Magazine>Le match>Je drague en discothèque vs Je drague sur internet

Je drague en discothèque vs Je drague sur internet

Le match

À notre gauche, les Valentins old-school

https://www.jds.fr/medias/image/je-drague-en-discotheque-vs-je-drague-sur-internet-23436 © Nejron Photo - Fotolia

C’est bientôt la Saint-Valentin... amis célibataires, il serait peut-être temps de vous bouger pour trouver l’âme soeur. Choisissez la méthode classique pour les rencontres : la discothèque !

A l’ancienne : Vous vous demandez souvent comment font les gens pour s’inscrire sur des sites de rencontres et tchatter avec des personnes qu’ils ne peuvent même pas voir en chair et en os. Parfaitement ridicule. Ce qu’il vous faut, c’est du concret : du contact, qu’il soit verbal ou... visuel. La boîte de nuit pour faire des rencontres, on a toujours pas trouvé mieux.

La préparation : Pour être au top, il va falloir vous pomponner, David Guetta style. Vous n’avez toujours pas bien compris pourquoi, mais pour plaire en boîte, il faut relever votre col de chemise, et vous mettre du gel dans les cheveux (c’est comme ça). Et s’asperger de déo tout partout. Ainsi que porter des lunettes de soleil, mais c’est un peu idiot, car on n’y voit plus rien sur le dancefloor ensuite.

La séduction de basse-cour : Ça y est, après trois essais, le videur vous a finalement laissé entrer. C’est le moment d’en mettre plein la vue et de vous pavaner comme un coq au milieu des poules. Mais attention, vous savez qu’il ne faut pas faire n’importe quoi, au risque de vous retrouver seul, assis au bar, à regarder les couples danser sur le dernier slow avant la fermeture.

Les choses à faire : En tant que nightclubber régulier, vous connaissez parfaitement les codes du dragueur de dancing : éclipser l’entourage de copines de votre objectif, puis évincer la concurrence masculine qui se regroupe autour d’elle. Lancer un « opener », une phrase subtile qui permet le début d’une conversation (exemples : « tu danses bien, tu as appris où ? » ou « je peux vous offrir une orangeade ? »). Partir alors que tout était bien engagé, et revenir plus tard. Histoire de la faire languir... Et voilà le travail !

Pour aller plus loin

Sortir en boîte en Alsace

A notre droite, les Valentins modernes

https://www.jds.fr/medias/image/je-drague-en-discotheque-vs-je-drague-sur-internet-1-23437 © Guillaume Duris - Fotolia

C’est bientôt la Saint-Valentin... amis célibataires, pour trouver l’âme soeur, il n’y a plus 36 solutions : on se branche sur un site de rencontres et on y uploade sa plus belle photo « duckface ».

La drague 2.0 : Vous vous demandez souvent comment on faisait avant. Avant Attractive World, Facebook ou encore Adopte un Mec ou SpeakWin... Bref, l’époque où l’on rencontrait sa femme au bal du village, ou encore sur le lieu de travail, est révolue depuis 1963. Pour vous, il est inconcevable de faire des rencontres ailleurs que sur un site internet dédié. C’est ça, la drague 2.0. On choisit ses chaussures sur Zalando, on fait ses courses sur Leclerc Drive et on achète, euh... on rencontre des gens sur Meetic.

L’évolution tranquille : Internet permet de croiser des gens que l’on aurait pas forcément croisé dans la vie de tous les jours. Souvent, on comprend pourquoi. Mais parfois, c’est la bonne et heureuse surprise. Pour les allergiques aux discothèques et aux bars qui pullulent de fashionistas aux goûts musicaux plus que douteux, le web peut être une solution efficace pour rencontrer des gens qui vous ressemblent !

Les choses à éviter : Un des moments cruciaux est la création de son profil. Il faut ainsi bien faire attention au texte descriptif que l’on rédige sur soi et à sa photo de profil. Les boulets, bolosses et autres lourds sont repérés en une fraction de seconde : évitez les photos en slip de bain - ça se voit que vous arrêtez de respirer pour rentrer le ventre - les photos avec votre ex, ou celles où vous faites une bouche de canard (la populaire « duckface », pouah !)

Les inconvénients : Évidemment, on ne sait jamais sur qui on va tomber... Ne répondez pas aux utilisateurs aux pseudos étranges (« Grokiki_68 », par exemple). Et attention à votre look devant la webcam. Vous ne dragueriez personne en pyjama, dans la vraie vie.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !