Magazine>Le match>Le freerider super entraîné vs Le skieur du dimanche

Le freerider super entraîné vs Le skieur du dimanche

Le match

Le freerider super entraîné

https://www.jds.fr/medias/image/le-freerider-super-entraine-vs-le-skieur-du-dimanc-29962 © aleksey ipatov

À notre gauche, le roi de la piste.
Gad Elmaleh l’avait autrefois qualifié de « blond ». Pendant que vous galérez à chausser vos skis, le « blond », lui, se pavane avec classe.

① Opérationnel et en pleine forme dès 6h du matin : Il ne fait même pas encore jour sur les sommets alpins que le roi de la piste est prêt à attaquer les pires descentes. Il a déjà pris son café, il est déjà équipé, il trépigne d’impatience. Mais comment fait-il ?! La fatigue, il ne connaît pas. Les valises sous les yeux non plus. Comme ces gens étranges qui attendent tôt le matin devant les grilles du supermarché avant qu’il n’ouvre. Inexplicable.
② La panoplie complète : Pas de baron de la glisse sans ses oripeaux. Veste griffée Gore-Tex haute qualité anti-transpiration, chaussures de ski qui coûtent un Smic, derniers modèles de planches à la mode... Le type a dû faire un crédit sur quinze ans rien que pour ses dix jours à la neige.
③ Toujours tout schuss : A gauche, à droite, quelle maîtrise ! Toujours à fond. On est pas loin de l’affreux qui freine juste à côté de vous en vous balançant des projections de neige à la tête. Horripilant. Mais que voulez-vous, il est bon, il est bon. Et le monde entier se doit de le savoir.
④ Le hors-piste, il gère : Les pistes noires, c’est pour les blaireaux, les mamies, n’arrête-t-il pas de répéter. Ah. Le freerider, justement, il est free. On ne peut pas l’empêcher d’être libre comme l’oiseau, et d’aller là où il a envie d’aller. Même s’il a envie d’aller droit dans le mur.
⑤ Il fait moins le malin le soir : Une soupe et au lit à 21 heures ! Pas possible de profiter de la vie nocturne de la station, de s’empiffrer de tartiflette, de boire du bon blanc de Savoie avec les amis. Il faut qu’il soit en forme demain à 6 heures. Pas franchement la marrade, avec le « blond » !

 

Le skieur du dimanche

https://www.jds.fr/medias/image/le-skieur-du-dimanche-29963 © Fred Goldstein - Fotolia.com

A notre droite, le roi de la gamelle.
C’est vous. Vous êtes allé trois fois à la montagne de toute votre vie. Le ski, ce n’est pas franchement votre truc mais vous aviez envie d’essayer...

① Vous détestez la neige : Rien que pour arriver à la station, vous avez dû affronter des routes pénibles où dépasser le 50km/h relevait de la folie furieuse. Deux heures de virages à angle droit sur du bitume glissant : génial ! A peine sorti de la voiture, vous avez glissé sur une plaque de verglas. Votre pantalon est tout mouillé. Mais impossible de se changer avant une bonne heure, le temps de rejoindre votre chambre au sommet du village. Vous attrapez fort logiquement un bon rhume. C’est formidable.
② Où faut-il aller ? Que faut-il faire au juste ? Pourquoi c’est drôle de monter et de redescendre des collines : Il faut aller acheter un forfait. Mais qui ne donne accès qu’à une partie du domaine skiable. Okay, mais ça va de où à où ? Et pourquoi est-ce si cher ? Après tout, la neige tombe gratuitement, bon sang, les nuages ne le facturent pas aux stations ?! Qu’est-ce que c’est que ce plan qu’on vous a remis, avec des pistes rouges, noires, vertes, qui s’emmêlent dans tous les sens et se repassent dessus ? Comment distinguer une montagne d’une autre ?
③ La glisse pour la glisse : Le ski, après tout, ça n’est que de la glisse. A l’Aquasplash, faire une descente de toboggan, ça glisse aussi, mais c’est compris dans les 5€ d’entrée, alors désolé, mais la prochaine fois, ça sera piscine.
④ Car il en faut, des fautes de carre : Vous tenez debout sur vos planches, c’est déjà un petit miracle, mais vous commencez à prendre de la vitesse dans une petite verte... c’est la faute de carre (ou erreur d’appui) et la gamelle assurée ! Après votre huitième chute, vous laissez tomber. Vous finirez la journée sur la luge des enfants.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !