Magazine>La rencontre>Daniel Braun, président de l’ASPTT : « Un peu de passion... mais surtout pas trop »

Daniel Braun, président de l’ASPTT : « Un peu de passion... mais surtout pas trop »

Daniel Braun, président de l’ASPTT Mulhouse Daniel Braun, président de l’ASPTT Mulhouse DR

À Strasbourg, il y a le Racing. À Mulhouse, nous avons les volleyeuses de l’ASPTT, championnes de France 2017 ! Mulhouse va accueillir la Coupe de France les 2 et 3 mars 2019 : on en parle avec le président de l’ASPTT, Daniel Braun.    Par Mike Obri

Quand nous avons demandé à Daniel Braun ce qu’il fallait pour devenir le président d’un club de haut niveau, le temps s’est arrêté quelques secondes. Comme souvent, avant de répondre à n’importe quelle question, y compris les plus futiles comme ses goûts musicaux ou littéraires, cet ancien directeur général adjoint de la Banque Populaire d’Alsace prend le temps de la réflexion. « Pour être un bon président, il faut un peu de passion... mais surtout pas trop », analyse-t-il. En place depuis 2013, Daniel Braun met l’accent sur la rigueur et la prudence dont a besoin un club comme l’ASPTT Mulhouse - aussi bien sur les terrains qu’en coulisses. « L’organisation et l’analyse des processus, c’est ma passion ! », s’exclame Daniel Braun. On attend alors une pirouette humoristique ou une quelconque chute... qui n’arrivera jamais. Le président ne plaisante pas.

Un gestionnaire rigoureux

« L’ASPTT se dirige comme une entreprise. Il faut être touche-à-tout. Défendre ses budgets et être un bon gestionnaire. Faire très attention au juridique, à la communication... » Dans sa jeunesse, Daniel Braun jouait au volley à un niveau départemental. « Mais je ne sautais pas très haut ! », s’amuse le Mulhousien. Ami de longue date avec la famille Magail, qui entraîne les joueuses de l’ASPTT, il leur confie un jour son « angoisse de s’emmerder » à la retraite. Quelques mois après avoir mis un terme à 46 ans de carrière à la Banque Populaire, il arrive à la présidence du club. « Je n’avais pas réalisé à quel point il était difficile de faire mieux que cette deuxième ou troisième place au championnat qui nous collait à la peau. Il y a quelques années, Cannes écrasait tout, avec un budget de fonctionnement quatre fois plus important que celui des autres clubs. Il faut être réaliste : sur la durée, quand tu as plus de moyens, tu fais la loi. »

Ça passe ou ça smashe

« Le budget est passé d’environ 900 000€ en 2013 à 1,4 million cette saison. On travaille beaucoup à augmenter nos ressources propres à travers les rentrées d’argent de la billetterie, de la boutique, et des prestations que l’on organise pour les privés. à notre niveau, il faut s’assurer de pouvoir attirer les talents internationaux. Pas facile : en Italie ou dans les pays de l’Est, les charges sont moins importantes. La masse salariale, c’est 60% de notre budget de fonctionnement », poursuit-il. L’ASPTT compte trois entraîneurs, mais aussi plusieurs salariés dans les bureaux et bien sûr une dizaine de joueuses professionnelles. Mais tout cela ne fonctionnerait pas sans la centaine de bénévoles qui gravite autour du club.
Est-ce que l’on gagne bien sa vie lorsqu’on est une femme qui joue au volley-ball en France ? Daniel Braun ne donnera aucun chiffre bien sûr, mais commente : « Cela peut aller du simple au double ». Des jalousies ? « Du tout. Elles savent ce qu’elles valent en fonction de leurs parcours et de leurs expériences, exactement comme sur le marché du travail. » Joli coup cette saison, le Palais des Sports accueille la Coupe de France les 2 et 3 mars : Mulhouse jouera à domicile et tentera de mettre un nouveau titre à son actif.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en […]

  • Delphine Wespiser : quoi d\'neuf ?
    Delphine Wespiser : quoi d'neuf ?

    La rencontre

    L'ancienne Miss France Delphine Wespiser n'a pu quitter son Haut-Rhin natal. Installée à Mulhouse, elle fait l'équilibriste entre les plateaux télés et sa vie alsacienne bien plus rangée.    Par Mike Obri Les passants s'arrêtent régulièrement pour prendre ce joli brin de fille en photo. Parfois même en "sournois", […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !