Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville

Où ?

Quoi ?

Quand ?

Sorties en Alsace
Tourisme et loisirs>Guide de l'Alsace>L'Alsace allemande de 1870 à 1918

L'Alsace allemande de 1870 à 1918

        

Après l’humiliante défaite que connut la France en 1870, l’Alsace et la Lorraine (en réalité, majoritairement l’actuelle Moselle et une partie de la Meurthe) reviennent à l’Empire Allemand récemment créé. Le territoire restera acquis jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale, en 1918. Les traces de la présence allemande à cette période restent très présentes en Alsace, de matière physique comme immatérielle.

Le Palais du Rhin, coeur du quartier impérial de Strasbourg, est une des plus belles réalisations de l\'Empire allemand © Jonathan Martz Le Palais du Rhin, coeur du quartier impérial de Strasbourg, est une des plus belles réalisations de l'Empire allemand

Alors que l’Alsace n’avait commencé à réellement accepter son appartenance française que vers 1815, elle retourne à l’Allemagne en 1871. Les Allemands, heureux de réintégrer la riche région, l’investissent immédiatement et la considèrent comme terre d’empire (Reichsland) ; elle est présidée et n’est pas représentée au Reichstag.

Les Alsaciens sont pour la plupart mécontents de la présence allemande, et on observe des groupes de protestation se former, surtout dans le Haut-Rhin. Environs cent vingt-huit mille Alsaciens et Lorrains quittent librement le territoire occupé pour rejoindre la France ; les autres sont obligés d’accepter la nationalité germanique.

Dès 1879, un gouverneur (Statthalter) est placé dans le Reichsland, et administre toute la province à Strasbourg ; l’Alsace-Lorraine est enfin autorisée à envoyer une quinzaine de députés au Reichstag de Berlin. Par la suite, elle se verra accorder plus d’autonomie dès 1911, en principe considérée comme un Land à part entière. L’Alsace-Lorraine restera néanmoins très dépendante de l’Empereur et des hautes instances de l’Empire, notamment relativement à l’armée ; elle envoie également trois députés au Bundesrat, et se voit dotée d’un Landsrat à Strasbourg.

Mais les tensions ne changent que peu, malgré cette simili autonomie accordée par Berlin : de nombreux Alsaciens et Lorrains regrettent toujours la France, et continuent à protester. Le sommet est atteint lors de l’affaire de Saverne, où un jeune officier allemand, maladroit et vaniteux, traite les soldats d’origine alsacienne, ainsi que les populations, comme des gredins et des inférieurs. Cet acte entraînera l’indignation des populations, et dégénèrera en scandale qui ébranlera l’armée comme la tête de l’Empire.

 

Mais l’Allemagne ne laissa pas que de mauvaises choses. A Strasbourg, fortement touchée par les bombardements de 1870 (la Bibliothèque, contenant des merveilles de la littérature, brûla), les Allemands se lancèrent dans un plan de modernisation de la ville, et firent construire plusieurs des bâtiments qui sont aujourd’hui admirés et admirables.
On compte parmi eux les bâtisses du quartier impérial, comme le Palais du Rhin, le TNS (ancien Landstag) ou le Palais Universitaire, toujours utilisé par l’Université de Strasbourg.

L’Allemagne impériale instaura également un bon nombre de lois et d’avantages qui furent conservées lors du retour de l’Alsace-Moselle à la France en 1918. Le système de sécurité social bismarckien en est le meilleur exemple, et est encore aujourd’hui plus avantageux que pour le reste de la France. Parallèlement, lorsque l’Etat se sépara de l’Eglise en 1905, et rompit le Concordat de 1801, l’Alsace-Moselle ne fut pas concernée ; à leur retour en terre française, celles-ci protestèrent pour en conserver les clauses.

La tension environnante fait clairement ressentir l’arrivée prochaine d’un conflit, qui éclata à l’arrivée de l’automne 1914 ; à la sortie de la guerre, l’Alsace et la Moselle deviendront définitivement Françaises, non sans qu’elles gardent en elle une partie de la culture et des traditions germaniques.

A voir également

  • Te Deum classique-jazz-gospel de John Featherstone
    Te Deum classique-jazz-gospel de John Featherstone Samedi 24/11/2018

    Temple Neuf  -  Strasbourg

    TE DEUM classique-jazz-gospel Avec L'ENSEMBLE VOCAL LUX AETERNA, DEUX QUATUORS VOCAUX JAZZ-GOSPEL ET QUATRE MUSICIENS - 16 intervenants sur scène. 'Une diversité qui explose dans tous les domaines… musique, piété, ambiance, temps… : une histoire de réconciliation – de styles, de traditions, d’histoire et de modernité.' Aux côtés de Lux Aeterna, des membres des […]

  • L\'Alsace restaurée, un centre de l\'Europe
    L'Alsace restaurée, un centre de l'Europe

    Guide de l'Alsace

    Après avoir si longtemps souffert d’être tiraillée entre deux Nations, de voir sa situation géographique l’entrainer dans les guerres, souvent dévastée pas les hordes passant sur son territoire, l’Alsace a su tirer les leçons et prendre avantage de son passé et de sa situation. Dès la sortie de la Seconde guerre […]

  • L\'Alsace occupée pendant la Seconde Guerre Mondiale
    L'Alsace occupée pendant la Seconde Guerre Mondiale

    Guide de l'Alsace

    L’Alsace revient à la France en 1918, mais arrive finalement mal à s’adapter à la vie française : elle arrive dans un Etat plus mal administré, avec des désavantages, bien que certains « plus », comme le système de sécurité sociale, furent conservés. C’est ainsi avec difficulté […]

  • L\'Alsace prise dans la Grande Guerre
    L'Alsace prise dans la Grande Guerre

    Guide de l'Alsace

    Le 1er août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie. Dans son territoire, elle compte depuis 1871 l’Alsace-Moselle, qui est prise entre deux feux : sa nationalité allemande mais son attachement à son identité française. On pourra voir des cas de batailles où des Alsaciens français et des Alsaciens allemands […]

  • La guerre de 1870 en Alsace et le retour à l\'Allemagne
    La guerre de 1870 en Alsace et le retour à l'Allemagne

    Guide de l'Alsace

    En Juillet 1870, le Second Empire français de Napoléon III déclare la guerre au Royaume de Prusse, après un conflit diplomatique. Cette déclaration de guerre ne fait que servir les desseins du brillant chancelier Otto von Bismarck et du futur empereur Guillaume Ier de Hohenzollern, dans une optique de « restructuration » de ce qui deviendra […]

  • L\'Alsace de 1870 à nos jours
    L'Alsace de 1870 à nos jours

    Guide de l'Alsace

    Entre 1870 et 1945, l’Alsace connaîtra une période extrêmement mouvementée malgré le faible nombre d’année qui séparent ces deux dates. Déchirée entre deux Etats et deux nations, l’Alsace ressortira de la seconde guerre mondiale partiellement affaiblie, mais riche en culture et en avantages. Au cours du XIXe […]

Commentaires

  • Tous les commentaires (31)
  • durand maurice | 15/11/18 | 15h17

    de cette dualité ont été préservées la beauté de l'architecture et des sites,les église,les orgues et la propreté des lieux, vive l'alsace.Espèrons que le nouveau découpage régional n'altèrera pas ses qualités

  • alain | 11/11/18 | 9h15

    Ma grand mère est née en lorraine en 1890, donc allemande ? Est ce que sa nationalité française a été obtenue d"office en 1918 ?

  • Aschen claude | 03/11/18 | 14h56

    Je lis avec stupeur ces élucubrations de personnes n’ayant connu de l’Alsace que le côté folklore : je suis un petit fils d’un allemand expatrié vers l’alsace en 1875 et marié à une alsacienne
    Mon père est né allemand en Moselle où habitaient mes grands parents à abreschwiller et élève à mutzig : il s’est marié à Paris en 38 avec une alsacienne,tous deux réintégrés
    Donc français
    Moi je suis né en 44 et en 1963 j’ai du me faire délivrer un certificat de réintégration car né avant la libération de Paris
    J’ai demandé la double nationalité pour des raisons européennes simplement, mais en ce qui concerne Romain, les mosellans comme les alsaciens étaient réintégrés français en 1945 : avec certe des administrations ubuesques mais réintégrés
    J’ai été élevé en Alsace

  • Naashil | 02/11/18 | 12h04

    Je suis Alsacien, et contre vents et marés je préfèrerai être Allemand aujourd'hui. Si Strasbourg est comme elle est actuellement c'est grâce aux travaux de modernisation de la ville qu'ont organisé les Allemands.
    Les traditions sont germaniques et non Française. Les français nous concidèrent encore aujourd'hui comme des étrangers. Tandis que lorsque l'on va en allemagne on est étrangement toujours bien accueillis et ne sommes pas des "auslander".
    Dommage que l'Allemagne ai "raté" son annexion avant 1918.
    Tant pis si je me prends une taulée j'assume et me reconnais aujourd'hui ni comme allemand et encore moins comme Français mais juste un elsasser fière de sa région et triste de ce qu'on en a fait durant l'histoire.
    Regrettable...

  • mosellans | 12/10/18 | 21h22

    Vous tous vous oubliez la Moselle !!!!!!!! dans cette histoire

  • Thirionm | 07/10/18 | 16h43

    Mon père né en 1917 à Sarrebourg Moselle et gendarme de profession fait la guerre de 39 45 comme Français je devais produire pour l'école en 1950 un certificat de réintégration française je ne vous raconte pas les hurlements de protestation de mon père bien sûr Français

  • Jean-Marie | 22/07/18 | 19h34

    J'ai 63 ans et suis européen mais surtout alsacien bien avant d'être français ou allemand car aucun de ces deux états ne m'a jamais demandé mon avis

  • ROMAIN Pierre | 14/02/18 | 0h25

    mes grands parents son de ex département Meurthe Dieux avant 1970. mon père née en 1898 allemand , a 18 ans 1916. la guerre de14/18 il sera envoyer sur le front Russe en 1917.passe chais les Russes (déserteur). Moscou...Rapatrier par Arkangelsk (mer blanche) avec 200 (malgré nous) direction L'Ecosse.Le train Sud England,Un cargo, le Havre...Paris en tenue Allemand (prisonnier dans son pays). libéré fin 1919...revient a DIEUX Moselle 57,il a 20 ans.Pour la petite histoire notre famille nous ne serons revenus Français(administrativement)en 1958,la réintroduction pas a jour.MOI en 1957,21 ans en Algérie soldat Allemand (Français)?...pendant 88 ans nous sommes rester Allemand.

  • Raabseppi | 13/02/18 | 21h00

    Depuis la nuit des temps l'Alsace c'est comme les WC : toujours OCCUPE

  • Arnardi Claude | 08/02/18 | 18h13

    Je suis rapatrié d'Algérie, ma grand-mère était alsacienne et elle disait quand 1870, les Alsaciens qui voulaient rester Français, se s'ont vu traiter de sales boches par les Français de l'intérieur et beaucoup avait subi une pression énorme pour partir en Algérie !

  • Tous les commentaires (31)
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 313

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS