Magazine>La rencontre>Rencontre avec Daniel Dyminski, peintre de l'Humanité

Rencontre avec Daniel Dyminski, peintre de l'Humanité

Daniel Dyminski dans son atelier à Reiningue Daniel Dyminski dans son atelier à Reiningue © Sandrine Bavard

Daniel Dyminski peint l’Humanité depuis son atelier installé à Reiningue. L’artiste, à la fois peintre, photographe, performeur, ne fait pas de l’art pour faire beau, mais pour faire réfléchir.

Propos recueillis en juillet 2014.

Daniel Dyminski lit plus qu’il ne peint. Des bouquins de philosophie, biologie, d’économie, de physique, de sociologie. « J’ai accédé par moi-même à la connaissance sur ce qu’est le monde, le vivant, et c’est absolument passionnant. J’en suis au point que je ne peux plus lire des romans, qui me font l’effet d’une coupure publicitaire. A travers les livres, on se découvre soi-même et sa relation par rapport au monde », explique-t-il.

Une riche bibliothèque

Dans la bibliothèque, figure en bonne place Mythologies de Roland Barthes : « J’ai une édition ancienne signée de lui, une valeur inestimable pour moi car j’ai une grande admiration pour lui et il a été une grande influence ». Non loin, Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie : « Il a une analyse très proche de ce que je pense du monde, avec petite poignée de gens qui ont tout et une masse immense qui n’a rien », déplore-t-il.

Une oeuvre éclectique

Cette soif de connaissance, Daniel Dyminski l’a toujours eu. Enfant, il révèle un talent précoce pour le dessin, suscitant l’admiration de son entourage, et se dirige vers les Beaux-Arts de Mulhouse. Il se forme dans beaucoup de domaines : il commence comme apprenti de retouche photo dans l’entreprise Braun à Mulhouse, se forme aux techniques de peintures anciennes dans des ateliers d’artistes… Un éclectisme que l’on retrouve dans ses œuvres : des peintures, des photos, des sculptures, des performances, des fresques que l’on peut voir devant l’UP à Mulhouse ou à l’usine hydraulique de Vogelgrun.

Comprendre l’Humanité

Mais quelque soit le médium, son sujet de préoccupation reste le même : comprendre l’humanité. Pas étonnant dès lors qu’il ait peint beaucoup la mythologie grecque et romaine jusqu’à la mythologie moderne et geek : Tintin, Super Mario, Lara Croft…

Mais il peint surtout des personnages, des anonymes sans visages, qui représentent l’humain dans sa globalité. Penché sur une de ses dernières oeuvres, Les gisants, des hommes couchés, mais sans tombeau, qui donnent l’impression de flotter, il dévoile son intention : « Morts, ils n’ont rien. Vivants, ils n’ont rien eu. Beaucoup de gens n’ont pas vécu. Beaucoup de gens ne comprennent rien à la vie.»

Et de dénoncer « la violence marchande » qui régit les rapports entre les êtres humains.

Une couleur expressive

Que ce soit ces gisants, nouvelle source d’inspiration, ou des vanités, qui l’ont longtemps accaparé, Daniel Dyminski le fait en couleur. « J’utilise la couleur comme un matériau, je m’en fous que ce soit bleu, vert ou autre, je m’en fous des subtilités des teintes. Je pourrais travailler en noir et blanc, pourvu qu’il y ait de la matière. J’ai pas envie de faire de beaux tableaux, avec de belles couleurs, c’est pas le résultat esthétique qui m’intéresse. Ce qui m’intéresse, c’est le positionnement de l’artiste dans la société dans laquelle il vit. Est-ce que son rôle est de produire une œuvre qui a une valeur marchande ? Je pense que l’artiste est là pour faire voir le monde différemment et peut amener une réflexion .»

Un intérêt pour ceux qui ont osé...

Les artistes qu’il aime ? Damien Hirst ou Jeff Koons, les multimillionnaires de l’art contemporain, dont certains se demandent s’ils sont davantage artistes ou homme d’affaires. Mais Daniel Dyminski justifie : « Comme Picasso, Turner, Duchamp, ce sont des gens qui ont osé faire, osé s’exprimer, osé présenter ça en tant qu’art ! C’est souvent les grands artistes qui ont outrepassé les limites de l’art, mais en faisant quelque chose de réfléchi et pas seulement provocateur. Des provocateurs, il y’en a plein les Ecoles d’art ! »


Son actu

Daniel Dyminski participe à l’exposition Prendre le temps, du 20 septembre 2014 au 8 mars 2015, à la Fondation Fernet-Branca, qui retrace l’évolution des années 70 à aujourd’hui de 7 artistes contemporains.

Il réalisera trois performances qui risquent de marquer les esprits puisqu’il détruira des œuvres, de grandes bâches peintes, conçues spécialement pour l’expo : « Je détruis des œuvres qui sont abouties et qui me plaisent, pas des rebus. Ce n’est pas la destruction pour la destruction mais pour la transformation, pour mettre en évidence qu’à chaque strate de travail, on détruit quelque chose. L’humain a une position prétentieuse par rapport au monde : il est environné par une nature merveilleuse mais la détruit quand même. C’est la symbolique de cette destruction que je fais, d’où la nécessité que le tableau soit beau », précise-t-il.

En détruisant ses œuvres, le peintre se sent aussi plus libre de faire ce qu’il a envie et soustrait son œuvre au système marchand. Un point de vue à découvrir lors du vernissage de l’expo le 20 septembre.

 

Des goûts et des couleurs

En boucle sur votre Ipod ?

J’écoute de la musique contemporaine : John Adams, Philip Glass, Karlheinz Stockhausen... Beaucoup de Polonais aussi, comme Penderecki, Lutoslawski,Szymanowski.

Votre livre de chevet ?

Le Prix de l’inégalité de Joseph Stiglitz, et Qu’est-ce que la vie ? de Erwin Schrödinger

Une personnalité que vous admirez ?

Noam Chomsky, parce qu’il m’a amené à une réflexion sur la linguistique et qu’il est tourné vers une philosophie politique.

Un endroit où vous sentez bien ?

En voyage, dans les grandes villes, c’est là où je fais le plein d’idées.

Le truc que vous appréciez chez les autres ?

La générosité et l’altruisme. Les êtres humains devraient être complémentaires les uns des autres.

Le truc qui vous énerve chez les autres ?

La prétention, l’idée qu’on se fait de la réussite.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Luc Georges : la photo pour témoigner
    Luc Georges : la photo pour témoigner

    La rencontre

    Après une carrière dans le graphisme et la communication, Luc Georges se consacre entièrement à sa passion : la photographie, dans une veine sociale. Il expose jusqu’à la fin du mois à l’Origami à Mulhouse ses clichés de migrants, aux frontières de l’Europe, de Calais à Lesbos. Propos recueillis en janvier […]

  • Olivier Nasti, qui es-tu ?
    Olivier Nasti, qui es-tu ?

    La rencontre

    Le Chambard ** - Kaysersberg-Vignoble

    En Alsace, Olivier Nasti, tout le monde connaît. Sa réputation d'étoilé Michelin, son parcours sans faute jusqu'à la palme du Meilleur Ouvrier de France en 2007, sa légende de cuisinier hors-pair... tout cela le précède. Mais qui est Olivier Nasti, l'homme derrière la toque ? Interview par Mike Obri. Propos recueillis en […]

  • Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière
    Caroline Furstoss, sommelière (très) particulière

    La rencontre

    Les amateurs de vins la connaissent bien : Caroline Furstoss, sommelière colmarienne qui a travaillé avec les grands noms de la gastronomie ! Elle est jeune, jolie, et sympathique. Et en plus, elle est Haut-Rhinoise. Elle a été élue « Sommelière de l’année » en 2014 à tout juste 30 ans, a démarré chez […]

  • Mariella Kieny - La Maison Kieny :  le challenge d’une vie
    Mariella Kieny - La Maison Kieny : le challenge d’une vie

    La rencontre

    Restaurant La Maison Kieny * - Riedisheim

    Les chefs étoilés d’Alsace ont perdu l’un de leurs fiers représentants au printemps dernier : Jean-Marc Kieny, à la tête de La Poste - Kieny à Riedisheim, 1 étoile Michelin depuis 1990. Avec beaucoup de courage et entourée de toute l’équipe du restaurant, Mariella Kieny, sa veuve, a souhaité continuer […]

  • Last Train, de retour !
    Last Train, de retour !

    La rencontre

    Originaire du Sundgau, Last Train est devenu une valeur sûre du rock français, de tournées intercontinentales en albums palpitants. En vue du retour du quatuor au Noumatrouff, le chanteur-guitariste Jean-Noël Scherrer fait le point sur cette belle histoire de potes... Propos recueillis par Sylvain Freyburger en février 2020. JDS : On vous a souvent vu au […]

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !