Magazine>Actu Magazine>Anne-Catherine Goetz

Anne-Catherine Goetz

Une nouvelle politique culturelle à Mulhouse

Anne-Catherine Goetz, adjointe au maire de Mulhouse chargée de la culture Anne-Catherine Goetz, adjointe au maire de Mulhouse chargée de la culture © JDS

Adjointe au maire de mulhouse chargée de la culture depuis l'an dernier, Anne-Catherine Goetz souhaite en faire un outil au service de la république en démocratisant avant tout les structures en place.

En acceptant l'an passé le poste d'adjointe au maire chargée de la culture et du patrimoine, Anne-Catherine Goetz a pris le relais de Michel Samuel-Weis, qui occupait cette fonction depuis... 1989 !
« Ma première mission a été de prendre la mesure de l'héritage, reconnaît l'élue. En 32 ans, la ville s'est très bien équipée et près de 20% du budget municipal est consacré à la culture, c'est plus que la moyenne ». Il est par exemple tout à fait exceptionnel qu'une ville d'un peu plus de 100 000 habitants comme Mulhouse dispose d'un Orchestre Symphonique comme l'OSM. « Mon souhait est maintenant de mettre ces équipements à la portée du plus grand nombre... »

Culture et République

C'est que Mulhouse n'a a priori pas le profil d'une ville "cultureuse" riche et branchée, avec près d'un habitant sur deux résidant en quartier prioritaire "politique de la ville". « J'ai mes origines entre le Drouot et Bourtzwiller, je suis particulièrement attachée aux quartiers populaires de la ville. Pour toutes sortes de raisons, les gens y sont éloignés des pratiques culturelles. » Anne-Catherine Goetz était directrice d'une école primaire quand Jean Rottner l'a invitée à rejoindre son équipe municipale en 2014. Pour elle, il va de soi que la démocratisation de la culture passe par l'éducation et la jeunesse : l'idée est de « construire les spectateurs de demain », main dans la main avec les écoles et centres socioculturels qui quadrillent le territoire.

L'enjeu est « essentiel, l'essence même de la société ». « Mon engagement porte avant tout sur les valeurs de la République et de la laïcité. Comme le sport, la culture est l'outil de la reconquête républicaine. Elle permet d'accepter l'autre dans sa
différence. »
Concrètement, l'élue nous annonce que les concerts de l'OSM et du Conservatoire seront désormais gratuits pour tous les enfants de 0 à 12 ans ! « Il ne s'agit pas pour moi d'ouvrir de nouvelles salles. Plutôt de les ouvrir... à tous ! »

Facteur d'attractivité

La culture municipale, c'est donc un orchestre et un Conservatoire qui s'activent de plus en plus pour toucher de nouveaux publics, un théâtre "à l'italienne" réputé, des musées gratuits, un solide réseau de bibliothèques. C'est aussi des événements rassembleurs comme Scènes de Rue, les Jeudis du Parc ou ce mois-ci PopUp, toujours plus indispensables pour renouer le tissu social de la ville. Mais n'oublions pas la multitude d'initiatives associatives et privées qui se concrétisent tout au long de l'année, bénéficiant du soutien municipal grâce aux subventions et à la communication. De locomotives comme La Filature ou le Noumatrouff aux petites structures, pas moins de 130 associations sont identifiées dans le domaine culturel à Mulhouse.

« Nous donnons des grandes lignes et nous accompagnons la vitalité du territoire », résume l'adjointe. « 2 000 personnes ont participé en juin aux portes ouvertes à Motoco : je me suis dit qu'il existe un vrai appétit de culture dans cette ville ! Faire de la culture un facteur d'attractivité et de rayonnement de la ville, lui permettant d'améliorer son image, c'est l'autre grand axe que je cherche à développer ».

Une chanson en boucle ? 
Des grands airs d'opéra italiens, et aussi "Blinding Lights" de The Weeknd.

Votre livre de chevet ?
« Si c'est un Homme » de Primo Levi, sûrement le chef d'œuvre de la littérature du 20e, et « Madame Bovary » de Flaubert, classique parmi les classiques de la littérature française.

Une personnalité que vous admirez ?
Georges Mandel, grand Résistant qui avait le sens de l'honneur et de la défense de la France, un héros national inspirant.

Un film ou une série qui vous a marqué ?
Cyrano de Bergerac avec Gérard Depardieu, l'un des premiers films qui m'ait
marqué !

Un resto dans le coin ?
L'ESAT Sinclair, une des plus belles terrasses de Mulhouse.

Votre dernière grande joie ?
La naissance de mon neveu Léonard, il y a trois mois.

Votre dernière grande colère ?
Au quotidien, les incivilités... Et à un autre niveau, l'assassinat de Samuel Paty.

Une devise ?
Comme Goethe sur son lit de mort : "Mehr Licht !" - "plus de Lumière" !

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !