail ne doit pas être interrompu. On commence à travailler à 8h30 jusque 11h ou 11h30, jusqu’à l’heure du repas. Au début, l’enfant papillonne avant de trouver une activité qui lui convient. Ce n’est pas quand il est très concentré qu’on va l’interrompre avec une récréation. Il utilise le matériel autant de fois que nécessaire, car c’est la répétition qui favorise la concentration de l’enfant. Lorsqu’il travaille, l’enfant n’est pas fatigué. Ce n’est pas laborieux, ce n’est pas une contrainte puisque c’est lui qui a choisi son activité.

Vous avez aussi fait le choix d’une école bilingue, français/ allemand. Pourquoi ?

On est dans une tranche d’âge où les enfants sont des éponges : ils absorbent énormément de choses et beaucoup plus facilement une langue étrangère. Ce sera comme dans un couple mixte : je parlerai en français aux enfants et un autre éducateur leur parlera uniquement en allemand.

Si un enfant a suivi ce cursus, est-ce qu’il a tous les apprentissages pour aller ensuite dans une école publique ?

Il a même beaucoup plus que ce dont il a besoin. En mathématiques, il connaît les quatre opérations fondamentales et sera capable de faire des additions avec des grands chiffres, pas simplement 2+2. Il apprend la géométrie de façon sensorielle : il touche ce que c’est un carré, une sphère, un hexagone… des notions que l’on apprend plus tard dans une école traditionnelle. Il aura tout un socle de connaissances pour entrer dans un CP traditionnel.

☛ Propos recueillis par S.B en mars 2018

Infos pratiques

1, rue de Thann 68200 Mulhouse

Renseignements :

Horaires :

Portes ouvertes les samedi 24 mars de 9h30 à 13h00 et
samedi 7 avril de 9h30 à 13h00

Tarifs :

NC

Commentaires

  • M.D | 12/04/18 | 10h58

    Maman formée à une pédagogie (il en existe tant d'autres...) et n'étant pas professionnelle de la petite enfance.. Ce métier pourtant ne s'improvise pas.. Cela m'interroge grandement..

  • Danele Sigrist-Barrette | 26/03/18 | 9h38

    Un enrichissement de qualité de plus pour Mulhouse. Bravo et plein de succès pour guider plein d' enfants sur le chemin de leur epanouissement!!

  • Haxaire | 25/03/18 | 12h18

    Cette méthode est déjà pratiquée à Aubure ... et elle fonctionne très bien .

  • Tous les commentaires (4)

A voir également

  • 20 questions nulles à un chef étoilé : Jean-Luc Brendel, chef de La Table du Gourmet* à Riquewihr
    20 questions nulles à un chef étoilé : Jean-Luc Brendel, chef de La Table du Gourmet* à Riquewihr

    Riquewihr

    Ils ont une ou deux étoiles au guide Michelin, ce sont des références derrière les fourneaux, et pourtant, ils ont accepté de répondre à une série de questions idiotes que personne ne se pose jamais.    Commis par Mike Obri 1) Chef Brendel, vous êtes installé à Riquewihr depuis plus de trois décennies ! Quel est le truc que vous […]

  • Survol de Neuf-Brisach en hélicoptère
    Survol de Neuf-Brisach en hélicoptère

    Neuf-Brisach

    Vous connaissez probablement Neuf-Brisach pour ses fortifications imaginées par Vauban au XVIIème siècle. Visiter la ville, c’est bien... mais voir sa forme octogonale depuis le ciel, c’est encore mieux. C’est ce que vous propose l’Office de Tourisme Pays Rhin-Brisach ! Vous avez toujours rêvé de monter à bord d’un hélicoptère ? Et de voir un bout d’Alsace […]

  • 20 questions nulles à un chef étoilé : Olivier Nasti, chef de la Table d\'Olivier Nasti** à Kaysersberg
    20 questions nulles à un chef étoilé : Olivier Nasti, chef de la Table d'Olivier Nasti** à Kaysersberg

    Kaysersberg-Vignoble

    Ils ont une ou deux étoiles au guide Michelin, ce sont des références derrière les fourneaux, et pourtant, ils ont accepté de répondre à une série de questions idiotes que personne ne se pose jamais.    Commis par Mike Obri 1) Olivier Nasti, je pose cette même question à tous les chefs  : si vous deviez changer le nom de votre restaurant, vous choisiriez […]

  • La saison 2019-2020 au Théâtre La Coupole
    La saison 2019-2020 au Théâtre La Coupole

    Théâtre La Coupole - Saint-Louis  -  Saint-Louis

    Le secret de fabrication de cette saison à La Coupole à Saint-Louis réside dans l'éclectisme des spectacles présentés ! Entre rire et danse, musique et arts scéniques, La Coupole a toujours eu le don de dénicher ces artistes prometteurs et ces têtes d'affiches pointues que l'on rêve d'aller voir sur scène. Au service du public Parmi la longue liste d'artistes […]

  • Changer de déco selon les saisons
    Changer de déco selon les saisons

    Le meilleur moyen de changer de saison en toute sérénité, c’est bien-sûr d’adapter la décoration de votre habitat ! Vous pourrez ainsi modifier les couleurs, les objets voire les meubles au gré des grandes fêtes et des changements de luminosité, pour ne jamais vous lasser. N’oubliez pas cependant de prévoir une solution de stockage pour les meubles et accessoires […]

  • Je randonne en automne
    Je randonne en automne

    Actu Magazine

    A la recherche d'air frais et de paysages automnaux pour bien finir le week-end ? Si vous cherchez à allier l'utile à l'agréable, nous vous proposons quelques itinéraires de balades où vous pourrez (si vous avez de la chance) trouver quelques champignons pour ajouter à votre omelette ou votre risotto !  Le Mont Sainte-Odile et son mur Païen Sur […]

  • Les fermes auberges en Alsace, dégustez un repas marcaire dans les Vosges !
    Les fermes auberges en Alsace, dégustez un repas marcaire dans les Vosges !

    Actu Magazine

    Les fermes auberges sont une institution en Alsace. Elles sont le symbole même des traditions et du savoir-vivre authentique "à l'alsacienne". Situées dans les Hautes-Vosges du Haut-Rhin et les Vosges du Nord dans le Bas-Rhin, et le long de la route des Crêtes, les fermes auberges proposent leurs menus traditionnels issus de la ferme, comme le fameux repas marcaire. […]

  • 5 endroits dans les parages où il ne faut pas traîner la nuit
    5 endroits dans les parages où il ne faut pas traîner la nuit

    Actu Magazine

    Au JDS, nous labourons le Haut-Rhin en long, en large et en travers. à force de faire les coins et les recoins, nous avons identifié cinq lieux à l’atmosphère morbide. On n’y passerait pas la nuit (l’entrée est interdite sur l’ensemble de ces lieux t’façon !) Par Mike Obri 1) L’hôtel abandonné de […]

  • Violences conjugales : oser en parler, avec Solidarité Femmes 68
    Violences conjugales : oser en parler, avec Solidarité Femmes 68

    Actu Magazine

    Les violences faites aux femmes est un sujet d'actualité dont on parle beaucoup dans les médias ces derniers mois. Bien évidemment, c'est loin d'être nouveau pour les associations locales dont c'est le quotidien depuis des décennies. On a souhaité en savoir plus, avec l'association Solidarité Femmes 68 à Saint-Louis qui s'occupe de femmes […]

  • Halloween, faites-vous peur !
    Halloween, faites-vous peur !

    Actu Magazine

    Télécharger le dossier sorties spécial Halloween  La période d'Halloween est idéale pour se faire peur, faire des activités insolites autour des mythes et des légendes d'épouvantes. Découvrez dans ce dossier toutes les animations et sorties autour de cette fête célébrant les légendes d'automnes et le […]

Le QUIZ de la semaine Maison et Innovations

Cette semaine, on vous invite au Salon Maison et Innovations à Belfort-Andelnans. 40 entrées sont en jeu !

Participer au jeu concours
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !