Magazine>La rencontre>Jipé, le taulier du Gambrinus : « Pour être emmerdé et rien gagner : programme du live »

Jipé, le taulier du Gambrinus : « Pour être emmerdé et rien gagner : programme du live »

Jipé nage dans le bonheur ? Jipé nage dans le bonheur ? DR

A Mulhouse, on ne le présente plus... c'est Jipé, le patron super sympathique de l'incontournable bar le Gambrinus. Le bougre est une figure locale depuis 15 piges !  Par Mike Obri

Du côté de Mulhouse, tout le monde le connaît. Sauf peut-être ceux qui ne sortent jamais, qui ne vont jamais boire des coups, qui n'aiment pas la bière ou qui ne supportent pas les lieux de vie où l'on passe de la bonne musique  - comme du Joy Division, du Cure, du Clash - bref, ceux qui tirent un peu la gueule.

« Plus jeune, je rêvais surtout de faire de la zik et de ne rien foutre. Je jouais très mal de tout un tas d'instruments. Quand j'ai commencé à fréquenter de vrais musiciens, je me suis dit qu'il fallait vite que j'arrête d'en jouer », sourit le tenancier du Gambri'.

Jipé débarque de son Besançon natal à la fin des années 80 et se forme aux métiers de l'hôtellerie et de la restauration. Jipé devient directeur adjoint d'un hôtel en face de la gare de Mulhouse. Il y organise déjà des concerts et quelques grosses soirées, en poussant les tables. Quelques années plus tard, on le trouve responsable de rayons au Super U de Brunstatt. Mais Jipé n'est pas à sa place et il le sent.

Copains comme cochons

« Le contact avec les gens et la musique live, ça a toujours été mes deux trucs... Quand je suis parti du Super U, je me suis dit : bon, et maintenant je fais quoi ! L'aventure des Copains d'Abord a commencé comme ça, en 2004. Avant, c'était un bar qui s'appelait le Cotton Club, un truc louche, fermé plusieurs fois par les flics... Mes potes m'ont tous dit : t'es fou, t'installe pas là-bas ! » Les potes de Jipé n'ont pas eu le nez creux. Les Copains d'Abord devient rapidement le bar qui cartonne à Mulhouse. On vient s'y entasser gaiement. Jipé y programmera plus de 400 concerts !

« Pour être emmerdé et rien gagner, programme du live », plaisante-t-il. « J'ai toujours une petite nostalgie de ce lieu. Beaucoup de gens se sont rencontrés là-bas. Tant de souvenirs ! Les gamins du lycée Montaigne venaient y sécher les cours l'après-midi... aujourd'hui, ils reviennent avec leurs propres enfants au Gambrinus. En comparaison, le Gambri', c'est une Rolls : je n'aurais jamais espéré avoir un endroit qui marche aussi bien, avec une dizaine d'employés. Mais j'avoue qu'un lieu plus petit, plus intime, plus rock n'roll, avec une scène... ça me manque un peu... » Qui sait. Un futur projet ?

Love will not tear us apart

Quel est le secret de Jipé pour faire à chaque fois le plein dans ses bars ? « C'est juste qu'on laisse la porte ouverte », estime-t-il. Pas idiot. Le Gambrinus écoule environ 700 hectolitres de bière par an. Le best-seller ? La bière maison, spécialement brassée à Ensisheim pour le Gambri'.

Le Gambrinus reste un bar pas tout à fait comme les autres : il y règne immuablement une ambiance bon enfant. Chose rare, les étudiants, les trentenaires et les familles s'y mélangent au quotidien. Tous, avec ce même état d'esprit collectif. De la simplicité. De la bonne humeur. « Je suis toujours surpris de voir que des gens qui ne se connaissaient pas finissent par se payer des coups parce qu'ils sont voisins de tablée, ça crée du lien ! » Jipé marque alors un petit temps d'arrêt. « Ouais.... bosser ici, c'est un bonheur. » Alors au boulot, l'ami ! Un demi sans faux col.

Une musique en boucle ? 
« Transmission » de Joy Division.
Votre livre de chevet ?
« L'Insoutenable Légèreté de l'être » de Kundera.
Une personnalité que vous admirez ?
Philippe Pascal, chanteur du groupe punk Marquis de Sade qui s'est récemment suicidé. C'était un vrai pionnier musical en France... ça m'a touché.
Un film ou une série qui vous a marqué ?
La Servante écarlate (The Handmaid's Tale).
Un resto dans le coin ?
Il y en a beaucoup ! Allez, je vais dire les Mealtin'Potes.
Ce qui vous émerveille dans la vie ?
Filou, mon chien de 16 ans qui est encore là... après le nombre de conneries qu'on lui a fait boire.
Votre dernière grosse colère ?
J'ai acheté des tomates bio et locales cet été et elles n'avaient aucun goût : ça m'a fait super chier.
Le truc que vous adorez en Alsace ?
Le vin ! Le Riesling ! Particulièrement de chez Trimbach. Le Clos Sainte Hune, c'est exceptionnel. Ce pétrole !

Dans la même rubrique

Le QUIZ de la semaine Gagnez vos invitations pour la Foire Eco Bio d'Alsace ! Gagnez vos invitations pour la Foire Eco Bio d'Alsace !

25 x 2 invitations pour la Foire Eco Bio d'Alsace au Parc Expo de Colmar du 26 au 29 mai 2022

Participer au jeu concours
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !