Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville
Si ça bouge, c'est dedans !
Magazine>La rencontre>Rencontre avec Marguerite Mutterer, une vie romanesque

Rencontre avec Marguerite Mutterer, une vie romanesque

      

Elle partage sa vie entre Mulhouse et les Cévennes, mais se consacre entièrement à l’écriture. Après Le récit de Margh, Marguerite Mutterer vient de sortir un nouveau roman C’est vous dont la mère est folle, où elle libère une parole longtemps taboue.

Marguerite Mutterer a déjà la tête à son troisième roman © Sandrine Bavard Marguerite Mutterer a déjà la tête à son troisième roman

Propos recueillis en avril 2012.

Marguerite Mutterer est devenue écrivain sur la tard, en 2008. A la faveur d’une lettre de son premier amour dont elle n’avait pas eu de nouvelles depuis…60 ans. « Il m’a dit qu’il faisait le bilan de sa vie. De fil en aiguille, on s’est raconté nos vies par correspondance, et je l’ai même revu au grand dam de mon mari », plaisante Marguerite Mutterer.

A travers ses lettres, elle reprend goût à l’écriture, ses enfants l’encouragent à publier, et c’est ainsi que sort Le Récit de Margh, une histoire d’amour « magnifique, compliquée et dramatique » pendant la Seconde guerre mondiale, la tranche de vie d’une jeune fille qui raconte 4 ans « d’exil volontaire ».

Une résistance au féminin

Quand les Allemands annexent l’Alsace en 1940, Marguerite Mutterer part à Belfort pour poursuivre ses études en français, puis décroche une bourse à Paris pour devenir assistante sociale. Mais elle n’est pas devenue résistante du jour au lendemain, non par manque d’envie, mais par manque de réseau : « A Belfort, en 40, je côtoyais en classe des gamins résistants : ils réunissaient des armes dispersées et les cachaient dans les faux plafonds de la classe. Un jour, en cours de français, le plafond s’est effondré et les armes sont tombées sur le bureau du professeur, qui heureusement n’était pas encore arrivé. Mais je n’avais pas de relation dans ce milieu, ni à Belfort, ni à Paris. Et quand on demandait si on pouvait servir à quelque chose, on nous traitait comme des gamines… Puis il y a eu des bombardements à Belfort en 44, et on avait besoin d’aide pour s’occuper des blessés. J’y suis allée, j’ai rencontré une fille qui m’a demandé si je pouvais porter un message dans le maquis, j’ai accepté et puis j’ai rempli d’autres missions de renseignements », explique-t-elle. Pendant trois mois, elle est agent de liaison et doit passer entre les lignes de front des deux armées.

Dans ce livre, c’est ainsi la résistance au féminin qui se dévoile : « Dans la guerre de l’ombre, on ne connaissait pas nos noms à nous les femmes, on rend hommage aux grandes figures comme Lucie Aubrac, Germaine Tillion ou Berty Albrecht, mais il y a beaucoup de femmes qui ont été très actives, des anonymes, elles étaient la " femme de ", la " sœur de ", " la fille du renseignement... " » Heureusement, cela n’ a pas empêché ces « petits soldats » d’être récompensés comme les autres, et Marguerite Mutterer a reçu la Croix de Guerre pour ses actes de bravoures.

Libérer une souffrance

Après avoir terminé ses études à Paris, la jeune femme revient à Mulhouse en juillet 1945 où elle devient le fer de lance du centre de réadaptation, au départ un centre qui permet à 40 mutilés de guerre de re-trouver un emploi, aujourd’hui un des plus grands centres de rééducation professionnelle en France. Mais un autre combat l’attend, un combat plus intime, la maladie de sa mère, qui a « perdu la raison », après la naissance d’un de ses enfants, ce qu’on appellerait aujourd’hui une psychose puerpérale, des troubles psychiatriques apparaissant chez la femme enceinte.
Et c’est toute cette enfance et cette souffrance qui sont racontées dans son deuxième roman C’est vous dont la mère est folle. Pourquoi ce titre ? L’anecdote est glaçante : « Quand je suis revenue avec mon futur époux à Mulhouse, je suis allée dans la maison de mon père, qui avait un logement de fonction dans l’usine Frey. Et comme je devais m’occuper de lui et de mes petites sœurs, j’ai demandé au patron de l’usine si je pouvais loger sur place. Ce monsieur s’est levé de son bureau et me dit : " C’est vous dont la mère est folle " comme il aurait dit " C’est vous la fille du boulanger ". » Une histoire qu’elle n’avait jamais dite à personne, sauf à son mari, et qui lui a permis de se libérer : « C’est l’histoire de beaucoup de gens qui ont un enfant handicapé mental, un parent qui a la maladie d’Alzheimer, quelque chose de difficile à vivre. A l’époque de ma mère, il n’y avait pas de médicament, pas de traitement, c’était terrible, c’était le chaos, le chaos, insiste-elle. J’ai écrit pour le besoin d’expulser cette histoire un peu lourde, et pour que les gens qui sont dans la même situation se sentent soulagés, rassérénés, qu’ils se disent que ça arrive à d’autres ».

Un troisième roman en préparation

Marguerite Mutterer qui se dit malheureuse si elle n’écrit pas s’attelle aujourd’hui à son troisième roman où elle puisera une nouvelle fois dans ses souvenirs. « Dans mes livres, je dis "je" mais je ne m’analyse pas, ce ne sont pas des livres d’introspection, je raconte mon histoire et donc celle des gens », précise-t-elle. Elle y évoquera en deux volumes la vie du centre de réadaptation de Mulhouse, qu’elle a dirigé de 1945 jusque dans les années 80.

A voir également

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Denis Leroy, directeur de l\'Ecomusée d\'Alsace : « Je mise sur l\'énergie collective de ce lieu »
    Denis Leroy, directeur de l'Ecomusée d'Alsace : « Je mise sur l'énergie collective de ce lieu »

    La rencontre

    Printemps 2019. Denis Leroy vient de prendre la tête de l'Ecomusée d'Alsace. Il souhaite d'abord bien connaître le lieu et ceux qui le font vivre avant d'en imaginer les projets futurs. Par Mike Obri Le nouveau directeur de l'Ecomusée, arrivé le 1er mars dernier, est un manager qui aime jouer collectif. Trait de personnalité surprenant dans un quotidien de […]

Commentaires

  • Maryline - www.jds.fr | 10/11/15 | 14h25

    Bonjour Dominique
    Je vous invite à prendre contact avec son éditeur (www.editeur-livres.com/contact/), il pourra peut-être vous communiquer son adresse.
    Bonne chance, cordialement,

  • Pfendler Dominique (pfendler.dominique@orange.fr) | 09/11/15 | 18h44

    Bonsoir

    Je connais Marguerite Filbert-Mutterer de par mon père, Lang Emile de Hagenthal le Haut, qui était dans son centre après la guerre. Il a aujourd'hui 89 ans et j'aimerais écrire une lettre à Madame Mutterer car il m'en parle très souvent et que du bien. Il serait tellement heureux de recevoir un petit mot de Madame Mutterer, je crois que je lui ferais une surprise et un bonheur énorme.
    Pourriez-vous me dire à quelle adresse je peux lui écrire ? postale ou mail.
    Je vous remercie à l'avance et espère que je peux offrir ce "cadeau" à mon père.

  • M.Batt | 25/06/15 | 14h54

    C'était la directrice du Centre de réadaptation quand j y ai travaillé dans les années 80... une grande dame !

  • Nathalie | 15/06/15 | 20h47

    Je ne l'a connais pas personnellement mais une dénommée Christiane m'en a dit que du bien. Je suis passionnée de résistance, c'est pour cela que je vais lire ce livre. Nathalie

  • Madou Godet madougodet@gmail.com | 28/06/13 | 18h16

    merci pour ce beau livre ; concernée par des personnes et les lieux je désire lui écrire ; à quelle adresse? éditeur ?

  • Houdusse | 13/09/12 | 16h16

    Merci mademe Mutterer

  • guyot | 20/08/12 | 19h19

    une femme extra-ordinaire, je l'ai connue entre 1973-1975,dans son centre à Mulhouse....oui , les blessures peuvent vous faire avancer ou sombrer dans la folie....vaut mieux le 1er chemin....

Le QUIZ de la semaine Foire aux Vins Colmar 2019 Foire aux Vins Colmar 2019

Cette semaine, on prépare déjà l'été et on vous offre vos places pour assister aux concerts du Festival de la Foire aux Vins de Colmar 2019 ! À gagner : - 5 x 2 places pour Aldebert - 3 x 2 places pour - M - - 3 x 2 places pour Supertramp's Cock Robin Murray Head Attention, les gagnants seront prévenus par mail à la suite du jeu.

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 320

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !

JDS sélectionne pour vous les meilleures idées de sorties en Alsace. Vous aussi profitez pleinement de tout ce qu'il se passe près de chez vous.