Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville
Si ça bouge, c'est dedans !
Shopping>Alimentation>L'Auberge St-Laurent à Sierentz : La gastronomie en famille

L'Auberge St-Laurent à Sierentz : La gastronomie en famille

      

Chaque mois, dans la rubrique Gastronomie du JDS, pénétrez dans les coulisses des plus grands restaurants étoilés haut-rhinois. Les chefs se livrent. Les secrets de leur cuisine se révèlent. Par Mike Obri

Laurent Arbeit et son second, Régis © M.O. Laurent Arbeit et son second, Régis

C'est la table étoilée la plus au sud de l'Alsace : l'Auberge Saint-Laurent, située en plein coeur de Sierentz. Dans ses murs s'y joue une constante partie du jeu des 7 familles. Il y a le papa, Marco, la maman sommelière, Anne. La fille en charge de l'hôtel de l'auberge, Marie, et le fils, Laurent. Marco Arbeit a tenu le restaurant jusqu'en 2009. Sa recherche constante de l'excellence lui a valu une étoile Michelin en 2000. Mais qu'on ne s'y trompe pas : aujourd'hui, c'est bien son fils Laurent, 32 ans, qui tient la barre du vaisseau, aussi bien en cuisine qu'en coulisses. Même si le panneau sur la facade de l'établissement affiche toujours le prénom du papa.

« Mes parents ne sont jamais très loin et leur présence m'est précieuse. Quand j'ai de grandes décisions à prendre, je les consulte toujours : c'est le conseil des sages », plaisante Laurent Arbeit, jovial et naturel, visage poupin, jean et baskets ; un petit mot sympa pour chacun de ses employés avant le service.

Règler son pas sur le pas de son père

« J'ai appris à marcher ici. Bébé, mon père m'emmenait avec lui sur les marchés. Forcément, on peut parler de déterminisme. Il me vient un souvenir très fort : à treize piges, papa nous emmène manger à l'Auberge de l'Ill. Avec ma soeur, on est "enfin assez grands pour apprécier", qu'il disait. En fin de repas, Paul Haeberlin vient nous saluer. Puis me demande ce que j'aimerais faire plus tard... Je lui réponds de but en blanc : apprendre la cuisine chez vous ! Il m'a dit tope là ! » La suite du parcours du jeune chef laisse songeur : il découvre la vie d'une brigade lors d'un stage chez Olivier Nasti. Plus tard, il intègre effectivement l'Auberge de l'Ill, où il reste quatre ans. Il décroche la médaille d’or nationale aux Olympiades des métiers en 2003 et officie chez Franck Cerruti, bras droit de Ducasse.

« J'aurais bien continué encore quelques années le tour des établissements prestigieux, mais en 2009, mon père me dit : j'arrête tout, si tu ne veux pas reprendre l'Auberge, je la vends. Inconsciement, j'ai toujours su que je reviendrais au bercail - mais je voulais un peu y réfléchir ! Il semblait pressé, ça s'est fait très vite », se remémore Laurent. Il secoue légèrement la tête. « Une fois revenu ici, j'étais content, mais je me suis dit : merde, pourquoi avoir autant précipité les choses... Et paf, il nous fait un gros malaise cardiaque. Il n'exagérait pas, le père... »

C'est à ce moment-là que Laurent Arbeit prend pleinement conscience de ses nouvelles responsabilités, lui qui était « cuisinier mais pas encore restaurateur ». L'Auberge Saint-Laurent, c'est un sacré morceau : 23 personnes y travaillent. Et 7 nouvelles recrues sont venues s'ajouter aux effectifs ; elles officient au Bistrot à côté, le nouveau projet de Laurent, qui a ouvert il y a deux mois à peine.

Un nouveau projet

 « L'âme de l'Auberge est toujours la même. Quand j'ai repris le flambeau, j'y ai changé très peu de choses, j'ai calé ma foulée dans celle de mon père et de l'équipe en place. Régis, mon fidèle second, est là depuis 25 ans ! Je n'ai pas souhaité faire ma révolution en cuisine. Le bistrot, en revanche, c'est à 100% mon bébé. Une opportunité s'est présentée quand nos voisins ont mis en vente le bâtiment mitoyen. J'ai de suite imaginé un bistrot moderne, avec le même esprit qu'ici. Quand vous faites du gastro toute la journée, vous prenez un plaisir fou à retourner à des petits plats plus simples ». La vente a été facilitée par le fait que Laurent ait fait son apprentissage chez Paul Haeberlin, que la voisine connaissait bien. « Monsieur Paul lui avait dit un jour en alsacien : d'Laurent, s'esch a liaba (ndlr : c'est un amour) je sais que ça a plaidé en ma faveur ! », s'amuse-t-il.

« Du bistrot d'accord, mais on ne rigole pas avec la qualité des produits. Le radis résume bien le truc, avec son destin très différent ! Dans l'assiette, c'est le même, mais à côté, on le croque comme ça, avec du bon beurre, tandis qu'au Saint-Laurent, il termine en fine dentelle sur un tartare de langoustine » Midi. Le service démarre et d'alléchantes assiettes nous passent sous le nez. Knepflés comme un risotto avec asperges et morilles, oeuf mariné et artichauts fondants, petit rouget fourré...

Les beaux jours, il est possible de réserver une table sur l'agréable terrasse d'été. Et si jamais vous êtes trop fourbu pour rentrer, vous pouvez toujours demander l'une des dix chambres à thème à l'étage. Marie Arbeit nous fait la visite. Chaque chambre est décorée en fonction du métier d'un ancêtre de la famille. Il y a la laitière, le meunier... Coup de coeur pour la Mimosa où chambre et salle de bains forment une seule et même pièce.

« On ne cuisine jamais aussi bien que quand on est heureux ! »

« J'ai une équipe soudée, entre les piliers qui ont 20 ans de maison et derrière, des jeunes à qui je fais confiance et qui en veulent. Les jours plus calmes, ils se plaignent de ne pas avoir de coup de chaud ! », confie Laurent. C'est dans cette optique que Didier, 10 ans de pâtisserie en boutique dans les doigts, a décidé de changer d'existence il y a un peu plus de deux ans : « Il fallait que j'aille chercher autre chose. La pâtisserie chez un étoilé, ça n'a rien à voir avec un rythme de boutique... c'est incroyable ! », s'enthousiasme cet amoureux du chocolat, qui prend grand plaisir à nous faire goûter tout ce qu'il prépare. Son Très fort en chocolat, sorte de Snickers glacé en mode tuning gastro nous a mis K-O.

« On ne cuisine jamais aussi bien que quand on est heureux ! », conclut Laurent Arbeit, qui attend l'arrivée de Bébé Arbeit cet été... Dans ce cas, si Laurent dit vrai, sa cuisine devrait être encore plus savoureuse d'ici peu !

A voir également

  • La Rose-Croix : tradition et modernité
    La Rose-Croix : tradition et modernité

    Vendredi 26/04/2019

    Colmar

    La Rose-Croix : Tradition et Modernité. Conférence de Laurent Aknin, Historien et conférencier de l'AMORC.Sur un plan historique, la Rose-Croix apparait en Europe au début du 17ème siècle, dans la vallée rhénane. Strasbourg est une des premières villes où les Rose-croix se sont fait connaître. La Tradition la fait remonter bien plus loin dans le temps, jusqu’aux […]

  • La convivialité d\'un apéro 100% alsacien
    La convivialité d'un apéro 100% alsacien

    Alimentation

    Petits bretzels, bière artisanale haut-rhinoise, pastis local... il fait bon être alsacien lorsqu'arrive l'heure de l'apéro ! Partons à la rencontre de ceux qui conçoivent ces produits festifs 100% locaux et à partager entre amis. L'apéro, c'est sacré. En été, avec le soleil et les congés, il est encore plus […]

  • Quand l\'oncle Hansi fait son marché
    Quand l'oncle Hansi fait son marché

    Alimentation

    Faisons un petit jeu : les Cafés Sati. Les pâtes Grand-Mère. Le whisky Meyer's. Les foies gras Feyel. Les pains d'épices Fortwenger. On parie que vous connaissiez déjà toutes ces grandes marques 100% made in Alsace. Depuis février 2014, 24 entreprises agroalimentaires et des arts de la table se sont réunies sous la bannière du […]

  • Les asperges d\'Illfurth
    Les asperges d'Illfurth

    Alimentation

    En mai, l'asperge, c'est le produit star de la région. Son léger goût amer, sa pointe qui fond dans la bouche, un peu de mayonnaise ou une sauce au beurre blanc par-dessus, et c'est l'extase en bouche. A Illfurth, dans le Sundgau, la Ferme Boetsch-Wolf produit des asperges de pères en fils depuis plus de 40 ans... et avec le sourire, s'il vous plaît […]

  • Riesling Wiebelsberg V.T. 2006 : Magique sur vos desserts de fruits !
    Riesling Wiebelsberg V.T. 2006 : Magique sur vos desserts de fruits !

    Alimentation

    Attention, petite bombe ce mois-ci ! Et c'est au restaurant La Closerie à Illzach qu'on peut la déguster : une bouteille de Riesling Grand Cru Wiebelsberg en Vendanges Tardives (V.T.) millésime 2006, signée par l'un des pionniers de la biodynamie en Alsace, Marc Kreydenweiss. On connaît bien les Vendanges Tardives version Gewurtzraminer ou Pinot Gris ; en […]

  • Pinot Noir \
    Pinot Noir "Les Rocailles" 2013 :

    Alimentation

    Ce mois-ci, direction le Marchand de vin Henner à Sausheim, cave réputée dans la région. Georges Henner, fondateur de l'entreprise il y a 39 ans, a passé le relais cette année à Emmanuel Nasti, ex-sommelier du Chambard, restaurant aux deux étoiles Michelin à Kaysersberg. Après quelques minutes de réflexion, le choix de ce […]

Galerie photos

  • Laurent Arbeit et son second, Régis © M.O.
  • La terrasse d'été © DR
  • L'Auberge Saint-Laurent à Sierentz © DR
  • Miam ! © M.O.
  • Concentration en cuisine © M.O.
  • Dans les coulisses du Saint-Laurent à Sierentz © M.O.
  • Le "Très fort en chocolat" de Didier © M.O.
  • La team pâtisserie avec à sa tête Didier © M.O.
  • Le bar en cuivre du "Bistrot à côté" © M.O.
  • La superbe chambre Mimosas de l'hôtel © DR
  • L'intérieur de l'hôtel et sa déco chaleureuse © M.O.

Commentaires

Le QUIZ de la semaine Salon de l'Habitat à Vesoul Salon de l'Habitat à Vesoul

Le JDS vous invite cette semaine au Salon de l'Habitat à Vesoul. 30 entrées sont à gagner en répondant à nos quelques questions ci-dessous ! Bonne chance :)

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 316

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !

JDS sélectionne pour vous les meilleures idées de sorties en Alsace. Vous aussi profitez pleinement de tout ce qu'il se passe près de chez vous.