Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville
Si ça bouge, c'est dedans !
Magazine>La rencontre>Rencontre avec Jean-Marie Meshaka, responsable du Théâtre Poche Ruelle

Rencontre avec Jean-Marie Meshaka, responsable du Théâtre Poche Ruelle

      
Jean-Marie Meshaka dans le théâtre du Poche-Ruelle © Sandrine Bavard Jean-Marie Meshaka dans le théâtre du Poche-Ruelle

Jean-Marie Meshaka, arabe chrétien et francophone, qui vit en France depuis plus de 30, est une figure incontournable du théâtre à Mulhouse.

Propos recueillis en avril 2011.

« Sans jouer les anciens combattants, je dois être à 60 créations depuis que je suis à Mulhouse »,
précise Jean-Marie-Meshaka, ce chirurgien dentiste qui est devenu une figure du théâtre mulhousien. Et le pari n'était pas gagné d'avance pour ce Libanais venu en France en 1975 au moment où la guerre éclate dans son pays. Une trajectoire qui force le respect, tant elle a été marquée par les heurts et les malheurs.

Jean-Marie Meshaka, d'origine libanaise, est né au Caire en Egypte, dans une famille francophone et chrétienne. Il fait ses études au collège des jésuites où il a une révélation à 7 ans – non celle de Dieu, God, Gody ou Godot comme il l'appelle et l'interpelle dans sa pièce Gueules d'automne- mais celle du théâtre : « La découverte de cet univers m'a frappé comme un coup de foudre. Je n'osais plus regarder ou jouer avec mon ami que j'avais vu sur scène tellement il s'était passé quelque chose en moi.» L'année suivante, il entre lui aussi en scène grâce au père Matthieu et ne quittera plus de sa vie les plateaux de théâtre. Il crée sa première troupe de théâtre à 17 ans au Caire, monte du Anouilh et du Giraudoux, et fera même jouer la vedette égyptienne Omar Sharif. Son père voit d'un mauvais œil cette vocation naissante : « Ce fut un grand drame familial. J'ai dit à mon père : je ne sais pas où, ni comment, ni avec qui, mais sache que je rentre en fac de médecine pour te faire plaisir et qu'un jour j'enverrais tout ça promener. Mon père m'a répondu : on dit tous ça à 18 ans. Aujourd'hui, je suis fier de l'avoir fait ! »

Il frôle la mort

Alors que la situation se complique pour les étrangers et les chrétiens en Egypte avec l'arrivée de Nasser au pouvoir, Jean-Marie part à 18 ans à Beyrouth pour suivre des études à la faculté de médecine française. Il se marie, a deux enfants, devient dentiste et professeur d'université, joue et met en scène dans une troupe de théâtre. Mais sa vie bascule avec la guerre du Liban.

Sa femme et ses enfants ont trouvé refuge chez une cousine à Mulhouse. Lui retourne sur place en pensant que les événements se tasseraient... Mais la guerre le rattrape dans le bus qui le conduit à l'aéroport, alors qu'il veut retourner en France pour fêter Noël en famille : « Deux chrétiens ont été abattus sous mes yeux, je devais être le troisième mais une estafette de l'armée est arrivée à ce moment là. Et pendant que j'étais mis en joue, la seule chose qui m'inquiétait, c'était de savoir comment faire pour qu'on sache que j'allais mourir sur ce trottoir et qu'on me mette en terre, car à l'époque les cadavres s'entassaient dans les rues de Beyrouth. Ca m'a tellement troublé qu'une des premières pièces que j'ai montées est Antigone : ensevelir un corps pour ne pas le laisser errer. »

Repartir à zéro

Après avoir tout perdu dans la guerre du Liban, Jean-Marie Meshaka repart à zéro à Mulhouse. Le tourbillon de la vie le happe de nouveau : chirurgien maxillo-facial à l'hôpital le matin, dentiste dans son cabinet l'après-midi, comédien le soir au théâtre de Poche. Puis il prend son envol en créant en 1982 le théâtre de la Ruelle : il écrit, met en scène, se produit à l'Espace 110 à Illzach avec sa troupe, pendant 11 ans.

En 1992, la mairie lui confie les classes d'art dramatique du conservatoire de Mulhouse : « J'ai essuyé pas mal de plâtre jusqu'à ce que les gens se rendent compte que je buvais, je mangeais, je vivais théâtre ». Puis en 1998, il revient à la tête du vénérable théâtre de Poche auquel il adjoint le nom de sa troupe Ruelle : on y compte 25 créations reflétant l'éclectisme du metteur en scène, de Shakespeare à Joseph Losey, de Feydeau à Eduardo de Filippo : « J'aime beaucoup me promener, je vais dans tous les genres, dans toutes les époques, je refuse les étiquettes. J'ai des coups de cœur que je veux partager avec le public ». On pourra néanmoins retrouver un fil conducteur dans ses écrits : une aversion certaine pour la médiocrité. Dans Lettres à mon chien, il met en scène un couple de la quarantaine qui rencontre leur conscience dans un train. Dans Le Distancier, un homme fait croire qu'il est mort et s'invite à la table de son propre enterrement.

Homme engagé, Jean-Marie Meshaka est branché sur le fil de l'actualité : « Mon théâtre peut servir à divertir mais aussi à mettre le doigt sur un truc qui fait mal. Je n'arrive pas à couper le cordon ombilical avec la cité, je continue de me révolter. Je sais que c'est un combat de Don Quichotte mais il faut bien que la vie ait un sens, sinon on va à la pêche, on joue aux cartes ».

Alors, quand les révoltes chassent un à un les dictateurs dans le monde arabe, comment réagit celui qui a parfois envie de jeter la télé par la fenêtre devant le JT ? «Pendant 20 ans, il y avait comme un encéphalogramme plat dans le monde arabe. Alors le seul adjectif qui me vienne est « rafraîchissant ». Quelle joie de voir sur la place Tahrir les musulmans faire une prière et les chrétiens célébrer une messe côte à côte ! Mais je demande à voir la suite.»

Repère :

1976 : arrivée à Mulhouse
1978-81 : entre au théâtre de Poche
1982-1993 : crée le théâtre de la Ruelle
1992-2004 : dirige le conservatoire d'art dramatique de Mulhouse
Depuis 1998 : responsable du Théâtre Poche-Ruelle

Infos pratiques

A voir également

  • La Rose-Croix : tradition et modernité
    La Rose-Croix : tradition et modernité

    Vendredi 26/04/2019

    Colmar

    La Rose-Croix : Tradition et Modernité. Conférence de Laurent Aknin, Historien et conférencier de l'AMORC.Sur un plan historique, la Rose-Croix apparait en Europe au début du 17ème siècle, dans la vallée rhénane. Strasbourg est une des premières villes où les Rose-croix se sont fait connaître. La Tradition la fait remonter bien plus loin dans le temps, jusqu’aux […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Sylvain Vernerey, à la Cité du Train : Un directeur... sur les bons rails !
    Sylvain Vernerey, à la Cité du Train : Un directeur... sur les bons rails !

    La rencontre

    La Cité du Train affiche plus de 100 000 visiteurs pour l’année 2018 : sa meilleure fréquentation depuis dix ans. On a voulu en savoir plus sur son directeur, autodidacte... et jamais très éloigné de la belle mécanique. Par Mike Obri En 2018, la Cité du Train à Mulhouse a célébré son 100 […]

Commentaires

Le QUIZ de la semaine Salon de l'Habitat à Vesoul Salon de l'Habitat à Vesoul

Le JDS vous invite cette semaine au Salon de l'Habitat à Vesoul. 30 entrées sont à gagner en répondant à nos quelques questions ci-dessous ! Bonne chance :)

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 316

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !

JDS sélectionne pour vous les meilleures idées de sorties en Alsace. Vous aussi profitez pleinement de tout ce qu'il se passe près de chez vous.