Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville
Si ça bouge, c'est dedans !
Magazine>La rencontre>David Cage, créateur mulhousien de jeux vidéo

David Cage, créateur mulhousien de jeux vidéo

      
David Cage, créateur mulhousien de jeux vidéo DR David Cage, créateur mulhousien de jeux vidéo

A 45 ans, David Cage, originaire de Mulhouse, vient de recevoir la Légion d’honneur. Il porte haut les couleurs du jeu vidéo made in France dans le monde entier, avec des jeux basés sur l’émotion et l’interactivité.

Propos recueillis en décembre 2014.

Avez-vous déjà vu des jeunes demander un autographe à un chef d’entreprise ? La scène, surprenante, se produit après une conférence de David Cage à l’Université de Haute Alsace à Mulhouse, qui répond de bonne grâce à toutes les sollicitations. Le quadragénaire, qui a fait ses classes au Lycée Montaigne à Mulhouse avant de partir à Paris pour percer dans la musique, s’est finalement fait un nom dans le domaine des jeux vidéo. Cet autodidacte est aujourd’hui à la tête d’une entreprise florissante de 200 salariés à Paris, la société de production Quantic Dream réputée dans le monde entier pour ses jeux qui relèvent presque du 7ème art, privilégiant le récit et l’émotion. A 10 000 lieux des jeux de foot et de guerre : « On crée des jeux qui ne reposent pas sur les mêmes mécanismes que les autres, souvent la violence, mais qui sont basés sur l’émotion et le ressenti du joueur. On essaie de créer une expérience de jeu unique, avec une démarche presque artisanale, où l’on met beaucoup d’amour et de passion », revendique David Cage, scénariste et réalisateur interactif comme il se définit lui-même.

Un scénario à choix multiples

Avec quatre jeux en quatorze ans, le studio Quantic Dream sait créer l’attente et l’évènement. Dès la sortie de son premier jeu, Omikron, the Nomad soul en 1999, le studio français fait sensation avec une B.O de 12 titres signée David Bowie : « C’est quelque chose qu’il n’avait jamais fait, donc il avait envie d’essayer. On le voyait comme quelqu’un d’intouchable, mais en fait il est très accessible, simple et ouvert », commente David Cage.

Pour la sortie du dernier jeu, le thriller psychologique Beyond : Two Souls, en 2013, le studio a fait appel aux célèbres acteurs américains Ellen Page et Willem Dafoe : « On travaille sur un grand plateau, sans décor, sans costume, avec des caméras sur 360°. Cela demande un gros travail d’imagination pour les acteurs, quelque chose d’assez pur qui se rapproche du monde de l’enfance », souligne le concepteur. Ils doivent aussi jouer toutes les versions possibles d’une scène : dire oui, non, je ne sais pas, peut-être, puisque le scénario est à choix multiples.

Et c’est ce qui fait tout la force de Quantic Dream : ne pas raconter une histoire, mais toutes les histoires possibles et imaginables, permettant au joueur de se mettre dans la peau de plusieurs personnages et de faire avancer le récit selon ses propres choix moraux. Avec un degré d’empathie étonnant, comme avec le révolutionnaire Heavy Rain, un thriller psychologique mainte fois récompensé : « On a fait un jeu où l’on peut boire du jus d’orange et jouer avec ses enfants pendant 10 minutes. On le fait car quand le personnage va perdre un de ses fils, il y aura une vraie rupture émotionnelle pour le joueur. Tout devient jouable, du moment que cela fait sens, et c’est fascinant », s’enthousiasme David Cage.

Même si ce jeu s’est vendu à 4 millions d’exemplaires dans le monde, Quantic Dream reste atypique et minoritaire sur son secteur : « Dans les jeux vidéo, il faut toujours sauver le monde, sauver la princesse, refermer la porte des enfers. Pourquoi ne pas aborder des thèmes plus proches de nous, plus humains en somme ? Le jeu vidéo permet de se mettre "à la place de", et le fait mieux que le ciné, la télé ou la littérature. Mais on ne le fait pas, parce qu’on pense que les jeux sont destinés aux enfants, pas aux adultes. »

David Cage tente lui de faire passer le jeu vidéo à l’âge adulte, d’y amener un public plus large, en faisant un « travail d’évangélisation du marché, incroyablement conservateur ». « Quand on a éteint la console, on a passé un bon moment ou on s’est vidé la tête, mais peu de jeux vidéo vont vous marquer comme des films ou des livres peuvent le faire. Est-ce qu’on sera un jour capable de créer un jeu qui aura la force d’un Taxi Driver ou d’un Apocalypse now, la force de changer une vie ? » La réponse est peut-être entre ses manettes...

« Un espace de liberté »

Le jeu vidéo a connu un bond technologique en quelques années. Le studio Quantic Dream utilise la motion capture comme dans les blockbusters tels que Avatar ou Le Seigneur des anneaux. Les acteurs sont bardés de capteurs qui enregistrent les moindres expressions du visage et du corps, pour que les personnages du jeu vidéo collent au plus près de la réalité. Le résultat est bluffant : le jeu Beyond : Two Souls, aux 20 millions d’euros de budget, autant que le film De Rouille et d’os, a même été sélectionné au festival du film de Tribeca ! Si Quantic Dream peut bénéficier d’une telle marge de manœuvre, c’est qu’il a signé un contrat d’exclusivité avec Sony et sa PS3. « Il y a des réalisateurs de films qui m’envient parce que j’ai un vrai espace de liberté pour créer. Aux États-Unis, ils doivent rendre des comptes à 10 000 personnes, et très souvent, ils n’ont pas le final cult. C’est très rare de faire ce que l’on veut, admet David Cage. En contrepartie, on doit créer des jeux originaux et rentables. » En un an, Beyond s’est déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires.

Des goûts et des couleurs

En boucle sur votre Ipod ?
La B.O de L’étrange Noël de monsieur Jack.

Votre livre de chevet ?
J’en lis toujours 3/4 en même temps. La Confession d’un enfant du siècle d’Alfred de Musset, Le Héros aux mille et un visages de Joseph Campbell et du Nietzsche.

Une personnalité que vous admirez ?
David Bowie, la personne la plus charismatique que j’ai rencontrée. Il a tenté énormément de choses et a une carrière comme peu d’artistes en ont.

Un endroit où vous sentez bien ?
La forêt de Fontainebleau.

Votre resto préféré dans le coin ?
Hug à Mulhouse, un resto où j’avais invité ma première petite amie.

Le truc que vous appréciez chez les autres ?
L’intelligence.

Le truc qui vous énerve chez les autres ?
J’aime pas les gens sectaires, ceux qui n’ont qu’une vérité, la leur.

A voir également

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Denis Leroy, directeur de l\'Ecomusée d\'Alsace : « Je mise sur l\'énergie collective de ce lieu »
    Denis Leroy, directeur de l'Ecomusée d'Alsace : « Je mise sur l'énergie collective de ce lieu »

    La rencontre

    Printemps 2019. Denis Leroy vient de prendre la tête de l'Ecomusée d'Alsace. Il souhaite d'abord bien connaître le lieu et ceux qui le font vivre avant d'en imaginer les projets futurs. Par Mike Obri Le nouveau directeur de l'Ecomusée, arrivé le 1er mars dernier, est un manager qui aime jouer collectif. Trait de personnalité surprenant dans un quotidien de […]

Commentaires

Le QUIZ de la semaine Foire aux Vins Colmar 2019 Foire aux Vins Colmar 2019

Cette semaine, on prépare déjà l'été et on vous offre vos places pour assister aux concerts du Festival de la Foire aux Vins de Colmar 2019 ! À gagner : - 5 x 2 places pour Aldebert - 3 x 2 places pour - M - - 3 x 2 places pour Supertramp's Cock Robin Murray Head Attention, les gagnants seront prévenus par mail à la suite du jeu.

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 320

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !

JDS sélectionne pour vous les meilleures idées de sorties en Alsace. Vous aussi profitez pleinement de tout ce qu'il se passe près de chez vous.