Magazine>La rencontre>Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

Mariella Kieny, dans la salle du restaurant familial La Maison Kieny Mariella Kieny, dans la salle du restaurant familial La Maison Kieny © Mike Obri

Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence de l’établissement, récemment rebaptisé « La Maison Kieny ». Rencontre.

Propos recueillis par Mike Obri en novembre 2017.

Il y a six mois, le chef Jean-Marc Kieny s’en est allé. Brutalement. Laissant derrière lui Mariella, sa femme, leurs deux fils, sa mère et son frère Laurent - dont la pâtisserie se trouve juste à côté du restaurant étoilé familial. Tel un navire, l’établissement s’est retrouvé sans son capitaine. Une épreuve forcément très difficile. Comment faire face à un tel drame ? « J’aime cette maison, j’aime mon métier. Avec Jean-Marc, cela représente 27 années de travail en couple pour le restaurant. C’est toute ma vie. Il n’était pas question de laisser tomber. J’ai demandé à mes deux fils de 22 et 25 ans ce qu’ils en pensaient, ils m’ont conforté dans mes choix. On doit continuer à avancer. Ici, on a tout : une belle maison, une belle cuisine, une clientèle fidèle », explique Mariella Kieny, vaillante.

Mais semaines après semaines, n’est-ce pas trop dur d’évoluer entre ces murs - qui rappellent immuablement l’absence de l’être cher ? « Au début, oui, mais peu à peu, ça devient le contraire. Je me reconstruis en m’investissant dans la maison. Je sens la présence de Jean-Marc dans les couloirs : c’est quelque chose de très difficile à expliquer. Je me sens bien ici. J’ai installé quatre petits panneaux oranges dans la salle. C’était sa couleur préférée. Et des cache-radiateurs en ferronnerie d’art : il en avait dessiné les motifs. Je sais qu’il aurait adoré. Et en même temps, je veille aussi à casser cette image très froide du décès. L’éclairage a changé, il y a deux grands pots rouges et un bonsaï à l’entrée qui donnent du pep’s... on modernise par petites touches pour aller de l’avant. »

« Ce n’est pas une bataille, c’est un challenge »

On perçoit d’emblée chez Mariella Kieny une grande et une très belle énergie positive. Une simplicité rayonnante. Pudique et néanmoins franche, elle glisse avoir besoin de petits moments d’isolement, des moments à soi. Notamment le matin, lorsqu’elle promène son chien. C’est là qu’elle s’autorise à « lâcher prise », quand personne n’est là pour le voir. « Après le décès de Jean-Marc, les chefs Nicolas Stamm et Olivier Nasti ont été super présents. Je les remercie. Olivier m’a proposé son aide, il est même venu goûter la nouvelle carte ! » En cuisine, Jean-Marc Kieny avait l’habitude de s’appuyer sur ses deux seconds, autonomes, qui assurent dorénavant une belle continuité créative et qualitative dans les assiettes, avec leur petite touche personnelle en plus. Le frère de Jean-Marc Kieny, Laurent, signe les desserts du restaurant.

« On se bat pour conserver cette excellence, cette reconnaissance, chez nos clients et dans les guides. On sait qu’on est sur un fil, mais je crois qu’on se débrouille pas trop mal. Mais ce n’est pas une bataille. C’est un challenge. Je suis quelqu’un de positif, en plus d’être une maman : je me dois de montrer l’exemple », précise Mariella Kieny. « Changer le nom du restaurant, de La Poste à La Maison Kieny, c’est une idée qu’on a eu avec la maman et le frère de Jean-Marc. On voulait rendre hommage à Jean-Marc et aussi à son papa André, qui est parti quelques mois avant lui. Nous sommes désormais une grande famille recomposée. On a voulu intégrer à ce noyau les deux seconds de cuisine, Guillaume Breta et Arnaud Meregnani, ainsi que le personnel en salle. L’équipe est super soudée ! » Ce qui fait sourire Mariella : « Ce sont tous mes petits, maintenant. »

Le questionnaire

Votre chanson préférée ?
Je suis très jazz. Un morceau de Diana Krall ..? Ou les derniers albums de David Bowie.

Votre livre de chevet ?
« L’Homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle. Un livre qui m’a beaucoup aidé.

Une personnalité que vous admirez ?
Le docteur Joy Mootien, qui exerce en réanimation, et qui s’est occupé de Jean-Marc. J’admire sa manière très positive de réagir devant l’adversité.

Un endroit où vous vous sentez bien ?
Ici, dans la Maison Kieny.

Votre café ou resto préféré dans le coin ?
Facile ! Le salon de thé juste à côté, chez mon beau-frère Laurent.

Ce qui vous émerveille dans la vie ?
La beauté de la nature.

Votre dernière grosse colère ?
Je ne me fâche pas beaucoup.

Infos pratiques

Commentaires

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux
    Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux

    La rencontre

    Iryna danse depuis deux ans au music-hall de Soultzmatt, le Paradis des Sources. C'est une jeune femme au tempérament affirmé et qui a de l'ambition ! Elle nous explique son parcours et ses aspirations.   Par Mike Obri Iryna est née à Kiev, en Ukraine, il y a 23 ans. Elle travaille au Paradis des Sources, depuis deux ans et parle déjà fort […]

  • Sophie Julien, des Vitrines de Mulhouse : « Les Vitrines, c\'est mon bébé ! »
    Sophie Julien, des Vitrines de Mulhouse : « Les Vitrines, c'est mon bébé ! »

    La rencontre

    Sophie, c'est la pétillante directrice des Vitrines de Mulhouse, l'association des commerçants du centre-ville. Elle nous explique ses missions et ses réussites.  Par Mike Obri Sophie Julien a été aux premières loges de l'évolution du centre-ville de Mulhouse. Avec un papa commerçant et un tonton président du Marché de […]

Le QUIZ de la semaine Musée du Jouet à Colmar

20 entrées à gagner en lot de 2 entrées par personne

Participer au jeu concours
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !