Magazine>La rencontre>Sylvain Vernerey, à la Cité du Train : Un directeur... sur les bons rails !

Sylvain Vernerey, à la Cité du Train : Un directeur... sur les bons rails !

Sylvain Vernerey \ Sylvain Vernerey "dans ses habits du dimanche" © Mike Obri

La Cité du Train affiche plus de 100 000 visiteurs pour l’année 2018 : sa meilleure fréquentation depuis dix ans. On a voulu en savoir plus sur son directeur, autodidacte... et jamais très éloigné de la belle mécanique. Par Mike Obri

En 2018, la Cité du Train à Mulhouse a célébré son 100 000ème visiteur annuel pendant les congés de Noël : un record de fréquentation depuis 2007. L’équipe en place se décarcasse pour faire venir de nouveaux publics dans ses vastes halls d’exposition : concerts rock, DJ party, réceptions privées, mais aussi visites théâtralisées humoristiques ou Murder Party - où les visiteurs doivent résoudre une enquête en plein milieu des locomotives...

« Le public amateur de ferroviaire, on n’a pas besoin d’aller le chercher, les passionnés nous connaissent déjà. Nous avons la volonté de développer des rendez-vous atypiques : ça n’est que comme ça que l’on peut atteindre les 100 000 visiteurs par an », détaille sans langue de bois Sylvain Vernerey, le directeur de la Cité du Train... depuis déjà 14 ans.

Eviter le train-train

« Cette année, on a même pensé à organiser un salon de l’érotisme ou quelque chose dans ce goût-là. On est des grands malades ! La réalité, c’est que certains professionnels sont à fond pour la conservation du patrimoine, où il faudrait se prosterner devant ce que vous exposez. Alors que le grand public a encore tendance à se dire qu’un musée, c’est un truc poussiéreux. On nous dit qu’il faut démocratiser les musées. D’accord, mais le petit jeune de 25 ans, il s’en fout un peu des locos à vapeur. Il faut donc imaginer autre chose pour le faire venir sur place. Un concert, par exemple ! », poursuit-il.

Forcément, des grattes et une batterie à côté de l’autorail Bugatti, ça fait grincer les dents à certains puristes. Mais Sylvain Vernerey est là pour faire tourner la maison : « Ce petit jeune de 25 ou 30 ans va peut-être se rendre compte qu’il y a de très belles choses à voir dans notre musée et plus tard, revenir avec ses enfants... C’est notre pari. »

La Rolls, le char et la loco

Comment en vient-on à diriger un musée tel que la Cité du Train ? Un passé de cheminot ? Du tout. « Je suis l’un des derniers bébés à être sorti de la maternité des Hospices de Beaune en 1970. Comme on dit là-bas : né le cul sur le tonneau ! Puis j’ai travaillé dans l’hôtellerie de luxe, en tant que chasseur - sorte de groom et de chauffeur - le p’tit job pour étudiant. J’ai un souvenir incroyable d’avoir passé mon permis de conduire sur une 205 le matin, et l’après-midi, il a fallu garer la Rolls en conduite à droite d’un riche client anglais. S’il avait su que j’avais eu mon permis deux heures avant... » Eclats de rire.

« Arrive le service militaire. ça tombait bien, j’avais toujours rêvé d’une carrière militaire, à condition de monter les échelons. Je suis passé par Saint-Cyr, où je suis devenu officier. J’ai eu quatre chars de combat sous mon commandement. » Le retour dans la vie civile est marqué par la désillusion. Sylvain Vernerey reprend un job dans l’hôtellerie. « Cela a été dur au début. Passer du commandement à devoir retendre la main pour avoir des pourboires... »

Mais il monte rapidement dans la hiérarchie, comme il a l’habitude de le faire. Jusqu’à devenir directeur d’un établissement haut de gamme à son tour. En 2005, on vient le chercher pour donner un coup de boost à la Cité du Train. C’est son côté « démerdard » qui a primé. Pouvoir réparer un char avec un papier de chewing-gum. « Là, j’ai mis mes habits du dimanche pour la photo, mais après, c’est bleu de travail et je fais la vidange d’une loco ! ».

Une musique en boucle ? 
« Speed », le dernier tube de Zazie, où elle dit : « allez hop ! »

Votre livre de chevet ?
Je lis beaucoup car je suis insomniaque. En ce moment, « De Taille et d’Estoc », sur les Templiers.

Une personnalité que vous admirez ?
Churchill. Je m’identifie un peu à ce vieux bougon.

Un resto dans le coin ?
Chez Plume, rôtisserie du centre-ville de Mulhouse.

Ce qui vous émerveille dans la vie ?
Un paysage de montagne.

Votre dernière grosse colère ?
Les attentats de Strasbourg. Le fait que ça continue à se produire. Encore et encore et encore.

Le truc que vous adorez en Alsace ?
J’y retrouve toute ma Bourgogne natale : gastronomie, vins et donc convivialité.

Le truc qui vous gonfle en Alsace ?
Peut-être cette « rigueur alsacienne », qui a ses avantages et aussi ses limites, notamment un petit manque de souplesse et de légèreté.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux
    Iryna Shcherbak, danseuse de cabaret : des sacrifices nombreux... pour le plaisir des yeux

    La rencontre

    Iryna danse depuis deux ans au music-hall de Soultzmatt, le Paradis des Sources. C'est une jeune femme au tempérament affirmé et qui a de l'ambition ! Elle nous explique son parcours et ses aspirations.   Par Mike Obri Iryna est née à Kiev, en Ukraine, il y a 23 ans. Elle travaille au Paradis des Sources, depuis deux ans et parle déjà fort […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !