Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville
Si ça bouge, c'est dedans !
Magazine>La rencontre>Rencontre avec Tom Borocco le dernier des lithographes

Rencontre avec Tom Borocco le dernier des lithographes

      

Tom Borocco est un peu le dernier des mohicans, détenteur d’un savoir faire en voie de disparition : la lithographie. D’Ungerer à Uderzo, de grands artistes ont fait appel à ses services.

Tom Borocco dans le Conservatoire des arts techniques graphiques à Ribeauvillé © Sandrine Bavard Tom Borocco dans le Conservatoire des arts techniques graphiques à Ribeauvillé

Propos recueillis en octobre 2012.

Tom Borocco se sent un petit seul. Il est l’un des derniers, si ce n’est LE dernier, lithographe en France. « Je suis l’un des derniers à avoir tous ses brevets lithographiques, l’un des deniers à pouvoir faire passer des examens. Je voulais même concourir au titre de meilleur ouvrier de France, mais je ne peux pas, car je serai le seul à pouvoir juger de la qualité de cette pièce… », déplore-t-il.

Certains, moins soucieux de la tradition, l’on même accusé d’ « intégrisme ». Pas sûr qu’il ait pris ça pour une insulte, lui qui recherche à tout prix la perfection d’antan, scrute encore et encore les images d’autrefois. Si l’homme est exigeant, voire intransigeant avec son art, c’est qu’il a un lourd héritage à porter : l’atelier familial, ouvert en 1852, a répondu à des commandes prestigieuses : Hansi, Noack, etc. Depuis son enfance, il  baigne dans les odeurs d’encre et de térébenthine, dans ce bruit des machines et des images désuètes. L’atelier était un peu son terrain de jeu, une piste pour faire du patin à roulettes ou des démonstrations hasardeuses : « Un samedi après-midi, pour épater les copains, j’ai pris un rouleau, une pierre, et je l’ai passé à la machine : elle en est ressortie toute noire ! Quand mon père a découvert l’affaire, il m’a dit que je passerai tout mon jeudi à rester près du lithographe pour voir comment il travaillait. Mon premier cours de lithographie était en fait une punition ».

Du technicien au chef d’entreprise

Alors que Tom Borocco se meurt d’ennui et se rebelle contre l’éducation nationale au Collège Saint-André, son père décide de l’envoyer dans un lycée technique pour apprendre le métier : « Quand il a vu la liste d’outils que me demandait le lycée à Colmar - un rabot, un niveau, une équerre… - il s’est écrié : mais, je ne veux pas faire de toi un menuisier ! Il m’a trouvé une place à l’Institut Denis Diderot à Lille, et du jour au lendemain, je suis parti et j’y suis resté quatre ans ». Il poursuit sa formation à l’école Estienne à Paris où il se confronte aux techniques modernes : photogravure, PAO, système photomécanique… Il aurait pu choisir la modernité, il a choisi la tradition.

Il entre en 1963 au service de l’entreprise familiale, au moment même où les presses impriment leurs dernières lithographies. L’atelier fait place aux techniques modernes, dites offset, et réalise divers travaux : carte de visite, faire part, affiches… Tom Borocco en devient le patron en 1969 : « Du jour au lendemain, je suis devenu chef d’entreprise avec cinq employés, devant assurer la production, les achats, le démarchage, la commercialisation... Je suis devenu l’homme orchestre alors que je n’étais qu’un technicien ».

Mais il n’abandonne pas la lithographie, parcourant les salons avec sa presse, pour transmettre sa passion. Il reçoit des commandes exceptionnelles, avec des artistes de renom : Raymond-Emile Waydelich, Tomi Ungerer, Jean-François Charles, Jean-Claude Mézières, Plantu … « Je me revois chez Uderzo puis traversé tout Paris avec mon caillou. On n’a pas le droit à l’erreur dans ces cas-là. J’ai jamais été bon pour gagner de l’argent, mais j’ai réussi ce genre de challenge dans ma vie. »

S’il n’a jamais abandonné, c’est grâce à ses années de service militaire explique-t-il, où il a rejoint les troupes alpines et l’équipe de France militaire, participant à des compétions internationales de saut à ski : « Cela a duré 18 mois, mais c’était une intensité de vie énorme. Si je n’avais pas été aussi sportif que ça, je crois que n’en serai pas arrivé là aujourd’hui. Dans le sport, il faut s’entraîner dur, faire des gestes répétitifs, pour gagner. En lithographie, c’est pareil ! Je ne voulais pas faire de la tampongraphie (sic), mais être le meilleur en lithographie.»


Lire aussi notre article sur le Conservatoire des arts techniques graphiques à Ribeauvillé

A voir également

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Denis Leroy, directeur de l\'Ecomusée d\'Alsace : « Je mise sur l\'énergie collective de ce lieu »
    Denis Leroy, directeur de l'Ecomusée d'Alsace : « Je mise sur l'énergie collective de ce lieu »

    La rencontre

    Printemps 2019. Denis Leroy vient de prendre la tête de l'Ecomusée d'Alsace. Il souhaite d'abord bien connaître le lieu et ceux qui le font vivre avant d'en imaginer les projets futurs. Par Mike Obri Le nouveau directeur de l'Ecomusée, arrivé le 1er mars dernier, est un manager qui aime jouer collectif. Trait de personnalité surprenant dans un quotidien de […]

Commentaires

Le QUIZ de la semaine Foire aux Vins Colmar 2019 Foire aux Vins Colmar 2019

Cette semaine, on prépare déjà l'été et on vous offre vos places pour assister aux concerts du Festival de la Foire aux Vins de Colmar 2019 ! À gagner : - 5 x 2 places pour Aldebert - 3 x 2 places pour - M - - 3 x 2 places pour Supertramp's Cock Robin Murray Head Attention, les gagnants seront prévenus par mail à la suite du jeu.

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 320

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !

JDS sélectionne pour vous les meilleures idées de sorties en Alsace. Vous aussi profitez pleinement de tout ce qu'il se passe près de chez vous.