Gastronomie>Guide du cuisinier>Le tourteau, prince de la mer

Le tourteau, prince de la mer

Le tourteau,  prince de la mer Le tourteau, prince de la mer © John A Trax Jr - Fotolia.com

Nous connaissons tous son air débonnaire lorsqu'il trône au milieu du plateau de fruits de mer, sur son lit d'algues et de glace. Le tourteau semble, vivant comme mort, royalement paisible mais ne nous y trompons pas : c'est l'animal moderne le plus métaphysique dont nous pourrions traiter dans une rubrique gastronomique. Nous vous demandons d'éloigner les enfants sensibles de cette rubrique...

Tourteaux, qui êtes-vous ?

Ce sont des résidus végétaux solides qui subsistent après extraction de leur huile, leur graine ou leur fruit. Les vaches en mangent mais ce n'est pas là le propos de notre dossier. Notre tourteau est un crabe. Plus exactement un gros crustacé décapode (2 pinces et 8 pattes poilues) que l'on rencontre sur l'ensemble des côtes françaises. Au bord pour les plus jeunes, jusqu'à 300 m de profondeur pour les adultes. Car ils sont carnassiers, on les pêche généralement en casiers en les appâtant avec du cadavre frais de poissons. Sinon, et c'est important pour la suite, ils se nourrissent de vers, de coquillages, de crustacés plus petits qu'eux. Ils les dévorent vivants parfois.

Comment choisir son tourteau ?

Il n'y a rien de plus désagréable pour l'amateur que de se retrouver devant une carcasse quasi-vide. Les habitués tapotent leur couvercle : si le son est bon, ils fredonnent Get Up' Stand Up de Bob Marley sur le djembé improvisé puis le repose car il est probablement vide (il a mué récemment, il y a quasi absence de chair, c'est un crabe « clair »). Un son sourd est de meilleure augure. D'autres les retournent – ils savent que les pêcheurs ont sectionné préventivement les tendons des pinces – et observent la couleur du ventre : jaune oui, blanc, non. La languette abdominale renseigne sur le sexe, étroit chez le mâle, large chez la femelle. Elle est souvent plus pleine et goûteuse que son compagnon mais ses pinces sont moins grandes. Cruel dilemme.

LA question métaphysique du mois

C'est bizarre... il bave et semble bouger les pattes. Lorsque je le pose sur l'évier on dirait qu'il veut jouer de la batterie sur l'inox. Êtes-vous sûr qu'il est mort ?
Voilà. Nous y sommes. Il est vivant. Et vous allez devoir le tuer vous-même. Notre société a l'habitude de sous-traiter l'acte alors qu'au siècle des Lumières l'un ou l'autre tentèrent de revisiter le précepte de Plutarque, un philosophe grec végétarien qui conseillait, quitte à manger de la viande, de commencer par tuer l'animal soi-même. Il était à juste titre persuadé que cela freinerait la consommation de côtes de bœuf. Plus récemment, en 2011, Mark Zuckerberg le célèbre fondateur de Facebook décidait, lui aussi, et pendant un an, de ne plus manger que de la viande qu'il aurait lui-même tué. Il aurait commencé par du homard. Notre avis : le tourteau n'est pas un ange. Il est lui-même carnassier. Vous allez le tuer pour vous nourrir. Vous le ferez sans haine et vous tâcherez de minimiser sa souffrance. Votre steak haché de midi n'a pas eu autant d'égard.

Eau chaude ou eau froide ?

Le tourteau se plonge vivant dans de l'eau. Certains imaginent abréger ses souffrances en provoquant le choc thermique dans de l'eau déjà bouillante mais les restaurateurs sont quasi unanimes et démarrent à l'eau froide pour ne pas fabriquer une bouillie difforme (explosion mousseuse, dislocation des pattes...). Une nouvelle école propose de l'anesthésier avant en le plaçant en hypothermie. Vingt minutes dans le congélateur suffiront. Puis démarrage à l'eau froide qu'on monte progressivement jusqu'à ébullition.

Comment cuisiner le tourteau ?

Vous aimerez aussi

Dans la même rubrique

  • Le lièvre, un gibier goûtu
    Le lièvre, un gibier goûtu

    Guide du cuisinier

    Le lièvre est particulièrement dur à chasser : Elmer n'a jamais réussi à tuer Bugs Bunny ! Il vous sera donc plus facile de le trouver dans le commerce, où il provient en majorité de l'élevage. Le cuisiner prendra un temps certain, mais le résultat est là : un plat typé et musclé. Un plat très […]

  • Le renouveau annoncé des vieux légumes
    Le renouveau annoncé des vieux légumes

    Guide du cuisinier

    L'agriculture intensive, le rendement et l'efficacité les ont écartés, ils ont bon an mal an survécu grâce à ce que les adeptes de StarWars nomment la force obscure et voilà qu'ils reviennent de moins en moins timidement sur le devant de la scène. Eux, ce sont les... vieux légumes. Il fût un temps, que les joueurs de Wii ne […]

  • Tout savoir sur la noix
    Tout savoir sur la noix

    Guide du cuisinier

    Dans le noyer, comme dans le cochon, tout est bon. De la racine au fruit, tout est utilisé. Les racines sont adulées par les constructeurs prestigieux de limousine (les célèbres options tableau de bord en ronce de noyer), le bois par les ébénistes, le brou, la peau verte qui tâche les doigts, par les teinturiers et les distillateurs. Sans omettre la […]

  • Tout savoir sur le veau : origines, appellations, recettes
    Tout savoir sur le veau : origines, appellations, recettes

    Guide du cuisinier

    Le veau est connu pour ne pas trop supporter la chaleur et, selon les connaisseurs, sa viande est encore plus savoureuse en hiver. Selon un sondage de 2006, la blanquette de veau arrive même en tête des plats préférés des Français, juste avant le couscous et les moules frites. Partons à sa découverte ! Quelques généralités […]

  • Le repas marcaire : le plat typique des fermes auberges
    Le repas marcaire : le plat typique des fermes auberges

    Guide du cuisinier

    Dans une ferme auberge des Vosges alsacienne, vous pouvez être sûr de pouvoir déguster le fameux repas marcaire. Un menu composé de plats typiques des fermes auberges. En Alsace, la tradition marcaire a su garder son savoir-faire et sa production de produits de la ferme. Venez déguster le repas marcaire après une randonnée et vivre une […]

Le QUIZ de la semaine Best Western Union (Baldersheim)

10 apéros pour deux personnes (1 planchette apéro à partager et 2 bières pression) à déguster en été les vendredis et samedis soirs

Participer au jeu concours
Abonnez-vous à la newsletter JDS

Chaque jeudi l'agenda du week-end !