Magazine>La rencontre>Rencontre avec Clément Cogitore, un homme d'image(s)

Rencontre avec Clément Cogitore, un homme d'image(s)

Clément Cogitore, artiste plasticien et réalisateur Clément Cogitore, artiste plasticien et réalisateur © Sandrine Bavard

Clément Cogitore, artiste plasticien et réalisateur, est un homme d'images.

Propos recueillis en juin 2014.

A 30 ans à peine, Clément Cogitore aligne les lignes prestigieuses sur son C.V : ses courts-métrages et ses documentaires sont sélectionnés dans les grands festivals, ses œuvres ont été affichées au centre Georges Pompidou ou au Palais de Tokyo dans des expositions collectives. Et aujourd’hui, c’est sur son seul nom qu’est bâtie l’exposition Fictions au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg : « C’est le premier musée d’art contemporain dans lequel j’ai mis les pieds, et cette visite m’a conforté dans ma vocation d’artiste. Du coup, revenir 15 ans plus tard pour montrer mes propres images, c’est émouvant », confie l’artiste.

Clément Cogitore a préparé en partie cette exposition lorsqu’il était en résidence dans la prestigieuse villa Médicis à Rome, tant convoitée par les artistes et les directeurs : « C’est un endroit magique, une des plus belles résidences du monde, des jardins parmi les plus beaux de Rome, habités par les fantômes prestigieux d’Ingres ou Berlioz, où l’on rencontre des gens très intéressants. Cela arrive une seule fois dans sa vie d’artiste d’être payé sans avoir de compte à rendre, c’est très important pour se charger et avancer ».


Et le jeune homme ne traîne pas. Clément Cogitore a grandi à Lapoutroie et se découvre une vocation artistique à l’adolescence, bien aidé par un grand-père cinéphile qui initie la fratrie au 7e art (3 d’entre eux sont réalisateurs). Lors de ses études aux Arts déco de Strasbourg, Clément Cogitore abandonne la peinture pour la photographie et la vidéo : « Je suis trop maladroit pour être peintre. La mise en scène est pour moi une manière de peindre, moins physique, plus cérébrale ».

Jouer avec les images

Maladroit avec un pinceau, peut-être…Mais très habile pour juxtaposer des images, réelles ou fictives, sophistiquées ou volées : « J’aime détourner des images, que ce soit des images d’actualité, d'amateurs, un portrait de famille, ou un paysage, pour déplacer le regard du spectateur et révéler autre chose. Par exemple, la vidéo de Julian Assange entrain de danser a été filmée par un DJ à Reykjavik, mais j’en ai fait une boucle et j’ai enlevé la musique pour raconter sa solitude », commente l’artiste.

L'artiste s'inspire aussi bien des images contemporaines comme celle qui défilent sur Internet ou dans les médias, que des peintures historiques et académiques. « Les questions que ces images posent, malgré l’évolution technologique, sont les mêmes, comme si on n’avait jamais trouvé de réponses. Ce sont les questions du pouvoir, de l’amour, du deuil, de la vie après la mort. L’art est une manière de formuler ces questions et d’en éprouver le vertige », explique le jeune créateur.

Pas étonnant dès lors que ses travaux empruntent à l’iconographie religieuse, mais version technologique, mêlant profane et sacré, visible et invisible. Comme cette Annonciation version génération Y, où l’archange Gabriel est remplacé par un téléphone portable. Ou encore cette Elégies, une vidéo où l’on voit une foule d’anonymes, tournés comme un seul homme vers une scène, portable à la main, dans une sorte de ferveur. « J’aime les images qui vont s’imprimer dans la tête du spectateur et qui amènent quelque chose de contradictoire. Dans cette vidéo, je m’appuie sur un poème de Rilke, qui dit que " Tout ange est terrible". Il n’y a pas de miracle sans malédiction, il n’y a pas de grâce sans terreur. J’aime les choses, comme ça, à double tranchant. »

 

Des goûts et des couleurs

En boucle sur votre Ipod ?
Tony Conrad avec The Dream Syndicate, une musique expérimentale des années 70 qui m'aide à écrire

Votre livre de chevet ?
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

Un spectacle à ne pas manquer ?
Ceux de Philippe Quesne

Une personnalité que vous admirez ?
Werner Herzog, parce qu'il réussit à se réinventer toute le temps, tout en étant fidèle à lui-même.

Un endroit où vous sentez bien ?
Naples, une ville-double, aux mains des gangs et des corrompus, en même temps énergique et fascinante.

Votre endroit préféré en Alsace ?
La Vallée de Kaysersberg où j'ai grandi

Le truc que vous appréciez chez les autres ?
La bienveillance

Le truc qui vous énerve chez les autres ?
L'intolérance

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux
    Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux

    La rencontre

    Iryna danse depuis deux ans au music-hall de Soultzmatt, le Paradis des Sources. C'est une jeune femme au tempérament affirmé et qui a de l'ambition ! Elle nous explique son parcours et ses aspirations.   Par Mike Obri Iryna est née à Kiev, en Ukraine, il y a 23 ans. Elle travaille au Paradis des Sources, depuis deux ans et parle déjà fort […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !