Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville

Où ?

Quoi ?

Quand ?

Sorties en Alsace
Magazine>La rencontre>Simone Adou, artiste

Simone Adou, artiste

        

De la souffrance à la conscience. C’est le cheminement, pas seulement artistique, de Simone Adou ces 26 dernières années. Au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse, elle invite le spectateur à pénétrer dans sept « chambres », et en quelque sorte dans son intimité.

Le corps est l’unique sujet de Simone Adou depuis  plus de 40 ans DR Le corps est l’unique sujet de Simone Adou depuis plus de 40 ans

Propos recueillis par Sandrine Bavard en mars 2016.

« Je considère le corps humain comme une chapelle. Il y a un trésor au fond de nous », déclare Simone Adou qui n’a cessé de mettre à nu le corps depuis sa sortie des Beaux-Arts de Mulhouse au début des années 70. À commencer par le sien, avec des autoportraits dans des postures très acrobatiques : « Je ne me sentais pas à ma place, j’ai fait de mon corps mon propre laboratoire, pour me trouver et sublimer mon mal-être », commente-elle. Aujourd’hui, il lui arrive de sublimer celui des autres, au travers d’ateliers d’arts plastiques dans des centres de réadaptation et dans des hôpitaux de jour au contact de patients souffrant de troubles cognitifs : « Ils sont à un moment de leur vie où tout chavire. La création est fantastique, elle permet d’évacuer le mal être et permet de se revaloriser ».
À un moment où elle était aussi à la dérive, Simone Adou a découvert la philosophie bouddhiste dans un temple en Bourgogne : « J’ai fait des retraites de silence et de jeûne pour évacuer le trop plein. Pour moi, la philosophie bouddhiste est ce qu’il a de plus ouvert comme pensée, et c’est en même temps une libération. Quand j’ai compris les liens d’interdépendance, ma vie a basculé : chaque acte a ses conséquences, chaque chose arrive quand elle doit arriver. Ce qui m’intéresse, c’est la conscience du moment présent, donc je pratique constamment, même en faisant la cuisine. »

La dualité de l’être

En peinture, cela correspond à une rupture. Avant 1999, les œuvres sont empreintes de souffrances, comme avec les gueules cassés et les caricatures effrayantes de la première « chambre » : « Au début, j’étais influencée par les artistes germaniques comme Otto Dix ou Egon Schile, par l’expressionisme allemand, des choses assez dures», admet l’artiste. Après 1999, Simone Adou commence à faire le vide autour de ces corps qui semblent flotter dans l’espace. Elle réalise sa série sur l’apesanteur avec des éléments libérés de l’attraction terrestre : un enfant sur une balançoire, une cruche en lévitation… Elle entame aussi une série sur l’équilibre, avec des chaises bancales, des corps renversés… Avec toujours en arrière-plan cette notation de dualité et de confrontation : « La contradiction est présente en chacun de nous : il y a la partie ombre, le magma, l’inconscient... et la partie lumineuse, notre instinct de survie qui nous pousse vers le haut. Même quand y a l’amour, il y a le précipice pas loin. On a toujours besoin de jouer les équilibristes entre les deux. »

Une autre expérience va nourrir l’imaginaire de l’artiste : dormir à la belle étoile dans les Vosges, seule, dans son sac de couchage : « Je voulais me confronter à mes peurs et les dépasser. La nuit, c’est angoissant : il y a des bruits en permanence, les vôtres et ceux de la nature. » À son retour en plaine, elle peint une série sur les cycles lunaires et l’empreinte de pas du premier homme sur la lune. L’an dernier, encore, elle s’imprégnait de l’éclipse totale du soleil , dans cette « atmosphère un peu irréelle » pour donner naissance à une femme libellule.

Des êtres anthropomorphiques, qui atteindraient presque le statut de divinités, c’est le dernier sujet d’études de Simone Adou, initié en 2013. On les découvre dans la dernière « chambre » : des éléphants en position fœtale, des cerfs à dimension humaine, des femmes à tête de girafe… « Ces corps en mutation sont influencés par le chamanisme, peut-être issus de mes expériences dans la nature. Je travaille de plus en plus de façon intuitive, je vais puiser au fond de moi pour en ressortir des choses très primaires, très animales », confie l’artiste. L’exposition En a-pesanteur réunit ainsi ses ambivalences, de la souffrance à la conscience : « Ce serait un peu comme un cinéaste qui filme le corps en gros plan et qui s’éloigne au fur et à mesure pour regarder d’en haut. »

Des goûts & des couleurs

En boucle sur votre Ipod ?
Quand je crée, j’écoute les chants diphoniques mongols et les chants ethniques. Sinon, « Les six suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach ».

Votre livre de chevet ?
Le grand livre de l’Univers

Une personnalité que vous admirez ?
Bartabas, quelqu’un qui a réalisé son rêve, en a fait une réalité, et vit sa sa vie comme un sacerdoce.

Un endroit où vous vous sentez bien ?
Dans le vide intérieur

Votre resto préféré dans le coin ?
La tête de chou, restaurant végétarien à Mulhouse

Ce qui vous émerveille dans la vie ?
La force de la nature, les forêts, les arbres…

Votre dernière grosse colère ?
Ce qui provoque ma colère, c’est l’indifférence. Il n’y a rien de pire...

A voir également

  • Dis-moi ton prénom
    Dis-moi ton prénom Samedi 20/10/2018

    Espace Ried Brun  -  Muntzenheim

    Les Voix Liées d'Hirtzfelden et les Voix de l'Ill d’Ensisheim, vous proposent leur nouveau spectacle samedi 20 octobre à 20h à l'espace Ried Brun de Muntzenheim. Cette fois, les prénoms seront à l'honneur et feront la part belle à la chanson française. Les 80 choristes vous invitent à partager un beau moment musical et surtout n'oubliez pas, chanter c'est bon pour la santé! Le […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Guy Rossi, triathlète hors norme
    Guy Rossi, triathlète hors norme

    La rencontre

    Champion des longues distances et de l’effort extrême, Guy Rossi tire sa révérence à 70 ans dans un jubilé organisé le 30 juin et 1er juillet à Colmar, une ville dont il est ambassadeur. Pendant 34 ans, Guy Rossi a nagé, couru, roulé pendant des jours entiers. Sa discipline ? L’ultra-triathlon, soit de très […]

Commentaires

Le QUIZ de la semaine Musée Würth Musée Würth

Cette semaine le jds vous invite au Musée Würth à Erstein, pour découvrir l'exposition NAMIBIA. L’art d’une jeune géNérATION. 20 lots de 2 places à gagner !

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 312

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS