Magazine>La rencontre>Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux

Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux

Etre danseuse de music-hall demande de la rigueur constante ! Etre danseuse de music-hall demande de la rigueur constante ! © Mike Obri

Iryna danse depuis deux ans au music-hall de Soultzmatt, le Paradis des Sources. C'est une jeune femme au tempérament affirmé et qui a de l'ambition ! Elle nous explique son parcours et ses aspirations.   Par Mike Obri

Iryna est née à Kiev, en Ukraine, il y a 23 ans. Elle travaille au Paradis des Sources, depuis deux ans et parle déjà fort bien le français. Malgré son jeune âge, elle est la capitaine de la troupe de danseurs et danseuses du cabaret.

On la repère aisément sur scène : Iryna a la plupart du temps une position centrale et dégage beaucoup de prestance. Son physique d'athlète, taillé dans le roc, la met également dans une classe à part : elle pourrait probablement raper de l'emmental sur ses abdos proéminents ! « J'ai eu un coup de coeur pour la danse toute petite. J'en regardais tout le temps à la télé et je me disais : c'est ça que je veux faire ! », sourit-elle, avec son charmant accent qui trahit ses origines slaves.

En plus de la danse, Iryna fait huit années de piano : elle sort diplômée du College of Culture & Arts de Kiev. Elle passe ensuite un casting et se retrouve embauchée par la structure artistique qui gère le Paradis des Sources - qui fait souvent appel à des artistes venus de l'Est.

Le glamour, plutôt mal vu en Ukraine

« J'ai travaillé de nombreux styles de danses : le moderne, le folklorique ukrainien, le jazz, tout... sauf le cabaret ! ça s'apprend sur le tas. » Elle marque alors un temps d'arrêt. « Ce n'est pas tellement la technique qui m'a fait réfléchir avant d'accepter ce travail, c'est l'aspect glamour. Le topless, la nudité, c'est très mal vu en Ukraine. Ici, en France, avec les costumes et les éclairages, c'est joli, élégant. Au début, j'ai essayé de ne pas penser à tout ça... »

Iryna se fait une raison et prend rapidement du galon : « Être capitaine m'a fait grandir. Cette année, j'ai proposé le numéro de danse dans une coupe de Champagne géante ! » Assurément, l'un des temps forts de la revue Celebrity, actuellement jouée au Paradis des Sources. Avec les nombreuses représentations données pour les fêtes de fin d'année, Iryna a fini par se blesser durant le show. « Je me suis cognée, mais tant que rien n'est cassé, ça va ! La fatigue est la principale source de blessures... », tranche-t-elle.

Hygiène de vie drastique

Le quotidien d'Iryna est réglé comme du papier à musique. Les excès ? Connaît pas. « Je fais beaucoup de sport, je cours au moins une heure tous les jours, je fais du stretching et de la musculation, plus une heure d'échauffement avant chaque revue. Il faut avoir de belles lignes, si non, ce n'est pas joli à regarder », estime-t-elle. « Je sais que l'Alsace est une région attachée à la bonne nourriture et au vin, mais je n'en profite pas ! Je mange beaucoup de fruits, j'évite les graisses, le sucre et le pain. C'est aussi ça, être professionnelle. Ce qui me manque le plus, c'est le chocolat. » Un comble, pour une fille qui, pourtant, a des tablettes...

« J'ai envie de continuer à travailler en Europe. Je ne retournerai pas en Ukraine. Je donne tout sur scène. La danse, c'est toute ma vie ! », glisse-t-elle, avant d'enfiler son costume à plumes et d'assurer une nouvelle représentation du show.

 

Une musique en boucle ? 
« Shallow », chanson tirée du film « A Star is Born ». Mais j'écoute de tout.

Votre livre de chevet ?
« Mata Hari » de Paulo Coelho... l'histoire d'une danseuse devenue espionne et surtout, une femme forte et libre !

Une personnalité que vous admirez ?
Johnny Depp !

Un film ou une série qui vous a marqué ?
J'ai vraiment aimé le remake récent du « Roi Lion ».

Un resto dans le coin ?
Je ne sais pas. Je préfère manger à la maison.

Ce qui vous émerveille dans la vie ?
Voir les progrès accomplis.

Votre dernière grosse colère ?
Hmmm... ça m'arrive tous les jours ! Je m'énerve souvent sur les autres danseurs pour des petits détails... Je suis comme ça.

Le truc que vous adorez en Alsace ?
Pour la nourriture et le vin, c'est fichu pour moi, mais j'aime beaucoup l'architecture alsacienne ! Et puis je trouve... que tout est très propre. Propre : c'est bizarre de répondre ça ?!

 

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Last Train, de retour !
    Last Train, de retour !

    La rencontre

    Originaire du Sundgau, Last Train est devenu une valeur sûre du rock français, de tournées intercontinentales en albums palpitants. En vue du retour du quatuor au Noumatrouff, le chanteur-guitariste Jean-Noël Scherrer fait le point sur cette belle histoire de potes... Propos recueillis par Sylvain Freyburger en février 2020. JDS : On vous a souvent vu au […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !