Rechercher : Tapez les premières lettres de votre ville
Si ça bouge, c'est dedans !
Magazine>La rencontre>Rencontre avec Yan Gilg, la fibre artistique et militante

Rencontre avec Yan Gilg, la fibre artistique et militante

      
Autodidacte, Yan Gilg est aujourd\'hui le directeur artistique de la compagnie pluridisciplinaire  Mémoires vives © dr Autodidacte, Yan Gilg est aujourd'hui le directeur artistique de la compagnie pluridisciplinaire Mémoires vives

Alsacien à la fibre militante, Yan Gilg, directeur artistique de la compagnie Mémoires vives combat les discriminations en plongeant dans le passé colonial de la France. En mots et en images, dans un genre qu'il qualifie de « rap théâtral ».

Propos recueillis en décembre 2011.

Il n'est pas fils d'immigrés. Il n'est pas né dans les cités. Il n'a jamais eu à passer entre les gouttes. Mais Yan Gilg a la fibre militante. Directeur artistique de la compagnie Mémoires vives à Strasbourg, il combat les discriminations en faisant du hip hop et en racontant le passé colonial de la France. A croire que le gamin de Marckolsheim, né à Colmar, était voué à la lutte. A quatre ans, il dessinait déjà des pancartes pour les manifestations anti-nucléaires où l'emmenaient ses parents, tous deux enseignants. A la fac, il milite dans les Jeunesses communistes révolutionnaires et SOS Racisme. Puis travaille comme animateur dans les quartiers populaires : « Je me posais la question : pourquoi eux (les étrangers) et nous ? Pourquoi dans une République où l'on parle de fraternité, d'égalité, met-on au ban cette population ? Pourquoi cette discrimination institutionnalisée ? Pourquoi ce rejet de l'autre ? J'ai trouvé mes réponses en m'intéressant à l'histoire coloniale de la France, parce que notre rapport à l'autre est déterminé par ce passé : on a construit au fil des décennies des réflexes, des mécanismes, que l'on n'a pas déconstruits. » En se plongeant dans les livres d'histoire, ce sont les situations rencontrées dans la vie quotidienne qu'il revit et comprend : « En Algérie par exemple, la France s'est appuyée sur des chefs de tribus pour créer des bureaux arabes. Comme elle s'est appuyée sur des grands frères ou des associations communautaires dans les banlieues. Elle reproduit son rapport à l'indigène dans son rapport à l'immigré. Bien sûr, pas de manière aussi frontale, mais de manière insidieuse, peut-être inconsciente. »

Un artiste engagé

Ses réflexions, ses luttes, Yan Gilg les chante dans les années 80 dans différents groupes de musique, branchés sur un courant alternatif et revendicatif : le rock, le punk. Le rap conscient, qui expose les problèmes des ghettos et dénonce les injustices, le séduit, quand il déferle dans les banlieues françaises dans les années 90. Il crée en 1996 l'association Les sons d'la rue dans le quartier de l'Elsau à Strasbourg, pour accompagner les jeunes dans leurs pratiques artistiques. Mais il découvre que le message ne porte pas aussi loin qu'il le voudrait : le rap conscient disparaît des bacs au profit d'un rap bling bling et les lieux de diffusion ouvrent trop rarement leurs portes. « Le hip hop est né à la périphérie. Le but est d'atteindre le centre. Comme pour le jazz qui est sorti des champs de coton », souligne-t-il.

Il décide donc de passer à la mise en scène et fonde en 2006 la Cie Mémoires vives, mélangeant plusieurs disciplines (rap, danse, théâtre, vidéo...) pour créer des spectacles sur l'histoire de l'immigration. « Pour moi, la nature même de l'art est d'être engagé, la quête du beau vient après. L'art est un moyen de toucher les gens. Et j'ai voulu que ce soit dans les théâtres, parce que ce sont des lieux fréquentés par une certaine classe sociale (médecin, avocat, enseignant...), des gens qui peuvent être vecteurs de changement. J'y livre mon analyse : tant qu'on n'a pas décolonisé les esprits, on sera dans l'impasse. »

Yan Gilg fait aussi ce travail d'immersion dans l'histoire coloniale pour des municipalités en animant des ateliers auprès des jeunes. Il travaille actuellement au centre socio-culturel Europe de Colmar où il monte un petit spectacle sur la première armée d'Afrique qui débarque en Provence à la fin de la Seconde Guerre mondiale. « Ce travail peut être déstabilisant pour certains, mais c'est un travail nécessaire pour reconstituer le puzzle. Certains artistes de la compagnie ont ainsi recomposé leurs trajectoires familiales. C'est l'aventure qu'on a envie de faire vivre à d'autres publics ».

A voir également

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier 2017. « La photo a toujours été […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    Le Chambard ** - Kaysersberg  -  Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre 2012. Olivier Nasti, votre parcours de chef […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez Haeberlin à l’Auberge de l’Ill, […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim  -  Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer l’aventure et maintenir le niveau d’excellence […]

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview. Propos recueillis en décembre […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Brice Lefaux, directeur du zoo : « On n’a jamais eu autant besoin de parcs zoologiques »
    Brice Lefaux, directeur du zoo : « On n’a jamais eu autant besoin de parcs zoologiques »

    La rencontre

    Brice Lefaux, le directeur du Parc Zoologique de Mulhouse, est un homme impliqué dans la conservation des espèces menacées. il nous explique l’absolue nécessité de les protéger.  Par Mike Obri Brice Lefaux nous reçoit dans son bureau, à quelques encablures de l’enceinte des populaires petits pandas roux. « Le zoo, […]

Commentaires

Le QUIZ de la semaine Musée du Jouet Musée du Jouet

Cette semaine, on vous invite à découvrir le Musée du Jouet à Colmar et ses expositions temporaires. 20 entrées à gagner !

Participer
Le QUIZ de la semaine Anne Roumanoff Anne Roumanoff

Cette semaine, on vous offre 10 places pour le nouveau spectacle d'Anne Roumanoff à Colmar, le jeudi 6 juin à 20h30. Attention, les gagnants seront prévenus par mail à partir du mercredi 29 mai. Les invitations seront à récupérer sur place, en caisse du soir.

Participer
Lisez le Journal des Spectacles
couverture magazine spectacles 319

Lisez Spectacles en ligne

Chaque mois, le Journal des Sorties en Alsace

Articles les plus lus
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !

JDS sélectionne pour vous les meilleures idées de sorties en Alsace. Vous aussi profitez pleinement de tout ce qu'il se passe près de chez vous.