Rencontre avec Vincent Jeannerat et Éric Kuenzi, fondateurs de East Park

Tous les mois, votre newsletter met à l'honneur un·e des membres du club pour une campagne réalisée au sein du JDS

Pour ce troisième rendez-vous, nous avons rendu visite à Vincent Jeannerat et Éric Kuenzi, les créateurs de l'East-Park, parc aquatique situé à Bartenheim ou vous pourrez découvrir le téléski nautique (wakeboard, ski, kneeboard), l’aquapark et ses jeux gonflables, le stand up paddle pour une balade sur l’eau ou encore un sentier pédagogique.

L'occasion pour eux de revenir sur leurs parcours, la création de leur projet, les nouveautés de la saison et leur collaboration avec le JDS. C'est parti !

Vincent Jeannerat et Éric Kuenzi, fondateurs de East Park © Camille De Moya Vincent Jeannerat et Éric Kuenzi, fondateurs de East Park

Bonjour Vincent et Éric, et merci d’avoir accepté cette interview pour le Club des Annonceurs by JDS. Pourriez-vous vous présenter, nous parler de votre parcours et de East Park ?

Vincent : J’ai 37 ans, je suis originaire de Hégenheim, j’ai effectué une formation d’ingénieur et je suis le président de Go Bigger qui dirige East Park depuis l’année dernière. East Park, c’était un projet de très longue durée, nous avons mis 12 ans à le planifier, 4 mois pour le réaliser et on est maintenant dans notre deuxième saison.

Éric : Ressortissant Suisse, j’ai 50 ans et je suis avocat d’affaires spécialisé dans les startups. Je suis cofondateur avec Vincent du East Park et directeur général.

 

Pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste votre activité ?

Vincent : Ici, au East Park nous avons plusieurs activités phares. La première, c’est le téléski nautique. C’est un site ou l’on peut faire du wakeboard, du ski nautique et du kneeboard. Il s’agit d’un câble de 686 mètres de long, entraîné par un moteur électrique. C’est donc une activité qui est beaucoup plus écologique que le ski nautique traditionnel, en bateau. Les amateurs de téléski nautique s’amusent à tourner en rond sur un parcours de 686 mètres avec des modules, des obstacles pour pouvoir effectuer différentes figures. Des moniteurs sont également sur place, pour permettre aux débutants et aux personnes n’ayant jamais pratiqué cette activité d’apprendre les bases de cette discipline. Sur tous nos créneaux d’ouverture, nos moniteurs permettent aux clients de découvrir cette activité que nous pouvons démocratiser grâce à notre système d’installation.

Éric : Je pourrais rajouter également, qu’il s’agit tant d’une activité de loisir qu’une activité sportive. En tant qu’activité de loisir c’est vraiment ouvert à tous publics, aux jeunes, aux moins jeunes. Et en tant qu’activité sportive, il y a des compétitions internationales qui existent et des individus qui pratiquent cette discipline à haut niveau.

Vincent : Nous avons une deuxième activité phare : l’aquapark. Il s’agit d’une structure gonflable sur l’eau. Nous possédons une des plus grandes structures de France avec 4 000m2 de jeux gonflables, accessibles dès 6 ans. C’est ludique, on s’amuse, on grimpe, on saute, on plonge, on glisse c’est vraiment très amusant pour les petits comme pour les plus grands.

Éric : Nous proposons également du stand-up paddle. Cette activité se situe sur la partie plus en retrait de notre plan d’eau. Il s'agit également d’une activité très ludique, ouverte à tous, et qui offre également la possibilité de découvrir une partie plus naturelle du site. Enfin, nous avons ouvert cette année un sentier pédagogique qui permet de découvrir davantage cet aspect naturel du site. Dans cet espace, nous disposons d’un deuxième lac où nous n’effectuons pas d’activité en tant que tel, pour laisser la nature à l’état pur. Cette partie de notre site peut donc être découverte par les personnes empruntant ce sentier pédagogique.

Vincent : Et comme vous pouvez l’entendre en arrière-plan, nous avons de la musique et des beach bars présents sur le site. Nous proposons de la restauration rapide, saine et locale, des bonnes boissons, des cocktails et plusieurs fois par mois nous organisons des soirées évènementielles, des soirées musicales, avec des artistes, des dj. Les clients s’amusent, dansent, il y a beaucoup de monde et une superbe ambiance !

 

Était-ce un choix d’être ici précisément ? À proximité d’une carrière ?

Vincent : C’était ce lac qui répondait vraiment à tous nos critères, il se trouve à proximité de l’autoroute, à proximité de l’aéroport, il avait vraiment cette superficie souhaitée, il est proche de la Suisse, proche de notre domicile. C’est comme ça que nous avons choisi ce lieu. De plus, le fait qu’une carrière soit située juste à côté, est également un choix. Cela représentait une réelle opportunité pour nous, puisque nous savions que ce plan d’eau allait être transformé en une base de loisir aquatique. Nous avons ainsi transformé un site industriel en un espace de loisir nautique et ça, c’est une première dans la région.

© DR

Quelle est votre stratégie de communication ?

Éric : Notre site aquatique est ouvert d’avril à octobre. Notre communication se fait essentiellement par le biais des réseaux sociaux, et donc davantage en été qu’en hiver. Il peut nous arriver de communiquer durant la période hivernale, mais notre objectif est de communiquer principalement avant le début et durant toute la saison, sur les réseaux sociaux et via notre site internet.

Vincent : Nous avons eu dès l’ouverture du site, une très forte communauté qui a commencé à nous suivre, à partager, à relayer nos publications et c’est le bouche-à-oreille qui nous rapporte une communauté de personnes qui viennent très régulièrement. Une communauté qui s’accroît de semaine en semaine.

 

Vous souvenez vous de la première fois où vous avez lu le JDS ? Quel était votre sentiment ? Et comment avez-vous trouvé le magazine ?

Vincent : J’ai grandi à Hégenheim et comme beaucoup de personne, le JDS faisait partie de la lecture qui était dans les toilettes de chez nos parents. Donc oui, je me souviens de longues lectures du JDS lorsque j’étais petit jusqu’aujourd’hui, des lectures qui nous permettent de planifier nos sorties. Ce n’est pas très vendeur mais c’est une histoire vraie !

Aussi, la lecture du magazine me procure toujours un sentiment de bonheur ou de réconfort, dans le sens où lorsqu’on ouvre le magazine on va se réjouir de trouver un évènement ou une fête à mettre dans son agenda. Et puis, on peut le trouver partout !

Éric : Pour moi, en toute honnêteté, c’était vraiment l’année passée, peu avant l’ouverture du parc que j’ai découvert le JDS. Étant donné que je réside en Suisse, je ne connaissais pas le magazine auparavant. Je l’ai donc vraiment découvert dans le cadre de l’ouverture du parc et avec grand plaisir !

 

Comment décrirez-vous votre relation avec le JDS et son équipe ? Pourquoi avoir choisi ce magazine comme support de communication ?

Vincent : Tout d’abord, parce que le JDS est un incontournable, ici, en Alsace.

Éric : Étant donné que nous communiquons principalement par le web et le biais des réseaux sociaux, on voulait avoir un autre moyen de communication plus traditionnel. Il nous fallait donc un média par lequel nous pouvons toucher des gens qui ne nous suivent pas nécessairement sur les réseaux et notre choix s’est porté sur le JDS. Pour nous, le JDS est un support de communication propice pour le type d’activité que nous proposons.

 

Pour conclure, et puisque nous avons intitulé notre rubrique "La Success Story du mois", quelle est votre vision du succès ? 

Vincent : La vision du succès ? C’est la satisfaction de notre clientèle et c’est pour moi uniquement ça. Si nous avons des clients satisfait et heureux, c’est que nous avons bien fait notre boulot. Nous avons très rarement des clients mécontents, voire pas du tout, et pour moi cette satisfaction chez nos clients prouve que nous avons réussi notre pari.

Éric : Je partage cette idée et je dirais que le succès, d’un point de vue plutôt interne, c’est de faire quelque chose qui nous fait plaisir, qui nous satisfait et pour lequel nous éprouvons du plaisir du matin au soir. Tout en sachant qu’on remplit aussi un besoin existant dans le marché et que finalement tout le monde est content.

 

Une chanson en boucle ?
Vincent : Duke Dumont – The chant
Éric : How to fly – Sticky Fingers

Un livret de chevet ?
Vincent : Le testament d’une âme – Manfred Bomm
Éric : Let my people go surfing – Yvon Chouinard

Un film, une série qui vous a marqué récemment ?
Vincent : Ne le dis à personne – Guillaume Canet
Éric : The Marvelous Mrs Maisel

Une personnalité que vous admirez ?
Vincent : Kelly Slater
Éric : Elon Musk

Un café, un restaurant dans le coin ?
Vincent & Éric : Chez Albert – East Park

Un événement à ne pas manquer prochainement ?
Vincent & Éric : 24 juin soirée DJ – set live

Votre dernière grande joie ?
Vincent & Éric : Boat trip/Surf – Maldives

Votre dernière grande colère ?
Vincent & Éric : Nous essayons de ne jamais exprimer notre colère mais plutôt de trouver des solutions pour l’apaiser.

Votre truc préféré en Alsace ?
Vincent : La richesse des rencontres en Alsace
Éric : L’offre de la gastronomie régionale

 

Dans la même rubrique

  • Le duo Pierre Fraenkel et Anne BdFUn duo de Mulhousiens surprenant, passionné et amoureux ! Pierre Fraenkel et sa compagne Anne BdF nous mènent dans leur univers commun tout en relief, entre art […]
    Le duo Pierre Fraenkel et Anne BdF
  • Billy Martini, architecte mulhousienUn architecte amoureux de mulhouse et à la recherche d’un subtil équilibre entre la rigueur de l’architecture et la création pure. au cœur du […]
    Billy Martini, architecte mulhousien
  • Rencontre avec le cuisinier triplement étoilé Marc Haeberlin Auberge de l'Ill ** - IllhaeusernMarc Haeberlin est probablement le chef le plus connu et le plus respecté d'Alsace. Une tradition familiale, un nom, un homme, une légende. Son Auberge de l'Ill […]
    Rencontre avec le cuisinier triplement étoilé Marc Haeberlin

Besoin d'idées sorties dans votre ville ?


Abonnez-vous à la newsletter du JDS

Retrouvez chaque semaine nos bons plans sorties