Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville

Où ?

Quoi ?

Quand ?

Sorties en Alsace
Tourisme et loisirs>Guide de l'Alsace>Les dragées de la confiserie Adam

Les dragées de la confiserie Adam

        

La dragées est une petite friandise incontournable, associée aux grandes occasions. Saviez-vous que non loin de Colmar se trouvait une entreprise familiale qui fabrique ces petites douceurs depuis plus d'un siècle ? Visite à la Confiserie Adam.

Aude Adam perpétue la tradition familiale qui s\'étale sur quatre générations © Mike Obri Aude Adam perpétue la tradition familiale qui s'étale sur quatre générations

Les Dragées Adam, voilà une marque centenaire que les petits gourmands du côté de Colmar connaissent bien. L'usine de 5000 m² et son magasin, unique point de vente directe en Alsace, sont installés en face de la gare du petit village d'Herrlisheim. Dans cette rue calme, l'essentiel du trafic est constitué d'amateurs de confiseries venus chercher leur petit sachet de douceurs. Cette PME familiale de 30 salariés existe depuis 1912. C'est l'arrière-grand-père d'Aude Adam, actuelle directrice générale, qui a monté l'entreprise. Ainsi, depuis quatre générations, on se transmet les rennes de cette activité restée artisanale, malgré une production importante atteignant aujourd'hui les 600 tonnes de dragées et de confiseries par an.

300 références et du "sur mesure"

« Mon grand-père a naturellement transmis l'activité à mon père. Je me souviens que déjà toute petite, j'avais moi aussi l'envie de perpétuer cette tradition familiale », explique Aude Adam. « Mon père est décédé lorsque j'avais 17 ans. Ma mère a choisi de continuer l'activité en attendant que je puisse prendre la suite, puisque c'était mon souhait. A 24 ans à peine, je suis arrivée à la direction des Dragées Adam. On peut se dire : trop facile, c'est la fille de... Il a fallu s'imposer... à 24 ans, ce n'est pas évident du tout. Mais je suis entourée d'une équipe dynamique, jeune, et ça fonctionne très bien comme cela. »

Des dragées appréciées jusqu'en Australie

Les Dragées Adam n'ont en effet pas vu passer la crise. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas grâce à la gourmandise des Alsaciens. L'essentiel du chiffre d'affaires provient des ventes réalisées en France. En effet, l'usine approvisionne de nombreuses boulangeries, épiceries fines ou confiseries du nord au sud de l'Hexagone. La marque Adam disparaît alors des emballages, mais les produits restent strictement les mêmes. A peine 10% des ventes se font au magasin d'usine d'Herrlisheim. Les derniers 15% proviennent de l'export. Un chiffre qui devrait continuer à augmenter, puisque l'équipe commerciale croit beaucoup aux vertus de l'international. En effet, les dragées Adam sont appréciés jusqu'à Shanghai, ou même jusqu'en Australie, ou un confiseur est tombé amoureux du savoir-faire Adam !

« En Alsace, la tradition est encore assez ancrée. La dragée est toujours de la partie pour les mariages, les baptêmes ou les communions. Ce qui change surtout, aujourd'hui, c'est la tendance à la personnalisation. Vous arrivez avec une forme particulière, une couleur, un enrobage en tête, et on peut vous le faire. C'est du sur mesure. Notre force, c'est aussi de toujours innover, de chercher l'originalité, de proposer des confiseries haut de gamme à consommer toute l'année. On a un catalogue de 300 produits : des perles de chocolat noir avec un coeur liquide au caramel, au yaourt, au speculoos ; des fruits secs enrobés de chocolat noir ou blanc ; des amandes grillées enrobées de chocolat façon Tiramisu ou Tarte au citron... », détaille avec le sourire la jeune directrice. Les dragées et chocolats de qualité ont donc de l'avenir. En Alsace... ou ailleurs.

Infos pratiques

  Commentaires

  • mona | 18/11/15 | 14h21

    j'aimerais connaitre le chocolat employé / sans huile végétale type palme ? merci

A voir également

Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 301

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS