Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville

Où ?

Quoi ?

Quand ?

Sorties en Alsace
Magazine>La rencontre>Guy Rossi, triathlète hors norme

Guy Rossi, triathlète hors norme

        
Guy Rossi, surnommé \ DR Guy Rossi, surnommé "The Legend" arrête sa carrière à 70 ans

Champion des longues distances et de l’effort extrême, Guy Rossi tire sa révérence à 70 ans dans un jubilé organisé le 30 juin et 1er juillet à Colmar, une ville dont il est ambassadeur.

Pendant 34 ans, Guy Rossi a nagé, couru, roulé pendant des jours entiers. Sa discipline ? L’ultra-triathlon, soit de très longues distances, basé sur l’Ironman : 3,8 km de natation, 180,2 km de cyclisme, 42,195 km de course à pied, que l’on peut multiplier par deux, trois, quatre, cinq et dix ! Guy Rossi est ainsi le seul au monde à avoir participé à 11 déca-ultra-triathlon. Au total, il aura parcouru 81 309 km en compétition, soit deux fois le Tour de la Terre.

Face à de telles distances qui dépassent presque l’entendement, on pense rencontrer un surhomme mais l’intéressé réfute : « Il n’y a pas de surhomme, il n’y a que des hommes mal entraînés. Moi, dès qu’il y a douleur, je m’arrête. J’ai ressenti de la fatigue mais pas la souffrance, c’est un mot qui ne fait pas partie de ma philosophie. »

Il n’a surtout jamais sacrifié sa santé à la performance : « Certains l’ont outrepassée, mais ils ont eu des problèmes de santé. Ils ont fait des podiums mais je ne les envie pas. »

Un perfectionniste

Quand il visait les premières places, cet ancien professeur d’EPS muté à Colmar en 1973, devenu ambassadeur de la ville depuis, s’entraînait 25 heures à 30 heures par semaine, par tous les temps, de jour comme de nuit. Perfectionniste, il a tout consigné dans des carnets, « au mètre près, à la minute près » : « Je n’aime pas parler en l’air. Il faut être précis, connaître la fréquence cardiaque qui correspond à l’effort effectué. Si on est dans l’approximation, on ne peut pas progresser et être performant. »

En toute « simplicité »

Son palmarès impressionne : champion du monde de déca-triathlon en 1998, premier de la Coupe du monde en 1993, 1997 et 1999 et 18 podiums : « Ce n’est pas beaucoup par rapport au nombre de compétition », relativise l’athlète, d’une humilité confondante. « J’ai toujours fait les choses avec simplicité, c’est ce qui permet de réaliser les choses les plus difficiles. Après avoir fini un ultra-triathlon, j’envisageais déjà d’en faire un autre, avec une meilleure gestion de l’effort et du temps. Et ma plus grande satisfaction, c’est d’avoir durer sans me faire mal », déclare celui qui a battu un record de longévité en participant à 70 ans à son 70e double-ultra-triathlon en Floride.

Rien ne prédestinait pourtant Guy Rossi à cette carrière. Lui, l’ancien volleyeur, sélectionné en équipe de France universitaire et militaire, s’est détourné de ce sport après un grave accident qui l’a brûlé au 2e degré sur 30% du corps : « Je ne pouvais plus faire de manchette ».

Et c’est en recevant une publicité dans sa boîte aux lettres pour le triathlon de Genève qu’il s’est laissé tenter, sans grande préparation : « J’avais horreur de la piscine. Je ne nageais pas plus de 200 mètres. Moi qui n’aime pas l’eau froide, j’ai fait des compétitions dans des eaux entre 15 et 20° pendant 30 ans », plaisante-t-il. Les eaux chaudes n’étaient pas forcément plus engageantes : « J’ai nagé dans le Tennessee où l’eau faisait 30°, c’était grandiose mais on ne voyait pas à 20 cm et il y avait des alligators. Quand une branche vous frôle, ça vous fait une drôle d’impression, mais ce n’était que deux heures dans l’eau », relativise-t-il (encore).

Un jubilé pour dire au revoir

À l’heure de tirer sa révérence, son ami Patrice Heintz a décidé d’organiser son jubilé, soutenu par la ville de Colmar, le samedi 30 juin et dimanche 1er juillet, avec un 3x8 heures, ouvert à tous, participants et spectateurs : « C’est fabuleux. Si j’ai pu tenir 34 ans, c’est grâce à ma famille, mes amis, mes partenaires. Je ne serais pas là pour la performance, mais pour échanger avec un maximum de personnes. Vous savez, si on ne communique pas en faisant du sport, c’est qu’on a loupé quelque chose. »

Lui revient alors un souvenir, précisément lors de son premier 3x8 heures à Colmar : « A deux heures du matin, fatigué, je marche à côté d’un autre participant et je lui demande : tu penses à quoi ? Il m’a répondu du tac au tac : « Que je ne serais pas mieux ailleurs ».

Des goûts et des couleurs

Une musique en boucle ?

« La Ballade des Gens Heureux » de Gérard Lenorman que j’écoutais quand je courais la nuit via le haut-parleur de la voiture qui me suivait.

Votre livre de chevet ?

« Manger pour gagner » du Dr Haas sur le régime alimentaire du sportif. Je n’aime pas le titre car il fait trop compétition mais ce livre m’a beaucoup apporté.

Une personnalité que vous admirez ?

Bartholdi, parce qu’il symbolise la liberté.

Un bar ou resto dans le coin ?

La Taverne à Colmar qui sert des plats alsaciens, où l’on amène des invités étrangers ou des amis non alsaciens.

Ce qui vous émerveille dans la vie ?

Le sourire d’un enfant !

Votre dernière grosse colère ?

Les gens qui ne sont jamais contents et qui scient la branche sur laquelle ils sont assis.

 

A voir également

  • Fête de la châtaigne à Pfaffenheim 2018
    Fête de la châtaigne à Pfaffenheim 2018 Du Samedi 17/11/2018 au Dimanche 18/11/2018

    Salle Multifonctions

    Pfaffenheim, jumelée avec le joli village ardéchois Antraigues, invite le public à sa Fête de la châtaigne les 17 et 18 novembre 2018. Comme chaque année, on pourra découvrir les produits d'Ardèche et des produits à base de châtaignes : farine de châtaigne, brises, boudins aux châtaignes, bière à la châtaigne, miel, nougat, gâteaux, […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Martine Zussy, au chevet de Motoco
    Martine Zussy, au chevet de Motoco

    La rencontre

    Missionnée il y a un an par la ville pour sauver Motoco, Martine Zussy en a fait une affaire privée : Motoco&Co avec six autres entrepreneurs. Un challenge comme elle les aime. Martine Zussy est arrivée au cœur de la bataille. Quand l’association Motoco était placée en liquidation judiciaire en novembre 2016, mettant un terme à un […]

Commentaires

Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 313

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS