Charlie Chaplin

Paul Lay Piano Jazz.

Paul Lay, l'un des pianistes de jazz les plus doués de sa génération, posera ses notes sur deux courts métrages de Charlie Chaplin : « L'Émigrant » et « Charlot s'évade » aux Dominicains.

Les Dominicains de Haute-Alsace poursuivent leur compagnonnage avec le pianiste Paul Lay, considéré comme l’un des pianistes de jazz les plus doués de sa génération.

Le musicien peut se targuer déjà de deux récompenses de prestige : en 2014, son album « Mikado » fait sensation et reçoit le Grand Prix du disque de Jazz de l’Académie Charles Cros. Deux ans plus tard, le musicien reçoit le prestigieux prix Django Reinhardt de l'Académie du Jazz.

Depuis trois ans, Paul Lay a été accueilli plusieurs fois en résidence aux Dominicains. On se souvient en 2016 de son passionnant « Billie Holiday passionnément » croisant images d’archive, voix de l’artiste et ses propres improvisations dans le Caveau.

D’autres se rappelleront en 2017 de ses chansons pleines de délicatesse remontant aux racines de la chanson populaire française, principalement provençale, et suédoise interprétée par Isabel Sörling et son trio de jazz Alcazar Memories dans la Nef de l’ancien couvent.

Tout en improvisation

Il revient cette saison avec une soirée dédiée à Charlie Chaplin que tout le monde connaît pour ses talents d’acteur et de réalisateur, moins pour ses talents de compositeur. Et pourtant, il signait souvent la bande originale de ses films.

Comme une mise en bouche, Paul Lay propose une création originale pour piano « World of Chaplin », improvisations sur les plus beaux thèmes de ses films : « Une vie de chien », « Smile », « Square Dance », « Mélodie amoureuse »…

Deux courts-métrages de Chaplin

Place ensuite au cœur du sujet, avec un ciné-concert basé sur deux courts-métrages que Chaplin a tourné au début de sa carrière, en 1917, pour le compte de la Mutual : « L’Émigrant » et « Charlot s’évade ».

Dans le premier, la star du cinéma muet aborde pour la première fois une situation tragique : l’arrivée des migrants aux Etats-Unis et ses multiples épreuves (la difficile traversée en mer, la cruauté des services d’immigration, la pauvreté…) tout en prenant le parti d’en rire.

Dans « Charlot s’évade », le réalisateur revient à du comique pur en campant un prisonnier qui tente d’échapper à ses poursuivants…

Paul Lay, à la manière d’un accompagnateur de film muet, proposera son propre éclairage sur ces deux petits bijoux à travers des improvisations et des compositions originales.

Infos pratiques

Horaires :

Samedi 15 Septembre 2018 à 20h30 et 22h

Tarifs :

De 5,50 à 15€

Billetterie en ligne

Commentaires

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !